M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le New Hampshire supprime le financement de Planned Parenthood et des autres centres d’avortement

Par Matt Lamb — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : ArtFamily/AdobeStock

16 septembre 2021 (LifeSiteNews) — Un bureau de l’exécutif du New Hampshire a interdit aux fournisseurs d’avortement, dont Planned Parenthood, de recevoir des fonds destinés à la « planification familiale ».

Le Conseil exécutif de l’État du Granit a voté mercredi pour « rejeter les contrats de planification familiale avec trois fournisseurs de santé reproductive de l’État qui fournissent également des soins d’avortement avec un financement distinct — Planned Parenthood of Northern New England, Lovering Health Center, et Equality Health Center », a rapporté le Conway Daily Sun.

Le Conseil exécutif a autorité sur tous les contrats et dépenses de l’État. La démarche est similaire à la règle fédérale Protect Life Rule du président Donald Trump qui interdisait aux bénéficiaires de fonds du titre X de commettre des avortements.

 Cornerstone Action, un groupe pro-vie du New Hampshire, s’est réjoui du vote.

« Le conseiller Dave Wheeler continue d’être un modèle d’homme d’État ayant des principes », a écrit Cornerstone sur Facebook. « Ce matin, Wheeler a donné l’exemple à ses collègues républicains du Conseil exécutif en rejetant avec succès des contrats qui auraient directement financé des cliniques d’avortement, notamment des cliniques gérées par Planned Parenthood of Northern New England et deux autres cliniques du New Hampshire qui pratiquent des avortements facultatifs. »

« Ce faisant, le conseiller Wheeler et ses collègues républicains ont confirmé l’interdiction légale de l’État de fournir des fonds pour la planification familiale aux cliniques d’avortement : une victoire pour les droits de conscience des habitants de l’État du Granit », a déclaré Cornerstone.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le gouverneur républicain pro-avortement Chris Sununu a critiqué le vote.

« Comme je l’ai fait chaque année en tant que gouverneur, j’ai présenté ces contrats parce que je les soutiens, car ils protègent la santé des femmes et que c’est la bonne chose à faire », a déclaré Sununu. « L’action d’aujourd’hui, qui consiste à voter contre le financement de dépistages du cancer et d’autres services de santé pour les femmes, est incroyablement décevante et je n’y souscris pas. »

En tant que conseiller exécutif en 2015, Sununu a soutenu la suppression du financement de Planned Parenthood. Il avait cité les enquêtes sur le trafic de fœtus de la société d’avortement pour expliquer pourquoi il avait fait marche arrière par rapport à son soutien précédent à l’organisation.

« Les communautés saines et les familles saines commencent par l’accès à des soins de santé de qualité et abordables, et Planned Parenthood est un fournisseur de confiance dans le Granite State depuis près de 50 ans », a déclaré Kayla Montgomery, vice-présidente des affaires publiques régionales de Planned Parenthood. « Ce financement met en péril les soins de près de 12 000 patients et a un impact disproportionné sur les personnes à faible revenu et marginalisées, qui ont été le plus durement touchées par la pandémie. »

Le retrait du financement n’est que partiel. Les organisations peuvent encore recevoir un financement de l’État et du système fédéral Medicaid.

Et si les partisans de Planned Parenthood invoquent les « dépistages du cancer » et les « services de santé des femmes » pour réclamer des fonds, en réalité l’examen de son rapport annuel montre que son principal secteur d’activité concerne les avortements.

Par exemple, les examens mammaires de Planned Parenthood ont diminué de 64 % depuis 2010, et les tests de Pap ont diminué de 65 %, selon le groupe de réflexion pro-vie de l’Institut Charlotte Lozier.

Son dernier rapport annuel, publié en février 2021, a montré une augmentation des avortements. Michael New, professeur à l’Université catholique d’Amérique, a noté que si les services prénataux ont diminué de 72,3 %, les avortements ont augmenté de 7,7 %.

Les citoyens à faible revenu et les autres citoyens non assurés ont toujours accès à des soins de santé peu coûteux ou gratuits.

Rien que pour le New Hampshire, 65 centres de santé qualifiés au niveau fédéral (FQHC) sont répertoriés dans une base de données nationale. Les FQHC fournissent des soins médicaux selon un barème dégressif, ce qui signifie que les personnes les plus pauvres paient moins cher, et parfois rien du tout, pour des soins tels que les examens de santé, les soins dentaires et autres soins de santé.

Le Massachusetts voisin compte 109 autres FQHC.

AmeriHealth Caritas New Hampshire, une compagnie d’assurance maladie, possède un document de 586 pages qui dresse la liste des médecins de l’État qui acceptent Medicaid, y compris les FQHC et les centres de santé ruraux similaires.

La chercheuse pro-vie Caroline Novielli, rédactrice pour Live Action News, a déjà expliqué comment le retrait du financement de Planned Parenthood ne nuira pas aux patients.

« Couper le financement de la plus grande chaîne de cliniques d’avortement n’enverra pas des millions de patients à leur perte — et Planned Parenthood le sait », a-t-elle écrit en 2017. « La vérité est que l’argent des contribuables peut être mieux dépensé en finançant de véritables organisations de soins de santé qui serviront le public américain et préserveront le caractère sacré de la vie en même temps. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire