M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La natalité est en baisse au Québec. L’avortement aussi ? Quid de la pilule abortive ?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

L’avortement serait en baisse au Québec depuis 2020, selon Le Devoir qui se base sur les chiffres de la Régie de l’assurance maladie du Québec :

Stable depuis plusieurs années au Québec, le nombre d’avortements a diminué de 9 % en 2020, selon des données obtenues par Le Devoir auprès de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). Chez les moins de 19 ans, ce chiffre s’élève à 13 % […] En 2020, 21 778 avortements ont eu lieu, contre 23 837 en 2019, selon la RAMQ.

Sont-ce les mesures « sanitaires » qui seraient à l’origine de la baisse ? La chose est malaisée à dire, car la dénatalité s’est visiblement accrue durant le confinement. D’après Le Devoir :

Entre octobre et décembre 2020, 19 300 Québécois ont vu le jour, contre 20 692 durant la même période en 2019, selon l’Institut de la statistique du Québec.

« Les données préliminaires des premiers mois de 2021 devraient confirmer la tendance à la baisse des naissances », estime Benoît Laplante, professeur au Centre Urbanisation Culture Société à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS).

Selon le chercheur, la crise sanitaire a incité des couples à retarder leur projet d’avoir un enfant. « L’explication la plus vraisemblable [de la diminution des naissances], c’est la réaction de crainte des gens vis-à-vis des conditions économiques immédiates », juge M. Laplante.

Des femmes ont aussi décidé d’interrompre leur grossesse en raison du contexte économique, selon le Dr Claude Paquin, directeur médical de la clinique Fémina.

Pouvez-vous me dire pourquoi on parle de « crise sanitaire » comme cause du renoncement d’avoir un enfant, ou de sa fin brutale, alors que c’est évidemment les mesures « sanitaires » qui ont provoqué cette crise économique ?

Toujours est-il que des couples ont été découragés d’avoir des enfants, tandis que d’autres les ont fait avorter à cause des dites mesures « sanitaires ». Le confinement, cause de baisse d’avortements ?

On doit aussi prendre en compte que les mesures « sanitaires » ont sans doute fortement découragé toutes formes de relations, menant ainsi à une baisse des naissances, comme le soulignent certains médecins et avorteurs. Peut-être que le confinement aura-t-il amené une baisse des relations extraconjugales, ce qui est une bonne chose, car même les mauvais actes peuvent avoir quelques bons effets. Par contre, ce même confinement, ce qui est extrêmement mauvais, aura aussi entraîné la baisse de saines et chastes relations qui auraient abouti à de solides mariages. Mais cela prendra sans doute plus de temps à établir, quoiqu’on ait observé quand même une baisse dans les projets de nuptialités.

Ce que cela nous montre, c’est qu’il y a moins d’avortement parce qu’il y a moins de bébés à tuer…

1 réaction Lire la suite

Le Christ est ressuscité — Il est vraiment ressuscité !

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le Dimanche de Pâques) ― Photo : Musée des Beaux-Arts de Tours/Wikimedia Commons

La résurrection du Christ est pour tous les hommes de bonne volonté, auxquels le salut a été promis, la source de la joie la plus pure et la plus profonde. L’Agneau de Dieu immolé pour les péchés du monde a triomphé de la mort et de celui qui a introduit la mort dans le monde. Que tous les cœurs droits s’associent aux anges pour chanter la victoire de l’Agneau et leur propre délivrance !

Par sa résurrection, le Fils de Dieu recouvre la gloire infinie dont il s’était dépouillé en s’incarnant, et en triomphant de la mort, il donne la preuve la plus éclatante de sa divinité. La résurrection du Christ est le sceau divin apposé sur toute son Œuvre rédemptrice. Si Jésus n’était pas ressuscité, les Écritures annonçant autant la glorification finale du Sauveur que ses indicibles humiliations et souffrances n’auraient pas été accomplies : l’humanité devrait donc attendre sa rédemption d’un autre Sauveur. Toute notre foi, perdant son plus solide appui, serait vaine, comme dit saint Paul (I Cor. 15, 17). Les sacrements ne seraient que de purs symboles : on serait encore, au temps des figures. La religion vers laquelle le monde entier devrait se tourner dans l’espérance du salut serait la religion juive. Les hommes seraient encore emprisonnés dans les ténèbres de leurs péchés et esclaves de Satan, « le prince des ténèbres ». Beaucoup ne pourraient jamais être convaincus que, par-delà la mort, Dieu les appelle, dans son immense miséricorde, à participer durant toute l’éternité, à sa vie de bonheur et de gloire. Car la résurrection glorieuse du Christ est le principe et le gage de notre propre résurrection. « La mort est entrée dans le monde par un homme, écrit saint Paul, par un homme aussi commence la résurrection des morts ; et de même que tous sont morts en Adam, ainsi tous recouvrent la vie dans le Christ. » (I Cor. 15, 21-22).

L’agneau pascal des juifs, figure de la véritable Pâque, cède aujourd’hui la place à la réalité. De même qu’en Égypte, les juifs ont été épargnés par l’ange exterminateur à la vue du sang de l’agneau dont ils avaient marqué les portes de leurs maisons, ainsi maintenant tous ceux qui sont marqués du sang de Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu immolé et toujours vivant, ont la vie sauve, sont délivrés de la servitude du Pharaon, c’est-à-dire du démon, et peuvent marcher librement vers la terre promise, c’est-à-dire le ciel. Les juifs mangeaient l’agneau pascal, en souvenir de leur délivrance d’Égypte. En souvenir du mystère de leur rédemption, les chrétiens sont également invités à manger l’Agneau pascal qui les a sauvés. Mais dans l’un et l’autre cas, le souvenir n’est pas le même, et l’agneau pascal n’est pas le même. Chez les juifs, le souvenir de leur délivrance d’Égypte ne produisait aucun fruit salutaire. Chez les chrétiens, le souvenir de leur délivrance spirituelle est non seulement un repas sacré commémoratif mais un véritable sacrifice, dans lequel toute l’œuvre de la rédemption est de nouveau présente avec ses mérites infinis, qui leur sont appliqués. L’Agneau pascal des chrétiens c’est le Christ, l’Agneau de Dieu immolé, vivant et vivifiant, nourrissant les âmes et rendant les corps capables de vie éternelle. Réjouissons-nous ! Alléluia ! Le Christ, notre Pâque est vraiment ressuscité. Qu’Il daigne remplir notre âme de sa joie pascale !

J.-R.B.

1 réaction

Plaidoyer d’un député pour la femme et l'enfant à naître au Parlement européen lors d’une réunion dirigée contre les pro-vie

Par Olivier Bault (Présent) — Photo : WavebreakMediaMicro/AdobeStock

Le 25 mars, à l’occasion de la Journée internationale pour la vie fêtée dans de nombreux pays, le Parlement européen lançait une offensive contre les associations pro-vie, auxquelles il était reproché de recevoir des financements étrangers, notamment en provenance des milieux pro-vie américains. Un reproche surprenant quand on connaît les sommes reçues des milieux pro-mort américains (Soros, Gates et consorts) et aussi de l’Union européenne par les organisations du lobby pro-avortement. Le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) a relaté cette curieuse séance anti-associations pro-vie où n’avaient été invités que les représentants du lobby pro-avortement et Présent en parle aussi dans ses échos éthiques de cette semaine.

Le tableau idyllique du point de vue du lobby de l’avortement a toutefois été troublé par l’intervention d’une députée espagnole. Il s’agit de la députée Margarita de la Pisa qui est membre de la Commission des droits des femmes et de l’égalité des genres (sic), et qu’il n’a donc pas été possible de réduire au silence. Margarita de la Pisa est pharmacienne et neuropsychologue de formation, membre du parti Vox, mariée et mère de huit enfants. Son intervention du 25 mars, qui s’est déroulée en espagnol, mérite d’être lue de bout en bout pour ce qu’elle dévoile sur les pratiques du Parlement européen et pour les arguments qu’elle donne en faveur du droit à la vie et de l’action des associations pro-vie. C’est pourquoi nous l’avons traduite en français pour les lecteurs du journal Présent. Voici donc la traduction de l’intervention de Margarita de la Pisa en dessous de la vidéo en espagnol :

« Un tel événement ne devrait pas avoir lieu. Il est contraire aux principes de neutralité et de pluralité qui régissent les règles du Parlement européen. Aucun des intervenants ne représente un point de vue pro-vie. Leur objectif est de stigmatiser, persécuter et attaquer ceux d’entre nous qui sont engagés dans cette cause, et nous ne nous cachons pas. Il ne répond pas non plus aux valeurs démocratiques. On nous refuse le droit à la liberté de pensée, la liberté de conscience et, bien sûr, le droit à la liberté d’expression. Le Parlement a cessé d’être le garant des droits de l’homme, avec l’interprétation totalement erronée qu’il en fait. Il a cessé de remplir sa fonction de lieu de débat. Vous avez transformé cet espace en un espace de propagande pour une vision unique et totalitaire.

Quoi qu’il en soit, je vous remercie. Merci, du fond du cœur, de nous avoir donné l’occasion de défendre la vie pour la Journée de la vie. Vous avez très bien choisi la date. Et je lève la main. Pour moi-même et au nom de millions de personnes qui prennent fièrement cette grande responsabilité. Et nous pouvons être fiers de ce que nous défendons.

Il y a toujours de la lumière et de la beauté à défendre une femme enceinte, à aider à comprendre une réalité qui, bien que toute petite, existe déjà à l’intérieur de son ventre, à défendre ce bébé, cette personne, dont nous ne savons pas encore qui elle deviendra. Ça aurait pu être n’importe lequel d’entre nous. Nous avons tous été microscopiques un jour, nous avons tous été un bébé dans le ventre de notre mère un jour. En vérité, les pro-vie défendent tout le monde, toutes les vies, y compris la vôtre.

1 réaction Lire la suite

Sainte et Joyeuse Pâques

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (côtés flous rajoutés) : Gallerix

Nous vous souhaitons, en ces temps bouleversés, un très joyeux jour de Pâques, car la joie chrétienne repose avant tout en Dieu.

Malgré toutes les vexations auxquelles nous soumet le gouvernement, ce jour est celui de la Résurrection du Christ, et notre espérance ne sera pas vaine.

Encore une fois, Joyeuse Pâques !

1 réaction

Le Brésil et plusieurs pays bloquent l’administration Biden sur l’avortement à l’ONU

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : konferenzadh/Pixabay

Le Brésil de Jair Bolsonaro, appuyé par nombre de pays pour qui la protection de l’enfant à naître importe, a mis en échec les États-Unis de Joe Bidon et l’Union européenne qui cherchaient à faire adopter par l’ONU des termes pro-avortement afin de promouvoir cette pratique à travers le monde, selon C-Fam :

Les groupes d’avortement n’ont fait aucun progrès au siège de l’ONU lors de la première conférence des Nations Unies sur les femmes depuis que Joe Biden a prêté serment en tant que président des États-Unis.

Les pays qui se sont alignés sur la diplomatie pro-vie américaine il y a seulement quelques semaines, lorsque Donald Trump était à la Maison-Blanche, ont bloqué les efforts de l’administration Biden et de l’Union européenne pour inclure des termes controversés liés à l’avortement et un langage explicitement pro-avortement dans l’accord annuel de la Commission des Nations Unies sur la condition féminine.

L’accord final de la commission, connu sous le nom de « conclusions concertées », ne retenait qu’un seul paragraphe sur « la santé sexuelle et procréative et les droits en matière de procréation » et un sur l’éducation à la « santé sexuelle et procréative », le même que le dernier accord de la commission.

[…] Les pays conservateurs ont refusé d’autoriser les États-Unis et l’UE à faire adopter à toute vitesse le langage controversé sur les droits sexuels qui serait utilisé par les agences des Nations Unies pour promouvoir l’avortement, les droits LGBT et l’autonomie sexuelle des enfants.

Au cours de l’administration Trump, le Brésil s’est placé derrière les efforts diplomatiques pro-vie des États-Unis, mais lors de la Commission sur le statut de la femme, le Brésil a insisté sur le fait que toute référence à la « santé reproductive » ou aux « droits reproductifs » devrait être qualifiée pour exclure le droit à l’avortement.

