M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

945.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste deux semaines -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Le gouvernement canadien, responsable des conditions des pensionnats amérindiens comme celui de Kamloops


Pensionnat résidentiel de Fort Resolution dans les Territoires du Nord-Ouest.

Par Michael Haynes — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Bibliothèque et Archives Canada/Wikimedia Commons

Kamloops, Colombie-Britannique, 15 juin 2021 (LifeSiteNews) — De sombres accusations ont été portées contre l’Église catholique après la découverte récente des tombes non marquées de 215 enfants du pensionnat de Kamloops, autrefois géré par elle. Pourtant, un rapport du début des années 1900, rédigé par un inspecteur médical à l’époque, révèle des taux excessivement élevés de tuberculose chez les enfants autochtones et un manque important de soutien financier de la part de l’État.

Chargé de ce dossier peu après le début du 20e siècle, cet inspecteur médical canadien a rédigé un rapport explosif, que le gouvernement a refusé de publier, documentant les lacunes des pensionnats financés par l’État et la manière dont les manquements de l’État permettaient aux infections tuberculeuses de se propager largement.

Le Dr Bryce et les pensionnats

En janvier 1904, après une carrière médicale déjà remarquable, le Dr Peter H. Bryce a été nommé Inspecteur médical du ministère de l’Intérieur et des Affaires indiennes du Canada et s’est vu confier spécifiquement les dossiers de santé des peuples autochtones du Canada.

Dans le cadre de ses fonctions, le Dr Bryce a étudié les problèmes de santé des bandes autochtones et rédigé un rapport annuel. En 1907, il a effectué une inspection spéciale de 35 pensionnats autochtones et a rédigé un rapport détaillé et accablant sur les conditions de vie.

Toutefois, les recommandations qu’il formula dans son rapport n’ont pas été publiées par le gouvernement, qui en jugea le contenu trop embarrassant parce qu’il présentait un résumé détaillé de la « condition sanitaire » des écoles. Bryce a fait des révélations choquantes et a ensuite publié ses conclusions en 1922 dans un petit livre intitulé « The Story of a National Crime » [Le récit d’un crime national]. Son rapport et ses recommandations ont également été divulgués à la presse après la tentative de dissimulation de l’État.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement - Automne 2021

945.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste deux semaines -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Les écoles sont décrites comme étant dans un « état sanitaire défectueux » à cause du manque d’exercice régulier, d’une ventilation insuffisante ─ spécialement pendant l’hiver, par économie ─ et de l’admission d’élèves « déjà infectés par des maladies contagieuses ». Bryce n’a pas hésité à condamner les écoles financées par le gouvernement.

C’était « presque comme si les conditions propices à l’apparition d’épidémies avaient été délibérément créées », écrivait-il.

Des taux élevés de tuberculose

En effet, cette description s’est vérifiée dans les chiffres de mortalité qu’il a rencontrés, en particulier en ce qui concerne la tuberculose. Son rapport notait que « sur un total de 1 537 élèves déclarés, près de 25 % sont morts ; que dans une école dont la déclaration est absolument exacte, 69 % des anciens élèves sont morts, et que partout la cause de la mort presque invariablement mentionnée est la tuberculose. »

Une étude subséquente des pensionnats de Calgary, achevée deux ans plus tard, a révélé que « la tuberculose était présente de façon égale chez les enfants de tous âges » et que « dans aucun cas un enfant en attente d’admission à l’école n’a été trouvé exempt de tuberculose ». Bryce fait référence à une « mortalité excessive » chez les enfants âgés de 5 à 10 ans, notant que l’infection était principalement contractée dans les familles et se propageait ensuite dans les écoles.

Le Canada connaissait déjà un taux de mortalité infantile élevé, le taux pour les enfants de moins de cinq ans étant de 296,75 décès pour 1 000 naissances en 1900. Les peuples des Premières nations eux-mêmes ont toujours été moins résistants aux maladies infectieuses, telles que la grippe, la rougeole et la variole.

Des recommandations ignorées

Bryce recommandait d’agrandir les installations scolaires, de déplacer les écoles pour les rapprocher des familles des élèves et d’avoir des infirmières formées à la lutte contre la tuberculose.

