M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une femme forcée de partager une chambre avec un transgenre

Par Eric Pilon (Le Peuple) — Voici la ou les sources de cet article : The National Post/Voici la source de la photo : nancydowd CC0

Elle poursuit un refuge pour atteinte aux droits de la personne alléguant que la situation lui a causé de l’anxiété.

Une Ontarienne a déposé une plainte pour atteinte aux droits de la personne contre un refuge de Toronto pour femmes toxicomanes, alléguant que le personnel l’avait forcée à partager une chambre avec une personne transgenre en période préopératoire.

Kristi Hanna a signalé au Tribunal des droits de la personne de l’Ontario que la présence de la personne transgenre dans la même chambre qu’elle lui avait causé de l’anxiété en plus de lui avoir occasionné un manque de sommeil. Mme Hanna garde des séquelles des abus sexuels dont elle a été victime dans le passé, ainsi que des problèmes résultant de la dépendance à l’alcool et à la cocaïne.

L’Ontarienne a passé sept mois au Jean Tweed Centre, dont deux jours avec la personne transgenre. Étrangement, quand elle a appelé le Centre d’assistance juridique en matière de droits de la personne (CADJP) pour demander conseil, on lui a dit que c’était elle qui avait fait preuve de discrimination pour avoir dit de son chambreur qu’il était un homme. Du côté du refuge, on lui aurait dit que l’endroit était inclusif et qu’elle devait surmonter ses craintes ou partir.

Rappelons que la discrimination en fonction de l’« identité de genre » est interdite au fédéral depuis juin 2017. Selon ce concept central à l’idéologie transgenre, une personne peut être un homme ou une femme comme elle peut s’identifier autrement que comme homme ou comme femme, et ce, sur la simple base de sa déclaration, sans égard pour sa réalité biologique.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire