M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le transgenrisme est un péché contre au moins quatre des dix commandements : un prêtre franciscain


Le Père Terrence Chartier.

Par Matt Lamb — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : franciscanfriars

9 juin 2022, Bloomington, Indiana (LifeSiteNews) — Un prêtre franciscain a déclaré que l’idéologie transgenre est un affront à au moins quatre commandements.

« L’un des défis culturels les plus récents au sixième commandement et à la réalité et l’intégrité de la personne humaine est l’idéologie transgenre », a déclaré le père Terrance Chartier des Frères franciscains de l’Immaculée lors de son homélie du 30 mai au couvent de Bloomington.

Mentir à quelqu’un en lui disant qu’il est d’un sexe différent enfreint le huitième commandement, tandis que l’aider à mutiler son corps par la voie d’opération ou de substances viole le cinquième commandement, a-t-il ajouté plus loin dans son homélie. « Tenter de modifier chimiquement, chirurgicalement ou “hormonalement” mon sexe est un péché grave, c’est en fait une forme de mutilation », a-t-il souligné.

« En tant qu’idéologie, [le transgenrisme] contredit la loi naturelle et la révélation divine, donc l’affirmer serait un péché, ce serait en fait un péché contre le premier commandement, donc un péché contre la vertu de la foi, contre la vérité divinement révélée sur la sexualité humaine », a ajouté le père Chartier.

Le transgenrisme est « aligné sur la fausse compréhension de la personne humaine et la fausse compréhension de la sexualité humaine, qui fait partie intégrante du mouvement homosexuel moderne », a-t-il déclaré.

« Les promoteurs du transgenrisme croient que l’identité sexuelle, et donc l’identité humaine, est autodéfinie et qu’elle relève du choix personnel de l’individu », a expliqué le prêtre. « Donc, les faits de la nature ne sont pas des faits à moins que je dise qu’ils le sont. Ce serait essentiellement leur position idéologique ».

Le père Chartier a déclaré que « le transgenrisme est le dernier fruit de ce que le pape Benoît XVI a appelé la dictature du relativisme moral ».

Il a souligné que le transgenrisme est simplement une nouvelle forme de dualisme, une hérésie.

« Du point de vue de la philosophie ou des idées, le transgenrisme est en fait une nouvelle forme d’une vieille hérésie connue sous le nom de dualisme », a déclaré le prêtre lors de son homélie du 30 mai. Selon lui, le philosophe du XVIIe siècle René Descartes a enseigné à tort, explique le prêtre franciscain, que « votre corps n’est qu’une machine, une machine dans laquelle l’âme existe comme un fantôme, donc le corps n’est pas une partie essentielle de ce que vous êtes, voilà ce qu’il a dit ».

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Descartes disait aux gens que « l’âme l’habite simplement comme un fantôme habiterait une maison hantée. Cela ne vous semble-t-il pas un peu familier dans le sens où mon corps est séparé de ce que je suis, de mon identification ? »

En outre, les personnes qui souffrent de dysphorie du genre doivent réaliser qu’elles sont faites à l’image de Dieu, et que les tentatives de vivre dans le sexe opposé violent cette idée.

« Nos corps ne sont pas que des choses, ce sont en fait des dons de Dieu, donc mon corps n’est pas un accident. Cela signifie, premièrement, que ce n’est pas une erreur, deuxièmement, que ce n’est pas quelque chose d’accidentel ou de secondaire à mon identité personnelle, mais que c’est en fait essentiel à qui je suis en tant qu’individu humain », a-t-il déclaré.

La maladie mentale est au cœur du transgenrisme, affirme le père Chartier.

« Si vous grattez sous la surface, vous verrez que les personnes transgenres sont en fait des personnes très brisées et fragiles à bien des égards », explique-t-il.

Il a ajouté que la discrimination à l’égard d’une personne en raison de ses luttes personnelles avec son identité est répréhensible, tout comme l’intimidation et la violence, mais que cela ne signifie pas que nous devons accepter ce que quelqu’un dit être.

Il a déclaré que si les gens « n’embrassent pas l’idéologie transgenre », ils sont « amenés à se sentir comme un étranger ».

« Ils vous marquent, peut-être qu’ils vous licencient de votre lieu de travail, ils peuvent vous annuler, les gens sont même agressés pour avoir défendu la vérité concernant la sexualité humaine », a-t-il dit.

Il a conclu en disant que nous ne devrions pas affirmer les choix d’une personne souffrant de confusion sexuelle.

Il a déclaré qu’il est si grave pour les adultes d’aider des enfants à tenter de modifier leur sexe, que leur salaire sera littéralement l’enfer, à moins qu’ils ne se repentent.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire