M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Une commission scolaire de Virginie rejette à l’unanimité les directives transgenres

Par Raymond Wolfe — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Gorodenkoff/AdobeStock

21 juillet 2021 (LifeSiteNews) — Un conseil scolaire de Virginie a rejeté les nouvelles politiques radicales de l’État en matière de transgenrisme lors d’un vote unanime la semaine dernière, à la suite de plaintes de parents indignés et d’autres membres de la communauté.

Le conseil scolaire du comté de Russell a voté à l’unanimité de ses sept voix jeudi pour rejeter les directives relatives aux étudiants transgenres, promues par le département de l’éducation de Virginie (VDOE), rapporte l’Epoch Times. Le conseil a également voté contre l’intégration de la théorie critique de la race dans les cours.

Au début de l’année, le VDOE a introduit des modèles de politiques imposant aux écoles publiques « d’accepter l’assertion d’un élève sur son identité de genre sans exiger de preuves particulières, y compris diagnostic, traitement ou documents juridiques ».

Ces politiques autorisent en outre les élèves à utiliser les vestiaires et les salles de bains en fonction de leur « identité de genre », et menacent de licencier les enseignants en cas de non-respect de ces règles. Selon le département de l’éducation, les écoles doivent « adopter des politiques qui sont conformes aux politiques modèles, mais pouvant être plus complètes que celles-ci », qui devraient être mises en œuvre cet automne.

« J’ai été élu par les gens de cette communauté, et j’ai l’intention de me tenir debout pour protéger chaque enfant et d’accomplir la volonté des gens du comté de Russell — et non celle d’un gouvernement d’État envahissant », déclarait jeudi Bob Gibson, membre du conseil scolaire du comté de Russell. « La chose la plus importante que nous puissions faire est de protéger chaque enfant et de leur fournir un endroit sûr et sécurisé pour apprendre. »

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Plusieurs parents de la région avaient dénoncé les directives du VDOE lors d’une réunion diffusée en direct avant le vote du conseil scolaire la semaine dernière. « Cela pourrait menacer directement la sécurité physique et le droit à la vie privée de nos enfants », déclara un homme qui s’est identifié en tant que père d’un élève à l’école publique, ajoutant que « la politique oblige les écoles à autoriser les garçons qui s’identifient comme filles, par exemple, [à] utiliser les toilettes des filles, les vestiaires des filles, et cela peut être fait sans en informer les parents. »

« Nous devons dire oui à la protection de nos enfants, non à l’obligation d’adopter des programmes politiques sexualisés. »

Le VDOE a affirmé que le rejet des règles transgenres extrêmes du département par le conseil scolaire du comté de Russell enfreignait la loi de l’État.

« La loi de 2020 (projet de loi 145 de la Chambre et projet de loi 161 du Sénat) exige que les conseils scolaires locaux “adoptent des politiques conformes aux politiques modèles élaborées par le département de l’éducation de Virginie, mais qui peuvent être plus complètes que celles-ci”, avant le début de l’année scolaire 2021-2022 », a déclaré un porte-parole du VDOE au Washington Examiner. « Il est de la responsabilité du conseil scolaire local de suivre la loi ».

Cependant, un groupe de juristes chrétiens basé en Virginie, qui poursuit le VDOE pour bloquer ses politiques, a fait valoir que les écoles « ne peuvent tout simplement pas adopter » les orientations « juridiquement problématiques ».

« Les politiques elles-mêmes enfreignent plusieurs lois étatiques et fédérales, dont de nombreux droits fondamentaux des étudiants, des parents et des enseignants », a déclaré Josh Hetzler, conseiller juridique du Founding Freedoms Law Center, lors d’une conférence de presse vendredi dans le comté de Russell.

« En raison de l’ampleur des problèmes juridiques que posent les politiques modèles du VDOE, sans parler de la probabilité de préjudices tangibles auxquels elles donneront lieu — à l’intimité corporelle, à la sécurité et à la dignité des élèves dans les espaces privés, et aux droits des parents — les conseils scolaires ne peuvent tout simplement pas adopter des politiques conformes aux politiques modèles existantes. »

M. Hetzler a indiqué qu’une audience pour injonction préliminaire visant à suspendre les directives est prévue mercredi à la Cour de circuit de Lynchburg.

Les parents de Virginie à travers l’État ont intensifié la lutte contre le transgenrisme dans les écoles publiques cette année, y compris dans le comté de Loudoun, où deux parents ont récemment été arrêtés après avoir protesté contre les politiques relatives au transgenrisme et la théorie critique de la race.

« Nous sommes la majorité, et ils nous écartent, ils nous censurent, ils avancent avec leur propre programme politique sans tenir compte des électeurs qu’ils représentent — et à cause de cela, ils seront rappelés [de leurs fonctions] », a déclaré en juin à LifeSiteNews Brenda Tillett, parent du comté de Loudoun et présidente de Stand Up Virginia.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire