M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’Arizona interdit les «transitions» de mineurs, et les hommes dans les compétitions féminines

Par Raymond Wolfe — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Shopping King Louie/Adobe Stock

31 mars 2022, Phoenix (LifeSiteNews) — Le gouverneur de l’Arizona, Doug Ducey, a signé mardi des projets de loi conservateurs interdisant les opérations chirurgicales de « changement de sexe » pour les mineurs, les hommes confus dans les sports pour femmes et pour filles, et presque tous les avortements après 15 semaines de grossesse. Il a également approuvé une loi exigeant une preuve de citoyenneté pour pouvoir voter aux élections présidentielles.

L’action de Ducey fait de l’Arizona l’un des 14 États qui ont restreint les sports pour filles aux véritables femmes ces dernières années et le troisième à adopter une législation protégeant les mineurs des procédures transgenres expérimentales et dangereuses.

« J’ai signé aujourd’hui les lois S.B. 1138 et S.B. 1165, qui visent à protéger la participation et l’équité pour les athlètes féminines et à garantir que les personnes qui subissent une opération irréversible de changement de sexe ont l’âge adulte », a déclaré Ducey dans une lettre mercredi. Il a qualifié ces mesures de « bon sens ».

Le S.B. 1138 interdit les procédures irréversibles de « changement de sexe », y compris les opérations de mutilation génitale, les hystérectomies et les mastectomies, pour les enfants de moins de 18 ans. Il ne s’applique pas en cas de « trouble du développement sexuel médicalement vérifiable ». Une version précédente aurait également limité les médicaments hormonaux, mais un seul républicain, le sénateur d’État Tyler Pace, l’a bloquée le mois dernier.

Les opérations transgenres sont réalisées sur des enfants mineurs à travers les États-Unis, bien que les militants LGBT prétendent souvent le contraire. Dans une étude de 2018 parue dans JAMA Pediatrics sur les mastectomies ou « reconstruction de la poitrine » pour les jeunes filles confuses de genre, 33 des 68 filles qui ont subi ces opérations ont déclaré l’avoir fait avant d’avoir 18 ans. Deux filles n’avaient que 13 ans lorsqu’elles ont subi ces opérations.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Selon un rapport compilé par Child & Parental Rights Campaign, des hystérectomies et des procédures chirurgicales génitales sont également pratiquées sur des mineurs dits « transgenres ». Ce rapport identifie de nombreux chirurgiens en Caroline du Nord et en Californie qui pratiquent ouvertement de telles interventions sur des mineurs.

Le gouverneur Ducey note dans sa lettre que les opérations chirurgicales de « changement de sexe » peuvent « affecter de façon dramatique le reste de la vie d’un individu, y compris la capacité de cet individu à devenir un parent biologique plus tard dans sa vie ». « Tout au long de la loi, les enfants sont protégés contre les décisions irréversibles, y compris l’achat de certains produits ou la participation à des activités qui peuvent avoir des conséquences sur leur santé tout au long de leur vie », a-t-il ajouté.

Le projet de loi sur le sport, SB 1165, exige que les écoles publiques de la maternelle à la 12e année, les collèges et les écoles privées qui rivalisent avec les écoles publiques désignent les sports en fonction du sexe. Les équipes ou les sports désignés pour les femmes « ne peuvent pas être ouverts aux étudiants de sexe masculin », indique le projet de loi.

L’approbation des deux projets de loi par Ducey n’était pas attendue. Le gouverneur de l’Arizona, qui a effectué deux mandats, a déjà soutenu l’adoption par les homosexuels et a récemment opposé son veto à une loi qui aurait rendu illégal le matériel sexualisé et pro-LGBT dans les écoles publiques.

Au cours des deux dernières années, les gouverneurs de 12 autres États ont approuvé des projets de loi interdisant aux hommes de pratiquer des sports féminins.

Le gouverneur républicain de l’Oklahoma, Kevin Stitt, a signé mercredi une loi sur l’équité sportive, qu’il a qualifiée de « simple bon sens ». « Lorsqu’il s’agit de sport et d’athlétisme, les filles devraient concourir contre les filles », a-t-il déclaré. « Les garçons doivent se mesurer aux garçons. Et soyons très clairs : c’est tout ce que dit ce projet de loi ».

Vendredi, les législateurs de l’Utah ont annulé le veto opposé par le gouverneur républicain Spencer Cox à un projet de loi similaire.

Deux États, l’Arkansas et le Tennessee, ont adopté l’année dernière des lois qui restreignent les procédures transgenres pour les mineurs. En février, le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a ordonné aux agences de l’État de considérer les médicaments et les opérations transgenres comme des abus illégaux sur les enfants, mais un juge de l’État a temporairement bloqué son ordre.

L’Arizona interdit l’avortement et resserre les élections

Mercredi, Ducey a également signé une interdiction de l’avortement à 15 semaines, sur le modèle d’une loi similaire du Mississippi dont la Cour suprême a été saisie dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. La Cour suprême devrait rendre sa décision dans l’affaire Dobbs cet été et a signalé qu’elle pourrait annuler l’arrêt Roe v. Wade.

L’interdiction de l’Arizona ne prévoit pas d’exceptions pour le viol ou l’inceste, et les médecins qui la violent pourraient être accusés de crime et risquer de perdre leur licence médicale.

L’année dernière, l’Arizona a adopté une autre loi pro-vie de grande envergure qui interdit les avortements eugéniques de bébés handicapés, y compris ceux atteints du syndrome de Down. Une loi « déclencheuse » (“trigger” law) dans l’État interdirait complètement l’avortement si la Cour suprême mettait fin à l’arrêt Roe.

Selon le Washington Examiner, un autre projet de loi approuvé par Ducey exige que les électeurs présentent une preuve de citoyenneté avant de voter aux élections présidentielles.

Les recenseurs de comté devront rejeter les demandes d’inscription des électeurs sans preuve de citoyenneté en vertu de ce projet de loi -- que les défenseurs des « droits de vote » de gauche ont promis de contester devant les tribunaux.



Laissez un commentaire