M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

2182.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 7 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Le Brésil et plusieurs pays bloquent l’administration Biden sur l’avortement à l’ONU

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : konferenzadh/Pixabay

Le Brésil de Jair Bolsonaro, appuyé par nombre de pays pour qui la protection de l’enfant à naître importe, a mis en échec les États-Unis de Joe Bidon et l’Union européenne qui cherchaient à faire adopter par l’ONU des termes pro-avortement afin de promouvoir cette pratique à travers le monde, selon C-Fam :

Les groupes d’avortement n’ont fait aucun progrès au siège de l’ONU lors de la première conférence des Nations Unies sur les femmes depuis que Joe Biden a prêté serment en tant que président des États-Unis.

Les pays qui se sont alignés sur la diplomatie pro-vie américaine il y a seulement quelques semaines, lorsque Donald Trump était à la Maison-Blanche, ont bloqué les efforts de l’administration Biden et de l’Union européenne pour inclure des termes controversés liés à l’avortement et un langage explicitement pro-avortement dans l’accord annuel de la Commission des Nations Unies sur la condition féminine.

L’accord final de la commission, connu sous le nom de « conclusions concertées », ne retenait qu’un seul paragraphe sur « la santé sexuelle et procréative et les droits en matière de procréation » et un sur l’éducation à la « santé sexuelle et procréative », le même que le dernier accord de la commission.

[…] Les pays conservateurs ont refusé d’autoriser les États-Unis et l’UE à faire adopter à toute vitesse le langage controversé sur les droits sexuels qui serait utilisé par les agences des Nations Unies pour promouvoir l’avortement, les droits LGBT et l’autonomie sexuelle des enfants.

Au cours de l’administration Trump, le Brésil s’est placé derrière les efforts diplomatiques pro-vie des États-Unis, mais lors de la Commission sur le statut de la femme, le Brésil a insisté sur le fait que toute référence à la « santé reproductive » ou aux « droits reproductifs » devrait être qualifiée pour exclure le droit à l’avortement.

L’héritage de Trump face au pro-avortement président Bidon :

Quelques semaines à peine après le début de sa présidence, Biden a adopté un décret ordonnant aux diplomates américains de promouvoir l’avortement aux Nations Unies en février. L’ordonnance engage le gouvernement américain à promouvoir « la santé et les droits sexuels et reproductifs », une expression inventée par le lobby mondial de l’avortement pour contourner la politique établie de l’ONU contre un droit international à l’avortement.

Les diplomates américains ont vigoureusement promu cette nouvelle expression dans les négociations de la commission ces dernières semaines, mais n’ont pas réussi, en grande partie à cause des pays qui ont travaillé avec l’administration Trump pour développer une stratégie visant à bloquer un droit international à l’avortement.

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire