M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Leur fille est née sans bras, mais ils n’auraient jamais pu l’avorter


Ivy McLeod.

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo :

Lorsqu’elle a appris que son bébé à naître n’avait ni mains ni avant-bras, Vanessa McLeod s’est sentie dévastée.

Les médecins spécialistes n’ont fait qu’ajouter à ses craintes lorsqu’ils lui ont suggéré d’avorter. Elle dit qu’ils l’ont fait se sentir « coupable » de vouloir son bébé, et elle a commencé à douter de sa capacité à s’occuper d’un enfant ayant des besoins spéciaux.

Dans un article publié sur le site Cafe Mom, l’auteure canadienne explique qu’elle savait qu’elle ne pouvait pas avorter sa fille Ivy, et que les encouragements de son mari et de ses parents l’ont aidée plus que tout.

« J’étais encore paralysée par la peur et l’inquiétude pendant le reste de ma grossesse, mais mon point de vue a commencé à changer », a-t-elle déclaré. « Les choses ont commencé à avoir un sens, à s’emboîter. Je me sentais bien. J’avais l’impression que l’Univers m’avait choisie, parmi des millions de mères, pour être la maman d’Ivy. »

Elle a déclaré qu’elle était enceinte de 19 semaines lorsqu’elle a découvert que sa fille avait un problème. Son mari étant absent pour son travail, sa mère l’a accompagnée à l’échographie. Bien que celle-ci ait duré plus longtemps que d’habitude, elle dit qu’elles ne pensaient pas que quelque chose n’allait pas.

Le lendemain, cependant, la sage-femme a appelé pour annoncer la mauvaise nouvelle. Son père et sa mère l’ont accompagnée pour rencontrer la sage-femme et en savoir plus.

« À partir du moment où ma sage-femme m’a appelée jusqu’à ce que nous arrivions dans son bureau, je pense ne pas avoir cessé de pleurer. J’étais terrifiée à l’idée de perdre ce bébé. Alors que ma mère et moi étions assises dans le stationnement du cabinet de ma sage-femme, nous préparant à entrer, ma mère m’a regardée et m’a dit : “Vanessa, peu importe ce que c’est, nous allons y arriver” », a-t-elle déclaré.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La première chose que la sage-femme a mentionnée, c’est la possibilité d’une fente labiale, se souvient Mme McLeod.

« J’ai commencé à avoir de l’espoir. Est-ce que c’était tout ? Juste un petit problème, quelque chose de superficiel ? … Mais il y avait plus que cela », écrit-elle.

La sage-femme lui a dit que le bébé présentait des signes de problèmes cardiaques et que son fémur était courbé et plus court que l’autre. Enfin, elle a dit à McLeod que son futur bébé n’avait ni mains ni avant-bras.

« Ce fut comme un coup de poing dans l’estomac », se souvient-elle. « J’ai perdu mon souffle. Cela m’a terrassée, les sanglots m’ont déchirée, et les visions de mon parfait petit bébé ont volé en éclats. »

Cependant, son père a quitté le bureau avec des mots d’encouragement : « Elle va être une bénédiction pour notre famille. Je pense que notre famille a besoin de quelqu’un comme elle. Elle va nous apprendre tellement de choses ».

Peu de temps après, elle et son mari se sont rendus à l’hôpital pour enfants de Vancouver pour rencontrer des spécialistes au sujet de l’état de leur fille. Ce qui s’est passé n’était pas ce à quoi les McLeod s’attendaient.

Elle a écrit :

Je pensais que cela signifiait que nous allions obtenir des réponses ce jour-là — que les médecins pourraient me dire pourquoi cela s’est produit, quelle en était la cause et quelle était la prochaine étape. Mais les rendez-vous ont été très décevants à cet égard et, en fait, les médecins nous ont posé plus de questions qu’ils n’ont apporté de réponses et ils ont entaché toute cette expérience de tant de négativité.

Je souhaite de tout mon cœur que le rendez-vous se soit déroulé différemment. Que quelqu’un nous ait dit que tout irait bien.

Que quelqu’un nous ait dit combien notre petite fille serait belle et parfaite, qu’elle sourirait et éclaterait de rire, qu’elle vivrait une vie remplie de tant d’amour. J’aurais aimé savoir à l’époque ce que je sais maintenant. J’aimerais pouvoir faire disparaître toute l’inquiétude, la douleur, la peur et le chagrin que j’ai ressentis.

Au lieu de cela, nous avons reçu des nouvelles de malheur. On nous a enlevé tout espoir.

Elle dit avoir été choquée lorsque les médecins leur ont suggéré d’avorter leur petite fille. Bien que Mme McLeod se dise pro-choix, elle n’a jamais envisagé d’avorter elle-même.

Lorsque mon mari et moi avons commencé à dire que nous voulions la garder, le médecin généticien nous a dit, d’un ton vif et brutal : « Mais pensez à sa qualité de vie. Elle n’aura pas de mains », se souvient-elle.

Mais son mari l’a rassurée en lui disant qu’ils feraient en sorte que ça marche.

« Je ferai tout ce qu’il faut pour m’occuper d’elle », lui a-t-il dit. « Je lui construirai n’importe quoi. Je veux [ma fille]. Je ferai tout ce qu’il faut. Je prendrai soin d’elle pour le reste de sa vie. »

Ses mots lui ont donné de l’espoir.

Quelques mois plus tard, Ivy est arrivée, prématurée mais belle — et absolument précieuse.

« Quand je l’ai mise au monde et que je l’ai tenue dans mes bras, j’ai ressenti une telle paix », a déclaré sa mère. « Et quand elle a ouvert les yeux et m’a regardée pour la toute première fois, j’ai su qu’elle était exactement là où elle devait être. »

Mme McLeod a déclaré qu’elle voudrait que le monde entier sache que sa fille a de la valeur, peu importe son apparence ou ce qu’elle est capable de faire.

« Certaines personnes ont les yeux bleus, d’autres les ont verts. Certains ont les cheveux blonds, d’autres bruns. Certains sont nés avec des mains, d’autres sans », a-t-elle déclaré. « Et j’espère que je pourrai toujours lui transmettre que sa vie a un sens, a de la valeur, et sera toujours remplie de tant d’amour, indépendamment de son apparence ou de ses capacités. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire