M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un avortoir où sont récoltés des organes


Curtis Boyd

Par Kristi Burton Brown (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Curtis Boyd est un avorteur notoire aux États-Unis. Filmé et interrogé par les journalistes à plusieurs reprises, Boyd n’est pas gêné par ce qu'il fait aux bébés — dont beaucoup auraient pu survivre seuls en hors du ventre de leur mère.

Dans un entretien avec la chaîne de nouvelles texane KVUE, Boyd a admis: « Est-ce que je tue? Oui, je tue. Je le sais. »

L’établissement où Boyd avorte des enfants s’est associé à l’Université du Nouveau-Mexique et préleve des parties de corps de bébés à des fins de dissection et de « recherche ». Les journaux de techniciens participant aux recherches de l’UNM notent la demande de « cerveaux entiers fixes » auprès de l’établissement où Boyd opère. Ils parlent ensuite de certains des bébés qui ont été récoltés après un avortement, dont beaucoup ont peut-être été « terminés » personnellement par Boyd :

Triplets de 12,7 semaines. Trois yeux… 2 cœurs, poumon, cerveau.

Étiquetée par la clinique à 28 semaines.

26 +… tête intacte. La clinique pensait qu’il avait 30 semaines; Le chercheur n° 1 pensait 32.

Jumeaux de 20 semaines — cerveaux intacts

Cerveau, 2 yeux, un cœur [de bébé de 24 semaines]

24 semaines… tête pas intacte

30,5 semaines… intact — n'a pas été disséqué

Jumeaux = 1 semaine/pieds déformés

 

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La secrétaire en chef du centre d’avortement où Boyd exécute à Dallas révèle la formation qu’elle a reçue:

J'ai été formée par un directeur de marketing professionnel sur comment vendre des avortements par téléphone. Il formé sur une longue période chacune de nos réceptionnistes, infirmières et autres gens qui auraient affaire à des personnes au téléphone. L’objectif était, lorsqu’une femme appelait, de s’assurer de la vente pour qu’elle ne se fasse pas avorter ailleurs, fasse adopter son bébé ou change d’avis. Nous le faisions pour l'argent.

Cette philosophie a détruit des enfants en plus de prendre la vie de plusieurs femmes. En 2018, Boyd a aussi été placée sous « examen formel » par le conseil médical du Nouveau-Mexique suite à la mort d’une femme [étant passé par son établissement], Keisha Marie Atkins. Sa mère a entamé une poursuite judicaire pour mort injustifiée contre les installations où Boyd travaille et l’avorteur personnellement le mois dernier, en septembre 2018 […]

En dépit de la témérité et de la violence des activités de Boyd, il insiste, « ce que je fais est important. »

Publicité



Laissez un commentaire