M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un prêtre catholique du Michigan refuse la communion à un juge homosexuel


La juge Sarah Smolenski.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Capture d'Écran sur Wood TV

Voilà un prêtre qui tient fermement à l’enseignement de l’Église catholique, le mettant en pratique. Extrait de LifeSiteNews :

Un prêtre catholique d’East Grand Rapids, au Michigan, aurait refusé la Sainte Communion à un juge de comté, parce que cette femme avait contracté un prétendu « mariage » avec une autre femme.

Selon un reportage sur le site Wood TV, le père Scott Nolan de l’Église catholique St. Stephen a récemment contacté par téléphone le juge Sara Smolenski pour l’informer qu’à cause de son « mariage » il ne pouvait recevoir la communion. Smolenski prétend : « Il a dit : “Parce que vous vous êtes mariée à Linda dans l’État du Michigan, vous ne pouvez pas accepter la [C]ommunion”, c’est ce qu’il a dit. »

Le juge Smolenski aurait été « marié » à une autre femme depuis 2016. Il prétend être membre de la paroisse depuis 62 ans et l’article indique qu’il a récemment fait un don de 7 000 $ aux fonds d’entretien de la paroisse. Selon l’article, certains membres de la paroisse soutiennent le P. Nolan, tandis que d’autres demandent son renvoi et cherchent à rencontrer l’évêque local.

« Smolenski, qui siège à la Cour depuis près de 30 ans, vient d’une famille d’éminents membres de la communauté, dont son père, qui était également juge à la cour du district, et son frère, un juge de la cour d’appel de l’État », indique l’article de Wood TV.

L’enseignement de l’Église Catholique :

L’Église catholique enseigne que [le but premier du] mariage est l’union à vie d’un homme et d’une femme en vue de la procréation et de l’éducation des enfants. L’Église enseigne que les actes sexuels homosexuels sont par nature de graves péchés.

En ce qui concerne l’administration de la Sainte Communion, le droit de l’Église catholique précise, dans le canon 915 du Code de droit canonique de 1973, que ceux qui « persistent avec obstination dans un péché grave et manifeste, ne seront pas admis à la sainte communion. »

Publicité
La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire