M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une nouvelle loi de Virginie-Occidentale interdit l’avortement des bébés trisomiques

Par Steven Ertelt (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Cavan for Adobe/Adobe Stock

Une nouvelle loi de la Virginie-Occidentale entre en vigueur le 10 juin et interdit l’avortement des bébés atteints de trisomie 21.

En mars, le gouverneur de la Virginie-Occidentale, Jim Justice, a signé un projet de loi pro-vie qui constitue une nouvelle étape pour mettre fin aux avortements et protéger les enfants à naître contre l’avortement.

Les législateurs de l’État ont approuvé un projet de loi qui interdirait les avortements pratiqués sur des bébés atteints de trisomie ─ qui sont souvent la cible d’avortements lorsque les tests prénataux indiquent que le bébé pourrait être atteint de cette maladie. À cinq minutes de la fin de la session ordinaire de 60 jours, la loi sur la protection et l’éducation des enfants à naître atteints de trisomie (SB 468), un projet de loi soutenu par West Virginians for Life (WVFL), a été adopté par le Sénat de Virginie-Occidentale par un vote bipartite de 27 à 5, après un vote de 81 à 17 à la Chambre des délégués plus tôt dans la journée.

La nouvelle loi protégera les bébés à naître contre l’avortement en raison d’un diagnostic de handicap et obligera les médecins à fournir du matériel éducatif et des informations sur les systèmes de soutien disponibles pour les familles qui élèvent des enfants handicapés.

La justice a déclaré que cette loi était nécessaire en raison de la manière discriminatoire dont certains bébés sont ciblés par les avortements.

« Selon moi, cela semble terriblement discriminatoire », a-t-il déclaré.

Le juge a signé le projet de loi lors de la Journée mondiale de la trisomie 21qui est célébrée le 21 mars pour plaider en faveur de la pleine intégration dans la société des personnes atteintes de trisomie.

Le groupe pro-vie Susan B. Anthony List a applaudi la signature et sa présidente Marjorie Dannenfelser a déclaré à Lifenews : « La Virginie-Occidentale fait aujourd’hui un pas en avant audacieux dans la lutte contre la discrimination eugénique en Amérique. Les recherches montrent que 99 % des personnes atteintes de trisomie 21 mènent une vie heureuse, mais au lieu d’être chéries et incluses, elles sont trop souvent la cible d’une destruction dans l’utérus, là où elles sont le plus vulnérables. Nous sommes fiers de nous tenir aux côtés des Virginiens de l’Ouest, de la communauté des défenseurs de l’autonomie et de leurs proches pour demander à notre nation d’embrasser, et non d’effacer, la trisomie 21. »

« Nous sommes reconnaissants de l’action rapide du gouverneur Justice et de tous nos alliés pro-vie locaux, en particulier les membres du National Pro-Life Caucus, Del. Kayla Kessinger et Sen. Patricia Rucker, qui ont travaillé sans relâche jusqu’aux dernières minutes de la session pour que ces protections vitales soient inscrites dans la loi. Dans l’attente d’une décision dans l’affaire historique Dobbs, nous espérons que les citoyens de chaque État auront bientôt la possibilité de moderniser nos lois. »

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Plus tôt cette année, la 6e Cour d’appel du circuit américain a autorisé l’entrée en vigueur d’une loi du Tennessee interdisant les avortements discriminatoires fondés sur le sexe, la race ou le diagnostic prénatal de la trisomie 21, pendant la durée du litige. La cour a également déclaré qu’elle attendrait pour entendre l’affaire que la Cour suprême des États-Unis rende sa décision dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, une affaire qui déterminera si toutes les limites à l’avortement avant la viabilité sont inconstitutionnelles. La Cour a entendu les arguments oraux dans cette affaire le 1er décembre 2021, et une décision est attendue d’ici l’été.

Le parrain principal du projet de loi était le sénateur Patricia Rucker, avec des coparrains : les sénateurs Mike Azinger, Donna Boley, Charlie Clements, Amy Nichole Grady, Robert Karnes, Mike Maroney, Mark Maynard, Rupie Phillips, Rollan Roberts, Randy Smith, David Stover, Dave Sypolt, Eric Tarr, Jack Woodrum et Patrick Martin. Le délégué Kayla Kessinger était le principal parrain du projet de loi HB 4337.

« Tuer un enfant à naître en raison d’un handicap est une forme extrême de discrimination à l’égard des personnes handicapées », a déclaré Karen Cross, liaison politique de West Virginians for Life. « Je suis très fière de l’Assemblée législative de Virginie-Occidentale qui protège ces bébés handicapés vulnérables contre l’avortement ».

Un sondage Marist (janvier 2021) a montré que sur les 1 173 adultes interrogés, 70 % « s’opposent à l’avortement en raison de la probabilité qu’un enfant naisse avec la trisomie 21 ».

Après la victoire, la directrice législative de l’État du National Right to Life (NRLC), Ingrid Duran, a déclaré : « Le National Right to Life Committee applaudit le grand État de Virginie-Occidentale pour avoir mis un terme aux avortements eugéniques et fourni des ressources utiles aux familles qui reçoivent un diagnostic de handicap chez leur enfant à naître ».

Wanda Franz, présidente de la WVFL, a souligné que, « dans le monde entier, un ensemble substantiel de recherches menées au cours des dernières décennies a révélé que les femmes qui ont choisi d’interrompre une grossesse en raison d’une anomalie fœtale, par rapport à celles qui ont mené leur bébé à terme, risquent d’avoir des problèmes de santé mentale graves et prolongés ».

Le sénateur républicain Mike Azinger, qui a parrainé le projet de loi, a déclaré lors de l’examen du projet de loi que les parents sont souvent informés à tort que leur bébé est atteint de trisomie et qu’ils subissent des pressions pour avorter un tel enfant.

« Je vois sur Facebook, ces parents tenant un bébé qui allait soi-disant avoir toutes sortes de problèmes à la naissance, peut-être même ne pas vivre, et ils vont parfaitement bien », a-t-il dit. « Ou bien, le pronostic avant la naissance était loin d’être aussi mauvais que ce qu’il s’est avéré ».

Cette législation exigera qu’un praticien de la santé qui administre ou fait administrer un test pour tout handicap ou diagnostic physique, émotionnel ou intellectuel à un futur ou nouveau parent doit, dès réception d’un résultat de test qui confirme la présence d’un handicap, fournir au futur ou nouveau parent des informations éducatives mises à disposition par le ministère de la Santé et des Ressources humaines du WV.

Mary Anne Buchanan, de West Virginians for Life, explique qu’il arrive qu’un diagnostic prénatal erroné soit posé, comme dans le cas de cette histoire racontée par Hilda Shorter, responsable de la section du comté de Raleigh de la WVFL.

« Le médecin nous a appelés pour nous dire qu’il y avait de fortes chances que mon petit-fils Cooper naisse avec la trisomie 21 et il a dit à ma fille qu’elle avait 10 jours pour décider d’avorter. Il est né parfait et est un homme de 20 ans très productif. Quatre ans plus tard, nous avons eu la chance d’avoir notre précieux petit-fils Dalton, qui est trisomique. Il est l’amour de ma vie et de tous ceux avec qui il entre en contact. »

Plus de 90 % des membres de la famille déclarent aimer et être heureux de vivre avec un membre de leur famille atteint de la trisomie 21. En outre, 99 % des personnes atteintes de trisomie déclarent être heureuses.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire