M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Andrzej Duda, président de Pologne, cherche un compromis sur l’avortement


Andrzej Duda, président de Pologne.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (rognée) : U.S. Department of State/Flickr,Wikimedia Commons

Suite à la décision du Tribunal constitutionnel de Pologne déclarant inconstitutionnel l’article de la loi sur l’avortement qui le permet pour raisons eugéniques (anomalie génétique, physique ou mort prévisible de l’enfant à naître), qui constituent la plupart des motifs invoqués pour cette pratique dans le pays, le président polonais Andrzej Duda annonce un projet de loi soi-disant conforme à la décision de la cour, selon LifeSiteNews :

Selon le magazine d’information polonais en ligne Polandin.com, Duda a déclaré « À la suite des consultations, j’ai décidé de soumettre à la Chambre basse un projet de loi modifié sur la planification familiale, la protection du fœtus humain et les conditions permettant l’interruption de grossesse ».

Le nouveau projet de loi, affirme Duda, « tout en reconnaissant les lignes directrices du Tribunal constitutionnel, envisage l’introduction d’une nouvelle disposition qui rétablit la possibilité d’interruption de grossesse conformément à la Constitution polonaise et uniquement lorsque les anomalies dites mortelles sont constatées, lorsque les examens prénataux et autres indications médicales montrent un risque élevé de mortinatalité ou que l’enfant est atteint d’une maladie ou d’une anomalie incurable entraînant la mort inévitable et imminente de l’enfant malgré les traitements appliqués ».

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Mais, faut-il le relever, le projet de loi en question n’est pas constitutionnel, puisqu’il comporte un aspect eugénique, ou la permission de mettre à mort les enfants à naître dont l’état indique la mort imminente, prochaine ou postnatale ; une telle loi se ferait à coup sûr débouter par le Tribunal constitutionnel si elle était amenée devant ses juges. Alors que compte-t-il y gagner ?

Toujours est-il qu’Andrzej Duda contredit ses positions passées, rapporte LifeSiteNews : « auparavant, le président polonais avait toujours maintenu qu’il était favorable à l’interdiction de l’avortement eugénique ».

Du moins, le projet de loi prohiberait la plupart des raisons pour lesquelles on avorte, par conséquent la majorité des avortements, en Pologne :

Si ce nouveau projet de loi est adopté, les enfants à naître diagnostiqués avec des maladies non mortelles ou des anomalies comme la trisomie 21 ou l’infirmité motrice cérébrale seront toujours protégés. En vertu de la loi polonaise de 1993 sur l’avortement, considérée comme un compromis fragile entre les Polonais qui veulent une interdiction totale de l’avortement et ceux qui ne le veulent pas, les médecins pouvaient avorter les enfants à naître diagnostiqués de ces maladies.

Aussi, la concession faite aux pro-avortement déchaînés en Pologne, qui réclament rien moins que la démission du gouvernement, ne les satisfait aucunement et mécontente les pro-vie. Qu’y gagne-t-il ?

Et, de mieux en mieux (ou plutôt de mal en pire), le gouvernement polonais a décidé de ne pas publier maintenant le jugement du Tribunal constitutionnel, ce qui apparemment, selon le système polonais, laisserait le loisir aux avorteurs de continuer à pratiquer des avortements eugéniques, selon un autre article de LifeSiteNews :

Ce matin Michał Dworczyk, le chef du bureau du Premier ministre polonais, a indiqué que le gouvernement « prenait un peu de temps » pour décider de la suite à donner au jugement. Ce retard prend place après deux semaines de manifestations massives qui ont éclaté en réaction à la décision rendue le 22 octobre par le Tribunal constitutionnel interdisant l'avortement eugénique.

« La discussion est en cours, et il serait bon de prendre un peu de temps pour le dialogue et pour trouver une nouvelle position dans cette situation difficile qui suscite de vives émotions », déclarait Dworczyk.

Ce genre de délai serait illégal d'après Krystian Kratiuk du Polonia Christiana.

Mais ce n'est pas tout, non ce n'est pas tout ! car le parlement ne se penchera pas avant un certain temps sur le fameux projet de loi sensé interpréter la décision de la cour, confinement oblige... selon LifeSiteNews:

Kratiuk ajoute que le Sejm (Parlement polonais) ne se pencherait pas immédiatement sur le « projet de loi de compromis » du président Andrzej Duda car, en raison du coronavirus, les membres ne se réuniront pas avant deux semaines.

Décidément, tous les prétextes sont bons pour ce gouvernement, dirigé par le Parti droit et justice, afin de retarder le plus longtemps possible la mise en œuvre d’une avancée typiquement pro-vie. Cela ressemble à ce que ce parti a l’habitude de faire avec les projets de loi citoyens sur l’avortement (qui sont amenés au parlement par pétitions): s’embourber en des débats interminables afin que le projet de loi meure en fin de législature, raison pour laquelle d’ailleurs des députés se sont saisis du Tribunal constitutionnel pour qu’il se prononçât sur la question de l’avortement eugénique.



Laissez un commentaire