M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le long parcours de Steve Jalsevac, cofondateur de LifeSiteNews


Steve Jalsevac.

Par l’équipe de LifeSiteNews — Traduit par Campagne Québec-Vie

1er juin 2023 — Le personnel de LifeSiteNews qui côtoie Steve Jalsevac régulièrement connaît celui-ci sous de nombreux aspects : le cofondateur de l’agence de presse, un Canadien sarcastique et amical qui aime converser et apprendre de nouvelles informations, un observateur passionné et joyeux de l’actualité qui garde toujours à l’esprit la « vue d’ensemble ».

Lors de l’édition canadienne du gala du 25e anniversaire de LifeSite, qui se tiendra le 18 juillet à Markham (Ontario), les lecteurs auront l’occasion de rencontrer et d’entendre Jalsevac qui, autrefois membre pro-avortement et détenteur d’une carte de « Zero Population Growth », est devenu cofondateur du premier site d’information pro-vie sur internet.

« Après ma conversion, le miracle de voir naître notre premier enfant, puis de voir des photos de bébés avortés, m’a ouvert les yeux sur l’horreur de l’avortement. J’ai alors réalisé que j’avais été complètement dupé par le mouvement en faveur de l’avortement », a déclaré M. Jalsevac.

L’un des résultats inattendus du travail de Jalsevac avec LifeSite est « une énorme satisfaction personnelle au travail et une vie de famille merveilleuse et bénie, avec huit enfants et jusqu’à présent 27 petits-enfants », a-t-il déclaré.

Mais, a-t-il fait remarquer, le travail pro-vie implique également « d’endurer une grande part d’irrationalité, des critiques fréquentes, le manque de soutien de la part de ceux dont on s’attendrait naturellement à recevoir du soutien, et l’influence négative de personnes et de dirigeants à l’esprit institutionnel qui sont aveuglés par les ambitions, l’orgueil intellectuel, le confort, la peur et qui ne sont pas disposés à endurer le moindre supposé préjudice à leur réputation ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Jalsevac est une voix forte contre la tyrannie du coronavirus — et il a même eu raison dès le début, en tirant très tôt la sonnette d’alarme sur les masques, les enfermements et la pression pour un conformisme sociétal complet — ce qu’il attribue à ses décennies de travail de lutte pour la vie, la famille et la vérité à l’échelle internationale.

À LifeSite, nous sommes « simplement plus ouverts d’esprit que d’autres à la réalité du mal », a-t-il déclaré, « et nous avons rencontré des personnes relativement obscures dont les recherches étaient impeccables sur les mouvements et les personnalités à l’esprit totalitaire. J’ai également étudié en profondeur le communisme à l’université et lu tous les romans de Soljenitsyne. En d’autres termes, la dépravation des élites était pour moi une entité historique connue. Je savais pertinemment qu’il n’y a rien, aussi dépravé que cela soit, que certaines personnes et certains mouvements ne feraient pas pour promouvoir leurs objectifs idéologiques. Je savais que Satan est un être réel qui veut détruire toute l’humanité par l’intermédiaire des humains qui le laissent s’emparer de leur cœur et de leur esprit ».

Jalsevac poursuit : « Lorsque vous comprenez ces réalités, vous savez que tout est possible et que vous ne devriez pas automatiquement rejeter certaines choses comme étant impossibles de la part d’autres humains. Je connaissais très bien les Incas et leur dépravation, les nazis et de nombreuses tendances similaires à travers l’histoire. LifeSiteNews affronte donc ces possibilités de front et les étudie au lieu de dire, comme beaucoup trop de gens le font, “non, ce n’est pas possible”. À maintes reprises, nos soupçons initiaux se sont avérés exacts, même si, dans presque tous les cas, la réalité prouvée ultérieurement était bien pire que nos soupçons initiaux. Cela s’applique sans aucun doute au Covid et aux injections ».

Jalsevac a déclaré qu’il était impatient de rencontrer les personnes qui viendront au gala et de discuter avec elles.

« Le fait d’être entouré d’une telle foule de personnes merveilleuses qui partagent les mêmes idées, et d’être libre de dire ce que l’on veut à n’importe laquelle d’entre elles sans être réprimandé ou ridiculisé, et d’apprécier le fait d’être avec elles, rend la soirée exceptionnellement mémorable. Ce n’est pas une expérience courante pour la plupart des personnes qui assistent à des galas. Le nôtre est unique à cet égard ».

Les billets pour le gala — où, après une réception et un dîner, les participants feront partie de l’auditoire en direct du studio de LifeSite — peuvent être achetés ici.

Vous trouverez ci-dessous une conversation avec Steve Jalsevac qui aborde quelques thèmes en rapport avec la célébration de notre 25e anniversaire au Canada, à laquelle nous espérons vivement que les lecteurs participeront.

Qu’est-ce que la plupart des lecteurs de LifeSite ne savent peut-être pas de vous ?

Steve Jalsevac : J’ai commencé à travailler avec CNV [Coalition nationale pour la Vie — l’organisation nationale pro-vie du Canada] en tant que bénévole après une conversion spirituelle spectaculaire en avril 1977, alors que je dirigeais depuis 10 ans une grande entreprise de peinture et de papier peint qui connaissait le succès. C’est ma conversion qui m’a attiré. Cela a été comme une vocation.

J’ai fini par faire tellement de travail bénévole que Jim Hughes, président de CNV, m’a invité à rejoindre CNV à plein temps. J’ai alors vendu mon entreprise et commencé une nouvelle vie très épanouissante en travaillant avec CNV dans tous les domaines imaginables : rédaction, recherche, conférences, collecte de fonds, photographie, vidéographie, mise en place de leur premier réseau informatique, lobbying politique, organisation d’événements spéciaux, et j’en passe. Cela a entraîné une baisse considérable de mes revenus et l’utilisation de mes économies, mais en fin de compte, tout s’est bien passé pour moi et pour ma future famille nombreuse. Comme l’a dit le pape Jean-Paul II au père Paul Marx de Human Life International, « c’est le travail le plus important au monde » que de lutter contre la culture de la mort et d’œuvrer à la restauration d’une culture de la vie. J’ai pris cela très à cœur, tout comme l’ensemble de l’équipe de CNV. Par la suite, le développement et la gestion de LifeSiteNews n’ont été qu’une des nombreuses tâches qui m’ont été confiées par CNV.

Après avoir passé 15 ans à CNV, travaillant volontiers six jours par semaine et 12 à 16 heures intensives par jour, Jim Hughes m’a demandé de créer le premier site Internet de CNV. J’ai géré ce projet, j’en ai également créé un autre pour le journal The Interim, le journal national pro-vie de CNV, puis, avec un nouvel employé tout juste sorti de l’université, John-Henry Westen, nous avons développé LifeSiteNews, qui a été financé par CNV pendant les 12 années suivantes afin de donner au mouvement pro-vie son propre service de nouvelles et d’informations fiables, véridiques et internationales. Il y avait un besoin désespéré de ce service en raison de la terrible couverture des initiatives pro-vie dans tous les médias grand public. La Coalition nationale pour la Vie avait une vision internationale unique et une compréhension de la « vue d’ensemble » de toutes les forces qui se cachent derrière le mouvement anti-vie et anti-famille. Nous avons poursuivi et développé cette approche pour contrer la culture de la mort. J’ai toujours été immensément reconnaissant d’avoir eu l’occasion de faire ce travail pour Dieu.

Quel est le résultat inattendu de vos décennies de travail avec LifeSite ?

Une grande satisfaction personnelle au travail et une vie de famille merveilleuse et bénie, avec huit enfants et jusqu’à présent 27 petits-enfants. Pendant les cinq premières années de notre mariage, avant la conversion, Bonnie et moi n’avions même pas parlé d’avoir des enfants. Des récompenses spéciales et inattendues sont accordées à ceux qui se donnent humblement à ce travail généralement très difficile. Cependant, j’ai appris que ce n’est pas pour tout le monde. Il faut y être disposé et être capable d’endurer l’absence fréquente de résultats normalement attendus des bons efforts que l’on connaîtrait autrement dans une entreprise ou une autre carrière.

