M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les pro-vie enterrent un enfant à naître avorté de 7 semaines qu’un avorteur gardait dans son coffre

Par Lisa Bourne — traduit par Campagne Québec-Vie

Il y a une chose que je me demande, cet enfant à naître n’ayant sûrement pas été baptisé par le baptême de désire (si, par exemple, la mère désire que l’enfant à naître soit baptisé et que celui-ci meure avant d’avoir pu l’être, il l’est), aussi la question que je me pose est : ont-ils enterré les restes de ce pauvre enfant en terre bénite ou non ? Peut-être pas.

Attention, images pouvant choquer — A. H.

Brighton, Michigan, 30 novembre 2018 (LifeSiteNews) — Plus de 150 personnes en deuil se sont réunies le 24 novembre pour honorer un enfant avorté anonyme, le dernier des 15 bébés trouvés dans le coffre de la voiture de Michael Roth, avorteur du Michigan, en septembre 2015.

Quatorze des enfants avortés ont été inhumés le 3 novembre au Holy Sepulchre Cemetery (cimetière Saint-Sépulcre) à Southfield au Michigan.

Des pro-vie locaux de Livingston avaient demandé à enterrer l’un des 15 enfants avortés, connus sous le nom de bébés du « coffre de l’avorteur », en l’appelant du nom de Michael Gabrielle. Le bébé, âgé d’environ sept semaines, a été enterré dans le cadre de rites funéraires solennels le samedi 24 novembre, après la messe à la paroisse Holy Spirit à Brighton.

"Aujourd’hui, nous avons enterré un être humain non désiré ", a déclaré Monica Migliorino Miller, directrice de Citizens for a Pro-Life Society (CPLS) (Citoyens pour une société Pro-vie).

« Cette minuscule personne n’est qu’une des soixante millions de personnes qui ont été mises à mort avec la sanction de la loi injuste de Roe c. Wade, » dit-elle. « En effet, ce petit enfant représente tous ceux qui sont victimes de la violence dans notre pays. »

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le CPLS avait travaillé pendant deux ans pour obtenir les restes des bébés en vue de leur inhumation. Les corps ont finalement été remis par le bureau du médecin légiste du comté d’Oakland à la maison funéraire Borek-Jennings à Hambourg, au Michigan, en août.

Roth avait fait des avortements à côté du coffre de sa voiture, conduisant avec des pièces de bébé [dans son coffre].

En septembre 2015, les restes des 15 bébés avortés ont été découverts dans le coffre de la voiture de Michael Roth, avorteur du Michigan, par la police de West Bloomfield.

Le CPLS a donné des détails sur la façon dont les bébés du coffre de l’avorteur ont été découverts dans une déclaration à l’enterrement de Michael Gabrielle.

Roth avait perdu le bail de l’immeuble Novi, au Michigan, où il a dirigé un centre d’avortement pendant plus de 20 ans, en mai 2014. Selon des pro-vie locaux, Roth avait des antécédents de poursuites judiciaires […] pour avoir entre autres pratiqué des avortements à domicile dans les années 1990, ainsi que des sanctions imposées par la Licensing and Regulatory Affairs (LARA) de l’État du Michigan.

Au cours des mois qui ont suivi, Roth a tenté de louer d’autres locaux pour reprendre sa pratique d’avortement.

Les militants pro-vie locaux ont continué de suivre sa piste, réussissant à deux reprises à influencer les propriétaires pour qu’ils ne louent pas à l’avorteur.

À la fin de l’année 2015, Roth a loué des bureaux à Farmington Hills, mais il semble que son bail ne lui ait pas permis de pratiquer des avortements, et il a fini par fermer également ce bureau.

En septembre 2015, Roth a été impliqué dans un accident de voiture dans sa ville natale de West Bloomfield, où il a frappé et gravement blessé un piéton. En conséquence, sa voiture a été saisie par la police locale.

Roth a demandé à la police de West Bloomfield s’il pouvait récupérer les effets personnels qui se trouvaient dans le véhicule. La police a accédé à la demande.

Lorsqu’ils ont ouvert la voiture, ils ont également découvert que Roth était en possession illégale de médicaments liés aux procédures d’avortement.

La recherche a également conduit à la découverte des restes des 15 enfants avortés.

Il semble que Roth faisait des avortements près du coffre de sa voiture.

À la suite d’une enquête, Roth a finalement été reconnu coupable l’an dernier de trois chefs d’accusation liés à la possession illégale de narcotiques. Il a été condamné à 18 mois de probation, a reçu une amende de 798 $ et son permis de médecin a été suspendu par le conseil médical de l’État du Michigan.

Bizarrement, Roth n’a jamais été accusé d’avortement illégal.

Mme Miller dit que puisque M. Roth était un médecin autorisé, le procureur général adjoint qui s’occupait de l’affaire manquait d’assurance nécessaire pour obtenir une condamnation pour avoir apparemment pratiqué des avortements à l’extérieur d’un milieu clinique.

Une respectueuse inhumation « la première œuvre de miséricorde que ces enfants à naître connaîtront sur cette terre »

Les bébés ont été retenus comme preuve par le bureau du médecin légiste du comté d’Oakland, et après des douzaines d’appels téléphoniques de Mme Miller et de lettres de demande, les enfants avortés ont été remis au groupe pro-vie.

Le médecin légiste du comté d’Oakland avait dit dans une analyse initiale que les pots contenaient des tissus humains décrits comme des « restes d’interventions médicales effectuées » et des « produits de la conception », pas des fœtus.

« Je ne sais pas avec quel soin le médecin légiste a regardé dans ces bocaux, » dit-elle, « mais ils contenaient des restes humains identifiables. »

« J’ai regardé dans les pots, » dit Mme Miller. « J’ai vu les petits corps [comme] moi-même — leurs bras, leurs jambes, leurs pieds, leurs colonnes vertébrales — tous là. Ce sont de vrais êtres humains, ils vivaient, ils ont été mis à mort, ils ont été traités avec un total manque de respect — et maintenant, ces personnes non voulues vont au moins recevoir un enterrement humain et digne. »

« Dans la religion chrétienne, il y a sept œuvres de miséricorde corporelles », a-t-elle ajouté. « La dernière œuvre de miséricorde est d’enterrer les morts — mais ce sera la première œuvre de miséricorde que ces enfants à naître connaîtront sur cette terre. »

Une pierre en granit sera installée au cimetière Holy Spirit, gravée au nom de Michael-Gabrielle, rapporte le Livingston Daily Press, y compris une désignation de l’enfant comme victime d’avortement, et d’un verset du livre de l’Apocalypse : « Il essuiera chaque larme de leurs yeux. »

« Il ou elle n’a pas de famille et nous sommes donc devenus la famille de cette personne inconnue », a dit Mme Miller.

« Quand nous avons placé son corps dans la terre, c’était la seule œuvre de miséricorde que cet homme avorté aura jamais connu », dit-elle. « Et quand nous nous tenons devant la tombe, nous nous engageons à lutter pour une culture de vie et la fin de l’avortement. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire