M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Canada abandonne-t-il ses femmes enceintes ?

Par Liana Gordon (The Interim) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Unsplash

Arianna Goberdhan avait 27 ans lorsqu’elle a été brutalement assassinée par son mari à Pickering, en Ontario. Elle était enceinte de neuf mois de leur bébé, Asaara, le premier petit-enfant de Sherri Goberdhan. Selon elle, Asaara avait de longs cils et des cheveux noirs, tout comme sa mère. Bien qu’elle repose dans les bras de sa mère, la loi canadienne reconnaît qu’une seule victime a été enterrée ce jour-là.

Cette histoire s’est répétée au moins 80 fois dans l’histoire récente du Canada.

Le corps de Carolyn Marie Sinclair, enceinte, a été découvert dans un sac à ordures à Winnipeg. Bien qu’il ait tué deux femmes — dont l’une était enceinte — et qu’il ait été condamné à 99 reprises, son meurtrier ne fait face qu’à 18 ans de prison.

Liana White avait 29 ans et était enceinte de quatre mois de son deuxième enfant lorsqu’elle a été assassinée à Edmonton. Son meurtrier a bénéficié d’une libération conditionnelle partielle sous la forme de multiples permissions de sortir sans surveillance après avoir purgé 15 ans de prison et a obtenu une libération conditionnelle totale en juin.

Cheryl Bau-Tremblay avait 28 ans lorsqu’elle a été assassinée par son ex-mari à Belœil, au Québec. Bien qu’elle ait été enceinte de cinq mois, aucune charge supplémentaire n’a été retenue contre son meurtrier pour la mort de son enfant à naître. Son meurtrier a été condamné à 12 ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Cassandra Kaake était enceinte de sept mois et demi lorsque son meurtrier l’a tuée, elle et son enfant à naître, à Windsor, en Ontario. Il purge actuellement une peine de 22 ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle. Il avait 28 ans au moment de la condamnation, ce qui signifie qu’il pourrait bénéficier d’une libération conditionnelle totale lorsqu’il aura atteint la cinquantaine.

En théorie, il est possible qu’il soit réhabilité et qu’il vive une autre moitié de sa vie en tant qu’homme libre, ce qui, selon la famille de Cassandra Kaake, n’est pas très réconfortant pour elle après ces deux pertes. Jeff Durham, le mari de Cassandra Kaake et père de son enfant à naître, a déclaré que c’est vraiment lui qui a été condamné à la prison à vie, sauf que pour lui « il n’y a aucune chance de libération conditionnelle ». Il a déclaré : « Il n’y a pas de fin à l’impact de ces crimes. Pas pour moi. Pas tant que je ne serai pas celui qui est mort ».

Durham est la fondatrice de Molly Matters, une organisation qui milite pour la protection juridique des femmes enceintes et de leurs enfants à naître.

Le Parlement a débattu de nombreux projets de loi visant à identifier les bébés à naître comme des victimes de violence. La dernière version en date était le projet de loi C-311, intitulé « Loi sur la violence à l’égard des femmes enceintes », qui visait à faire en sorte que la grossesse soit considérée comme une circonstance aggravante lors de la détermination de la peine. Le projet de loi C-311 a été rejeté le mois dernier par la Chambre des communes, à l’issue d’un vote de parti.

Les chercheurs constatent régulièrement que la grossesse expose les femmes à un risque accru de maltraitance.

Selon un article publié par le Journal of the Royal Society of Medicine, la violence à l’égard des femmes enceintes est « un grave problème de santé et de développement, en plus d’une violation des droits humains de la femme. La violence peut commencer ou s’intensifier pendant la grossesse et a des conséquences importantes pour la femme, le fœtus et l’enfant ».

L’Organisation mondiale de la santé a noté que « le taux de prévalence de la violence physique pendant la grossesse se situe, selon les femmes, entre 1 et 28 % dans différents pays. Plus de 90 % des agresseurs étaient le père biologique de l’enfant à naître ».

La Coalition canadienne pour le droit à l’avortement s’est opposée au projet de loi C-311 au motif qu’il attribue implicitement des droits au fœtus, ce qui risque de compromettre le droit à l’avortement au Canada. Dans un document qu’elle a publié et qui expose les six principales raisons de s’opposer au projet de loi, l’une d’entre elles est que « le projet de loi est redondant » et qu’il existe de nombreuses preuves que les femmes enceintes sont suffisamment protégées par la loi.

De nombreuses familles de victimes enceintes ne sont pas du tout d’accord.

La mère d’Arianna, Sherri Goberdhan, a déclaré : « Lorsque la sentence a été prononcée en 2019, ma famille et moi-même avons organisé un rassemblement au palais de justice d’Oshawa afin de rappeler que ma petite-fille était un être humain à part entière. Elle avait neuf mois lorsque sa mère l’a mise au monde, et avant qu’elles soient incinérées toutes les deux, j’ai tenu ma petite-fille dans mes bras et elle était un être humain. Elle pesait 1,5 kg. Elle avait les traits les plus parfaits... Elle aurait été aussi belle que sa mère. Et la loi me dit qu’il n’est pas responsable de sa mort, c’est une erreur ».

Sherri Goderdhan a ajouté : « Quant à nous, nous pleurons deux personnes. Pas seulement une. Nous pleurons ma fille et ma petite-fille, qui était une personne. Penser qu’il s’en tire pour une seule personne n’est pas juste ».

Alors que la Coalition pour le droit à l’avortement au Canada affirme que le projet de loi est une tentative de « rouvrir le débat sur l’avortement », les groupes pro-vie ont noté que le projet de loi ne mentionne jamais explicitement les droits du fœtus. Campaign Life Coalition a exprimé son soutien au projet de loi même si « C-311 ne reconnaît pas directement l’humanité de l’enfant à naître ». Le président national de CLC, Jeff Gunnarson, a déclaré qu’il s’agissait d’une question de « bon sens » que d’offrir aux femmes enceintes — et à leurs enfants — une protection juridique à un moment où elles sont particulièrement exposées à la violence.

La députée conservatrice Cathay Wagantall affirme que le projet de loi C-311 est conforme aux valeurs pro-vie et pro-choix en protégeant le choix d’une femme de mener un enfant à terme. Lors de la première lecture du projet de loi, Mme Wagantall a déclaré : « La première question à laquelle chacun d’entre nous doit répondre pour déterminer si nous cherchons à dénoncer et à décourager la “violence à l’égard des femmes enceintes” par la loi C-311 est la suivante : valorisons-nous vraiment les femmes et leur choix d’être enceintes ? »



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.