Ce travail « a été une expérience d’apprentissage de la nature humaine à nulle autre pareille ».

Le travail pro-vie implique d’endurer une grande part d’irrationalité, des critiques fréquentes, le manque de soutien de la part de ceux dont on s’attendrait naturellement à ce qu’ils nous soutiennent et les réactions négatives de personnes et de dirigeants à l’esprit institutionnel, aveuglés par l’ambition, l’orgueil intellectuel, le confort, la peur et qui ne sont pas disposés à prendre le moindre risque pour leur réputation personnelle.

Ce fut une expérience d’apprentissage de la nature humaine unique en son genre. Elle sépare les orgueilleux des doux, les courageux des lâches, ceux qui recherchent la sécurité de ceux qui ont confiance en Dieu. Par nécessité, j’ai appris à persévérer et à endurer de nombreuses déceptions et trahisons, tout en me relevant et en continuant à avancer parce que ce travail est incroyablement important et que je ne veux pas rencontrer mon Créateur à la fin et être confronté au fait que j’ai négligé de faire ce que je savais qu’Il voulait que je fasse.

Beaucoup de gens ont immédiatement « succombé » à la panique COVID. LifeSite a été sérieusement critiqué au début et au milieu de l’année 2020 pour son opposition au confinement et pour avoir attiré l’attention sur les nombreuses violations des libertés civiles qui se produisaient dans le monde entier. Pourquoi pensez-vous que LifeSite était si en avance sur la folie du coronavirus et, plus tard, sur les vaccins contre le coronavirus ?

Les nombreuses années d’expérience avec CNV, son orientation internationale et tout ce que nous avons appris en participant directement à de nombreuses conférences des Nations unies et grâce à l’extraordinaire personnel de CNV m’ont ouvert les yeux sur beaucoup de choses que la plupart des gens n’auraient jamais pensé pouvoir être vraies.

J’ai fini par développer une sorte de sixième sens qui me permet de reconnaître immédiatement que de prétendues « théories de la conspiration » pourraient très bien être vraies. Mon esprit a été ouvert par des personnes telles que Winifride Prestwich, qui a effectué des recherches exceptionnelles qui ont conduit le Vatican à supprimer son soutien financier annuel symbolique à l’UNICEF en raison des preuves de son soutien à l’avortement, à une époque où presque tout le monde pensait qu’il s’agissait d’une merveilleuse organisation en faveur de l’enfance. Elle a essuyé beaucoup de critiques et d’incrédulité pour ses efforts.

Ensuite, Gilles Grondin, ancien diplomate du gouvernement canadien, a révélé le document secret NSSM 200 du gouvernement américain, rédigé par Henry Kissinger, qui engageait toutes les entités du gouvernement américain, y compris le ministère de la Défense, à dépeupler un grand nombre de pays afin de protéger l’hégémonie financière des États-Unis. Jim Hughes était une personne exceptionnellement bien informée et bien connectée et un lecteur vorace qui a développé une ouverture d’esprit pour enquêter sur toutes les influences possibles qui font progresser la culture de la mort que la plupart des gens rejetteraient naïvement. Il nous a constamment encouragés à faire des recherches sur des sujets similaires, à rechercher et à lire des sources alternatives et à être ouverts à des choses que la plupart d’entre nous pourraient rejeter. Il soutenait pleinement nos efforts tant que nous respections la mission de CNV.

Je savais pertinemment qu’il n’y avait rien, aussi dépravé que ce soit, que certaines personnes et certains mouvements ne feraient pas pour promouvoir leurs objectifs idéologiques.

Karl Scharfe était très sceptique quant aux déclarations officielles du gouvernement sur ce qui s’est passé au Rwanda pendant le génocide. Lui et moi avons rencontré le général Romeo D’Allaire, qui dirigeait les forces de l’ONU au Rwanda pendant les massacres. Nous avons rencontré D’Allaire lors d’un petit événement au cours duquel il s’exprimait à Toronto. Il a confirmé en privé les soupçons que nous lui avions exprimés, à savoir que ce qui s’est passé là-bas faisait partie d’un exercice de dépopulation mondialiste. La plupart des faits rapportés par LifeSiteNews sont liés à une conspiration mondiale de dépopulation qui dure depuis plusieurs décennies et qui est le fait des élites mondiales. Ces personnes et d’autres à CNV m’ont donné une éducation formidable dont très peu de gens font l’expérience.

