M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Lutter pour les droits parentaux — votre député provincial peut-il suivre ces exemples ?

Par Jack Fonseca (Coalition nationale pour la Vie) — Traduit par Campagne Québec-Vie

J’ai des nouvelles pro-famille encourageantes à partager avec vous de l’un des endroits les plus improbables du Canada.

La Colombie-Britannique (dite la « côte gauche ») est une terre fertile pour les politiques progressistes et socialistes, dirigée par un gouvernement NPD radical. Cependant, il y a des gens bien dans la province qui ont émergé pour mener le bon combat. Permettez-moi de vous parler de deux d’entre eux.

Tout a commencé la semaine précédant l’Action de grâce, lorsque les députés provinciaux sont retournés au travail pour le début de la session d’automne de la législature.

Le premier de ces politiciens courageux dont je souhaite vous parler est le chef du parti conservateur de la Colombie-Britannique, le député John Rustad.

Lors de sa première période de questions depuis qu’il a pris la tête du parti conservateur, et alors que tous les regards étaient tournés vers lui pour savoir ce qu’il pourrait demander au premier ministre néo-démocrate, le député John Rustad a stupéfié le gouvernement et les médias en profitant de l’occasion pour dénoncer les méfaits de l’idéologie du genre enseignée dans les salles de classe de la province.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Voici la question que John Rustad a posée au premier ministre David Eby le 3 octobre dernier, à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique :

« Des milliers de Britanno-colombiens, dont beaucoup appartiennent à des communautés minoritaires, ont manifesté contre la SOGI 123, introduite à l’origine par les B.C. United Liberals.

Les parents s’inquiètent de la sexualisation de leurs enfants dans le système éducatif du gouvernement néo-démocrate.

Le ministre admettra-t-il que SOGI 123 a semé la discorde, qu’elle a porté atteinte aux droits des parents et qu’elle a détourné l’attention de l’éducation des élèves ? »

Il est clair que M. Rustad connaît la position des parents sur cette question, et il était réconfortant de l’entendre s’exprimer aussi franchement à ce sujet à l’Assemblée législative ! (Malheureusement, nous ne sommes pas habitués à ce que les élus canadiens s’expriment avec autant d’audace sur des questions morales, que ce soit au niveau provincial ou fédéral.)

Cependant, le premier ministre néo-démocrate de la Colombie-Britannique, David Eby, n’a pas du tout apprécié cette remise en question de ses politiques d’éducation LGBT.

En fait, il a répliqué que M. Rustad ne devrait même pas poser ce genre de questions parce qu’elles « alimentent le feu de la division » en Colombie-Britannique. La réplique de M. Eby est scandaleuse quand on y pense.

C’est l’endoctrinement LGBT et l’idéologie du genre imposés aux enfants pendant qu’ils sont à l’école qui posent problème, et non le fait qu’un membre de la législature provinciale prenne la défense d’enfants vulnérables et de leurs parents inquiets.

Vous pouvez visionner l’intégralité de l’échange, qui a été publiée par un journaliste de Rebel News, ici.

M. Rustad n’était pas le seul défenseur des droits parentaux à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique.

Le deuxième politicien courageux dont je vais vous parler est le collègue de M. Rustad, le député du Parti conservateur de la Colombie-Britannique Bruce Banman. Ce dernier, qui représente la circonscription provinciale d’Abbotsford South, a abordé la question en lisant un extrait de l’un de ces livres sexuellement explicites que les activistes sexuels radicaux ont réussi à imposer dans les écoles.

L’extrait du livre, qui aurait été destiné à des élèves de sixième année, était si grossier, si graphique et si offensant que le président de la législature a demandé à M. Banman d’arrêter d’utiliser « ce genre de langage »...

Ce qui illustre parfaitement le point de vue de M. Banman.

Si un livre destiné aux enfants contient des termes aussi grossiers et explicites qu’il n’est pas acceptable que des élus les prononcent dans leur enceinte législative...

Comment un tel ouvrage peut-il être, ne serait-ce que de loin, approprié pour les enfants ?

La réponse est simple : il ne l’est pas et ne le sera jamais.

Comme vous pouvez l’imaginer, le néo-démocrate au pouvoir a minimisé les préoccupations de M. Banman au nom de la « diversité » et de l’« inclusion ».

Vous pouvez visionner le discours du député Banman lors de la période de questions ici.

C’est tellement excitant de voir les représentants provinciaux élus de C.-B. défendre la cause des droits parentaux à l’Assemblée législative, n’est-ce pas ?

N’aimeriez-vous pas que votre propre député, élu pour vous représenter auprès de votre gouvernement provincial, pose des questions et fasse des discours comme M. Rustad et M. Banman ?

Eh bien, ils le feront peut-être... si un nombre suffisant de leurs électeurs leur demandent de commencer à suivre l’exemple de ces formidables législateurs provinciaux !

C’est pourquoi j’écris. Nous avons fait en sorte qu’il soit très facile pour vous de leur demander de faire précisément cela !

Agissez

Nous demandons à tous nos sympathisants à travers le Canada de contacter leur élu provincial et de lui demander de suivre l’exemple courageux de M. Rustad et de M. Banman.

Veuillez contacter votre représentant provincial à l’aide de notre outil d’alerte par courriel, et encouragez-le à s’élever à son assemblée législative contre la propagation de l’endoctrinement LGBT dans les salles de classe, et contre les livres quasi pornographiques et sexuellement explicites disposés dans les bibliothèques scolaires.

Notre outil d’alerte à l’action par courriel vous permet de sélectionner votre représentant provincial local et de lui envoyer un courriel professionnellement rédigé, en quelques minutes !

Vous pouvez choisir parmi plusieurs options de messages pré-rédigés. Il vous offre également un moyen facile de passer un appel téléphonique ou d’envoyer un message vocal à votre député, en suivant un script à l’écran que nous vous fournissons. Enfin, si ce genre de chose vous intéresse, notre logiciel vous permet d’envoyer un tweet pré-écrit à votre député.

Nous vous remercions de votre soutien à cette initiative et nous vous souhaitons bonne chance.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.