M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Valérie Plante supporte les drag queens pour la lecture de conte aux enfants à l’automne


Sébatien Potvin travesti en Barbada de Barbadès, lisant des histoire LGBT aux enfants à la Grande Bibliothèque à Montréal, le 3 mars 2018.

Par Joanne D'Arc (Campagne Québec-Vie) — Photo : Jennifer Ricard/Wikimedia Commons

L’automne s’en vient à grand pas et Barbada gagne son mandat. Après l’appui social de Valérie Plante sur la plateforme Twitter, Barbada racontera des histoires aux petits enfants l’arrondissement de Saint-Laurent à l’automne 2022.

Après l’annulation temporaire de l’heure du conte cet été, avec la drag queen connu sous le nom de Barbada de Barbadès,  l’événement aura lieu le 5 novembre 2022 aux bibliothèques du Vieux-Saint-Laurent et du Boise.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Barbada est un travesti au nom de Sébastien Potvin. Il lit des histoires aux enfants du Québec depuis environ cinq ans — des histoires qui envoient le message : « qu'il n'y a rien de mal à être différent ». Mais, est-ce que c’est le seul message qu’il communique vraiment aux enfants ?

Puis, que cela signifie-t-il exactement « être différent » ?

Lors de son heure de conte à la bibliothèque de Pointe-aux-Trembles en février 2019, Barbada a demandé aux enfants s'ils savent ce qu’est un drag queen. Un petit enfant répond « t’es un monsieur, mais déguisé en madame ! ». Sébastien corrige l’enfant et lui dit «Je suis une drag queen […] Ça peut aussi être une fille qui se déguise en fille ». Le silence se repend dans la salle, puis il continue un peu névrosé « voyez-vous comment j’ai des cheveux, des gros cheveux, une robe multicolore, alors c’est ça une drag queen ! ». Je doute que les enfants aient compris cette explication, mais Sébastien continue avec la lecture de conte. Il lit un conte sur l’histoire d’amour entre deux garçons en support des unions homosexuelles. Controverse ou nouvelle normale ?

Selon Talar, éducatrice à la garderie Les Génies du St-Laurent, ce n’est pas une pratique commune d’aborder de tels sujets à un jeune âge. Les enfants peuvent être exposés à de tels sujets, mais beaucoup plus tard, selon elle. D’ailleurs, le dernier événement de Barbada en début juin à la bibliothèque de Dorval avait entrainé une vague de messages haineux sur les réseaux sociaux. Chers parents de banlieue, que se passe-t-il ? Avez-vous un problème avec un homme qui se déguise en femme soudainement ?

Est-ce que les parents de Dorval ont osé remettre leurs valeurs progressives en question ou ont-ils osé d’exprimer ce que la majorité des parents ne risquent pas de dire ouvertement ? Malgré l’opposition, cet événement avait bel et bien eu lieu, sous présence policière. Est-ce que vous pensez que c’était une atmosphère chaleureuse pour lire des contes aux petits enfants? L’annulation de l’événement à Saint-Laurent pour Barbada serait une deuxième annulation de lecture de conte.

À la réponse qui a causé l’annulation de cet événement, Vana Nazarian, conseillère de la Ville de St-Laurent répond: «Je ne peux pas vous donner cette réponse». De plus, elle était dans l’auto avec ses enfants et semblait ne pas vouloir discuter de Barbada devant eux. L’instinct maternel de madame Nazarian aurait-il pris le dessus? 

Jusqu’à présent, Sébastien a rencontré le maire et des élus de l’arrondissement montréalais lundi le 1er août pour leur expliquer l’activité et rassurer ceux qui avaient quelques préoccupations auparavant.

« J’ai pu leur parler des thèmes que j’abordais avec les enfants, leur donner des exemples de conte que je lis habituellement. J’ai répondu à leurs questions, leurs préoccupations. On a eu de beaux échanges, très respectueux. […] Je sens une plus grande ouverture de la part des élus de l’arrondissement maintenant qu’on a pu se parler », partage Sébastien, en entrevue avec Le Devoir lundi, alors qu’il sortait de sa rencontre avec les élus.

Le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa a également communiqué son enthousiasme après avoir échangé avec Barbada, malgré les doutes initiaux du conseil de l’arrondissement du St-Laurent qui ne veut toujours pas partager d’où venait cette opposition exactement.

Il reste à observer combien de policiers devront être présents à cette activité «pour enfants» à l’arrondissement de la bibliothèque du Saint-Laurent, puis combien de politiciens vont partager un Tweet à cet égard. Gardons nos yeux ouverts.



Laissez un commentaire