Nous étions simplement beaucoup plus ouverts d’esprit que d’autres à la réalité du mal et nous avons reçu une énorme quantité d’informations de la part de personnes souvent relativement obscures dont les recherches étaient impeccables sur les mouvements et les personnalités totalitaires. J’ai également étudié en profondeur le communisme à l’université et lu tous les romans de Soljenitsyne. En d’autres termes, la dépravation des élites était pour moi une entité historique connue. Je savais pertinemment qu’il n’y avait rien, aussi dépravé que ce soit, que certaines personnes et certains mouvements ne feraient pas pour promouvoir leurs objectifs idéologiques. Je savais que Satan est un être réel qui veut détruire toute l’humanité par l’intermédiaire des humains qui le laissent s’emparer de leur cœur et de leur esprit.

Lorsque vous comprenez ces réalités, vous savez que tout est possible et que vous ne devriez pas automatiquement rejeter certaines choses comme n’étant pas possibles de la part d’autres humains. Je connaissais très bien les Incas et leur dépravation, le mal des nazis, le génocide cambodgien, les sacrifices d’enfants de Moloch et beaucoup d’autres tendances similaires à travers l’histoire. LifeSiteNews affronte donc ces possibilités de front et les étudie au lieu de dire, comme beaucoup trop de gens le font, « non, ce n’est pas possible que ce soit vrai ». À maintes reprises, nos soupçons initiaux se sont révélés exacts, même si, dans presque tous les cas, la réalité prouvée ultérieurement s’est avérée bien pire. Cela s’applique sans aucun doute au COVID, aux injections et à la Grande Réinitialisation.

Grâce à de nombreux esprits héroïques et brillants, tels que Dr Sucharit Bhakdi, Michael Yeadon, Dr Paul Alexander, Dr Robert Malone, Dr Peter McCullough, le grand, humble et brillant Dr Zelenko et bien d’autres, nous avons appris les dures et mauvaises vérités sur le COVID et les faux « vaccins » COVID. Nous devions simplement être prêts à écouter ces professionnels et à les laisser nous dire ce qu’ils savaient. Il s’est avéré qu’ils avaient tous raison, mais au début, il y a eu beaucoup de scepticisme, d’hostilité et de plaintes de la part des lecteurs et même de certains de nos jeunes collaborateurs. Néanmoins, je savais que nous devions persévérer, que ces médecins et scientifiques étaient dignes de confiance et qu’ils n’avaient rien à gagner personnellement à s’exprimer aussi ouvertement. En fait, ils ont tous subi d’énormes persécutions et une perte de statut et de revenus pour avoir agi de la sorte. Ce sont les personnes en qui vous et nous pouvons avoir confiance et que nous DEVONS écouter. Ils font partie des prophètes d’aujourd’hui et nous devrions leur être immensément reconnaissants pour ce qu’ils ont fait pour nous et pour toute l’humanité.

Quelle est la partie du gala canadien qui vous enthousiasme le plus ?

C’est la question la plus facile. Le simple fait de rencontrer toutes les personnes présentes est de loin la meilleure partie de chaque gala de LifeSiteNews. Se trouver dans une telle foule de personnes merveilleuses et partageant les mêmes idées, être libre de dire ce que l’on veut à chacun d’entre eux sans être réprimandé ou ridiculisé, et simplement apprécier d’être avec eux, fait de cette soirée un moment exceptionnellement agréable. Ce n’est pas une expérience courante pour la plupart des personnes qui assistent à des galas. Le nôtre est unique à cet égard.

Nous devons généralement demander aux participants de quitter la salle, car ils sont tellement absorbés par d’intenses conversations qu’ils dépassent le temps que l’établissement nous accorde pour la soirée. C’est un problème bien sympathique.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.