De manière significative, cependant, il a demandé que le gouvernement prenne en charge « l’entretien et le contrôle complets des écoles, puisqu’il avait promis par traité de les assumer ». Un tel souhait de changement est significatif car, comme l’a noté LifeSiteNews dans un article récent sur le cas de Kamloops, alors que les attaques actuelles sont dirigées contre l’Église catholique, c’est en fait le manque de financement adéquat de la part de l’État qui a conduit à une mauvaise nutrition, à la mauvaise qualité des bâtiments et à des taux d’infection élevés.

Les enquêtes du Dr Bryce sur les effets des conditions scolaires ont été entravées à plusieurs niveaux. Tout d’abord, les enseignants et les responsables des écoles étaient réticents à travailler avec lui ou à fournir des détails sur la condition des anciens élèves. Cependant, sa principale opposition provenait des personnes du ministère qui l’avaient chargé de faire un rapport sur les écoles et qui ont manifesté à Bryce une « opposition active ».

Les supérieurs du Dr Bryce ont non seulement refusé de publier ses recommandations, mais aussi d’y donner suite, ce qui signifie que les conditions que Bryce avait été si choqué de voir perduraient tout simplement. Les représentants du gouvernement étaient « conscients du coût potentiel, tant en dollars fédéraux qu’en critiques et maux de tête parlementaires et peut-être publics ».

L’inaction politique, face aux preuves de Bryce sur les taux de mortalité élevés et à ses avertissements sur les décès futurs, a simplement démontré ce qu’il a décrit comme « l’indifférence des politiciens aux besoins des populations autochtones ».

En fait, l’accent mis sur les économies de coûts a été mentionné par le National Post, qui a noté que le « ministère des Affaires indiennes du gouvernement refusait d’envoyer chez eux les corps des enfants pour des raisons de coûts ».

Invité à CTV News, l’historien et professeur à l’Université Trent, John Milloy, a décrit Bryce comme un lanceur d’alerte qui a « fait l’erreur » de documenter avec beaucoup de précision les fautes de l’État. M. Milloy a souligné que M. Bryce a été « persécuté » par ses supérieurs pour « le reste de sa carrière » après sa dénonciation.

Cindy Blackstock, directrice générale de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières nations du Canada, a également souligné l’importance du travail de Bryce et le résultat dévastateur de son rejet par le gouvernement, en déclarant à CTV : « Si on l’avait écouté, je pense qu’il est juste de dire que des milliers de vies d’enfants auraient pu être sauvées. »

Les demandes de Bryce pour un changement dans le système n’étaient pas financièrement déraisonnables, loin de là. En fait, le financement des soins de santé accordé aux seuls citoyens d’Ottawa était environ trois fois plus élevé que celui accordé à tous les membres des Premières nations au Canada.

« Le Dr Bryce a pris la parole pour tenter de sauver la vie des enfants. Cela aurait coûté 15 000 dollars sur un budget national de plus de 100 millions », écrit Mme Blackstock. « Le Canada a dit non. »

Nouvel éclairage sur la controverse de Kamloops

La résurgence récente de l’avertissement centenaire du Dr Bryce concernant la mauvaise gestion des pensionnats par l’État ajoute un éclairage à la situation entourant les 215 tombes récemment découvertes au pensionnat de Kamloops, permettant d’en connaître les conditions [de vie]. Le pensionnat a été ouvert de 1890 à 1969 et, à son apogée, Kamloops comptait plus de 500 enfants inscrits dans les années 1950 et était autrefois le plus grand pensionnat du réseau.

Malgré la taille des écoles et le taux élevé de mortalité infantile à l’époque, le Centre national pour la vérité et la réconciliation n’a retrouvé que 51 dossiers documentés d’enfants décédés à Kamloops entre 1900 et 1971, ce nombre étant bien inférieur aux 215 corps récemment découverts.

Le rapport du Dr Bryce devrait inciter les reportages actuels sur Kamloops à réexaminer la question et à s’intéresser aux mauvaises conditions scolaires promues par l’État avant d’attaquer l’Église catholique. Pour l’instant, les 215 corps n’ont pas encore été correctement examinés, et on ne sait rien des enfants qui y sont enterrés. Mais avec des informations supplémentaires sur la situation historique, les circonstances de leur mort pourraient commencer à être mieux comprises.

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire