M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’un des défenseurs de la civilisation occidentale est décédé : Sir Roger Scruton


Sir Roger Scruton.

Par Stephen Kokx — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : pete helme/Wikimedia Commons

Sir Roger Scruton, né le 27 février 1944 à Buslingthorpe au Royaume-Uni, était l’un des philosophes conservateurs les plus connus, défenseur (peut-être pas le plus orthodoxe) du Beau et du Bien, voici qu’il est décédé le 12 janvier 2020. Il a d'abord été dans sa jeunesse un admirateur de Sartre avant de s'en détourner et devint conservateur pendant les émeutes de 1968 en France, après avoir vu des étudiants à qui rien ne manquait se révolter afin de détruire l'ordre établi, sans idée de remplacement précise. J’ai traduit ici un article de LifeSiteNews qui relate l’une des péripéties que lui ont values ses discours et commentaires sur la décadence occidentale. — A. H.

Royaume-Uni, 8 novembre 2018 (LifeSiteNews) — L’un des philosophes conservateurs les plus influents du monde occidental pourrait bientôt perdre son poste.

Sir Roger Scruton avait été sollicité par le ministre britannique du Logement samedi pour présider un comité gouvernemental dont le but est de défendre les beaux bâtiments.

Presque immédiatement après l’annonce de la nomination de Scruton, plusieurs députés travaillistes ont commencé à demander sa révocation de ce poste non salarié, affirmant qu’il a l’habitude de faire des remarques antisémites, islamophobes et homophobes « offensantes ».

M. Scruton, qui a enseigné à Princeton, Oxford et St. Andrews, entre autres lieux d’enseignement supérieur, a 74 ans et est l’auteur de plus de 30 livres sur des sujets allant de l’art et l’architecture à la littérature et la musique. Il reçut la Médaille du mérite de la République tchèque en 1998 pour avoir lutté contre le communisme en Europe de l’Est dans les années 1980. En 2016, il fut fait chevalier par la reine Elizabeth II pour services rendus à la philosophie et à l’éducation. Actuellement, il est membre senior de l’Ethics and Public Policy Center, basé à Washington.

Le secrétaire d’État fantôme pour les collectivités et les gouvernements locaux, Andrew Gwynne, et les députés d’arrière-ban Wes Streeting et Luciana Berger, présidente parlementaire du Mouvement travailliste juif, veulent que Scruton soit évincé, en partie pour les commentaires qu’il a faits lors d’une conférence de 2014 intitulée « The Need for Nation » (Le besoin de nations) en Hongrie.

Les députés ont également sorti des déclarations passées où M. Scruton, qui s’oppose à l’adoption pour les couples de même sexe, a qualifié l’homosexualité de « non normale » et a qualifié l’islamophobie de « mot de propagande » destiné à intimider les gens pour qu’ils se taisent, comme exemples de son inaptitude à diriger la commission.

Dans sa conférence de 2014, M. Scruton s’est demandé si l’État-nation était incompatible avec l’islam. Il s’est également plongé dans les complexités des relations internationales et a discuté de l’influence des Juifs et de ce qu’il a appelé « l’empire Soros » en Europe.

Scruton est un ami de l’actuel Premier ministre hongrois Viktor Orbán depuis 1987 et a souvent visité ce pays de plus en plus chrétien et opposé aux frontières ouvertes.

Au cours des dernières années, Orbán a réussi à chasser de sa nation l’influence de George Soros, un natif hongrois qui dépense des millions pour imposer son programme libéral au monde. À cause de ses efforts patriotiques, Orbán a été injustement accusé d’antisémitisme par un certain nombre de journalistes et de politiciens mondialistes.

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le député Streeting a déclaré sur le site internet libéral Buzzfeed : « à chaque heure qui passe, il devient évident que Roger Scruton a l’habitude de faire des commentaires offensants. Il est difficile de croire qu’il a passé un processus de vérification. »

Dans une tentative apparente de lier Scruton à la prétendue haine d’Orbán envers les Juifs, le député Berger a déclaré : « Un individu qui colporte d’antisémites théories du complot n’a pas sa place pour conseiller le gouvernement sur quoi que ce soit ».

Scruton nie toutes les accusations qui ont été portées contre lui, accusations qui ne font que confirmer ce qu’il a écrit dans son livre en 2017 intitulé Conservatism: Ideas in Profile.

Dans ce livre, Scruton soutient que « dans une société vouée à l’inclusion, la seule » phobie « permise est celle dont les conservateurs sont la cible ».

Les conservateurs ajouta-t-il, « sont souvent marginalisés ou même diabolisés comme représentants de l’un des “ismes” ou “phobies” interdits du moment — racisme, sexisme, homophobie, transphobie, islamophobie, etc. »

Le groupe Bow, un groupe de réflexion britannique conservateur, a tweeté son soutien à Scruton.

Les rédacteurs de l’équipe, Helen Dale, une homosexuelle, et Fraser Myers du site internet britannique spiked sont aussi venus défendre Scruton, déclarant dans des articles séparés que ses critiques sont des « offensés perpétuels* » et qu’ils agissaient comme une police de la pensée.

James Delingpole de Breitbart a aussi écrit sur cette tentative de limogeage de Scruton, affirmant que les attaques dirigées contre lui sont un exemple classique de la tactique des guerriers de la justice sociale « crie et pointe », grâce à laquelle une « minorité fasciste et criarde feint une indignation bruyante afin d’intimider la majorité afin qu’elle agisse contre ses propres intérêts ».

Scruton avait publié une déclaration plus tôt cette semaine sur son site internet personnel. Elle est présentée ici dans son intégralité :

Suite à ma nomination en tant que président non rémunéré du comité consultatif du gouvernement « Building Better, Building Beautiful », j’ai été offensé et blessé par des suggestions selon lesquelles je suis antisémite ou en tout cas « islamophobe ».

Rien n’est plus éloigné de la vérité, et je souhaite réfuter ces affirmations incorrectes.

Si les gens lisent mes commentaires concernant les interactions entre George Soros et la Hongrie, ils se rendront compte qu’ils ne sont en aucun cas antisémites, bien au contraire.

Il y a deux ans seulement, j’ai soutenu George Soros en faisant des démarches auprès du régime du Premier ministre Orbán pour que l’Université d’Europe centrale reste ouverte afin que la liberté intellectuelle puisse continuer à s’épanouir en Hongrie**.

Mes déclarations sur les États islamiques ne font que souligner l’échec de ces États, ce qui est un fait. Mes opinions sur l’Islam sont bien connues et peuvent être trouvées dans mon livre The West And The Rest.


*Traduction libre, il s’agit ici du néologisme anglais « offendotron », qui signifierait « Une personne qui se fait un devoir de s’offenser dans la mesure du possible », d’après le Wiktionary. Ce mot n’a pas d’équivalent français que je sache. — A. H.

**Ce n’est sûrement pas une mauvaise chose qu’une université financée par Soros eût fermé ses portes, surtout si l’on pense que celle-ci offrait des « études de genre » aux étudiants et que cela déplaisait au gouvernement. — A. H.



Laissez un commentaire