L’héritage de Trump face au pro-avortement président Bidon :

Quelques semaines à peine après le début de sa présidence, Biden a adopté un décret ordonnant aux diplomates américains de promouvoir l’avortement aux Nations Unies en février. L’ordonnance engage le gouvernement américain à promouvoir « la santé et les droits sexuels et reproductifs », une expression inventée par le lobby mondial de l’avortement pour contourner la politique établie de l’ONU contre un droit international à l’avortement.

Les diplomates américains ont vigoureusement promu cette nouvelle expression dans les négociations de la commission ces dernières semaines, mais n’ont pas réussi, en grande partie à cause des pays qui ont travaillé avec l’administration Trump pour développer une stratégie visant à bloquer un droit international à l’avortement.

1 réaction

3e confinement pour les restaurants dans les régions de Québec…

Billet de blogue d’Aubert Côté ― Photo : Jason Taelliou/Flickr

Non ! Ce n’est pas un Poisson d’avril ! Oui ! C’est bien réel. Bel et bien réel. Hier soir, à l’heure où nous travaillions, nous les travailleurs de la restauration, serveuses, hôtesses, livreurs, cuisiniers, plongeurs, personnes de maintenance, concierges, gérants et propriétaires, M. François Legault et M. Horacio Arruda nous annoncent un troisième confinement en un an.

Je suis fier Québécois et franc Canadien, mais je ne suis pas « Peas Soup. » Je vais parler avec respect. Je vais dire mon désaccord avec politesse. Si nous sommes encore dans une démocratie, j’aurai le droit de manifester pacifiquement mon désaccord envers la décision de reconfiner plusieurs régions du Québec. Je vais utiliser la langue de Molière que nous aimons et je vais utiliser la langue de Shakespeare que nous respectons. En aucun cas, nous ne dirons notre opinion dans la vulgarité, ni dans la violence.

Monsieur Legault, Monsieur Arruda et Compagnie, vous vous comportez comme des « girouettes. » Il y a à peine quelques heures, vous aviez dit que nous ne reconfinerez pas les régions du Québec. Vous rendez-vous compte que fermer une troisième fois dans la même année les restaurants n’est pas une mince affaire ? Pour un ancien homme d’affaires, et pour un haut fonctionnaire, c’est le comble du ridicule. Vous êtes incohérents.

Puisque nous sommes en démocratie, Nous, les travailleurs et tenanciers de restaurants affirmons que nous prenons au sérieux les normes sanitaires quand nous sommes ouverts et nous voulons continuer à recevoir notre clientèle en obéissants aux règles d’hygiène. Nous pouvons lutter contre la Covid-19 tout en ouvrant nos restaurants, tout en vivant notre vie quotidienne. The new governement order, I desagree.

Comme travailleur de restaurant, je refuse le troisième confinement imposé au milieu de la restauration. Je ferai la grève à l’envers (Strike backwards). Je me présenterai à mon travail pour manifester mon désaccord au troisième confinement (3e confinement dans la même année) qui est un énorme coup de barre dont nos installations font les frais.

Aubert Côté, citoyen, employé de restaurant.

Références :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1781300/francois-legault-quebec-point-pandemie-covid-19

https://www.journaldequebec.com/2021/03/31/covid-19-legault-tiendra-un-point-de-presse-a-17h

https://www.ledevoir.com/societe/sante/597948/point-de-presse-covid-17h-legault-dube-arruda-31-mars-2021

1 réaction

« Bien » mourir

Par Paul-André Deschesnes ― Photo : roungroat/Rawpixel

L’euthanasie est désormais une pratique banale, normale et acceptable, admise dans les législations canadienne et québécoise. Après avoir ouvert la porte il y a quelques années, on se dirige actuellement à toute vitesse vers l’euthanasie sur demande. La tendance est très lourde et le rouleau compresseur fait son œuvre, car les consensus sont tous favorables (médecins, population, spécialistes de tout acabit, scientifiques, médias, etc.). Seuls, quelques irréductibles (noyau dur) osent encore ramer à contre-courant pour dénoncer cette populaire culture de la mort.

Je viens de terminer la lecture d’un livre intitulé « L’aide médicale à bien mourir » de Jean Desclos (Éditions Médiaspaul, septembre 2020). J’ai été profondément bouleversé par cet ouvrage qui fait la promotion de l’euthanasie et du suicide assisté, et je vous explique pourquoi.

L’auteur est un prêtre catholique du diocèse de Sherbrooke au Québec. Il est docteur en théologie morale. Il a été professeur titulaire et doyen de la Faculté de Théologie de l’Université de Sherbrooke. Il a été vice-recteur de la même université de 2001 à 2008. Auteur de plusieurs livres, il est maintenant retraité et curé d’une paroisse à Sherbrooke.

Que veut dire exactement ce titre « L’aide médicale à bien mourir » ?

D’abord la rectitude politique nous oblige, au Québec, à bannir le mot « euthanasie ». Mais, le mot « bien », ça fait référence à quoi ? Un disciple de Jésus doit nécessairement rechercher le bien et en faire la promotion. Tout le monde va mourir un jour. Alors, l’auteur de ce livre aurait-il vraiment trouvé une recette pour bien mourir ? Il semble que oui ; et la solution qu’il propose aux personnes malades qui souffrent trop, c’est l’euthanasie.

Dans cet ouvrage de 326 pages, il explique en détail pourquoi l’aide médicale à mourir est maintenant devenue « un soin de santé » acceptable dans notre monde d’aujourd’hui.

L’auteur nous confie qu’il a déjà été un farouche opposant à l’euthanasie, mais qu’il a évolué après de sérieuses recherches dans un esprit d’ouverture (p.8). La médecine a fait tellement de progrès qu’elle peut aujourd’hui nous faire bien mourir dans « un grand confort physique, psychologique et spirituel ». Alors pourquoi devrait-on s’en passer ? (p.9)

1 réaction Lire la suite

La Chambre des représentants du Wyoming adopte un projet de loi interdisant l’avortement eugénique — le parlement examine d’autres projets de loi pour protéger l’enfant naître

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Le 22 mars, la Chambre des représentants du Wyoming a adopté le projet de loi 161, qui vise à interdire les avortements pratiqués « uniquement parce que » l’enfant à naître a été diagnostiqué d’un problème de santé ou d’un handicap « ou ayant un diagnostic potentiel de handicap ». Le projet de loi a été adopté en première lecture et doit passer par deux autres lectures avant de pouvoir se rendre au Sénat.

Le projet de loi définit le « handicap » comme étant « toute maladie, tout défaut ou tout problème susceptible de limiter sensiblement une (1) ou plusieurs opérations majeures de la vie, notamment un handicap physique, un handicap mental, une déficience intellectuelle, une altération esthétique physique, la scoliose, le nanisme, la trisomie 21, l’albinisme, l’amélie, la méromélie ou une maladie physique ou mentale ». Est expressément exclue toute condition considérée comme « mortelle », que le projet de loi définit comme une condition qui « entraînera avec une certitude raisonnable la mort de l’enfant dans les trois (3) mois suivant sa naissance ».

En plus d’interdire les avortements fondés sur le diagnostic de l’enfant, le projet de loi interdit également tout avortement fondé sur la race, le sexe, la couleur, l’origine nationale ou l’ascendance de l’enfant à naître.

Toute personne qui commettrait un avortement discriminatoire fondé sur un handicap ou sur l’une des autres raisons énumérées pourrait être chargée de crime passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 14 ans.

Outre le projet de loi 161 de la Chambre des représentants du Wyoming, cette dernière examine également le projet de loi 96 du Sénat, les amendements à la Loi sur les homicides et le projet de loi 134 de la Chambre des représentants, le projet de loi sur la protection selon le battement de cœur humain. Chacun de ces projets a progressé en commission.

1 réaction Lire la suite

2021 : Le temps des aveux ?

En plus des nouvelles de la semaine, aujourd'hui je voulais vous présenter l'auteur Jean Tardy, qui écrira une série d'articles pour Campagne Québec-Vie. Cette série, intitulée « confessions d’un aîné », a pour but, selon l’auteur, de « crever l’abcès » du silence et des tabous entourant la question de l’avortement en assumant, par le biais de ces articles à la franchise assumée, « toutes les épithètes et toutes les accusations qui étouffent notre époque. » Saluons le courage et la force de cet auteur bien de chez nous. Je vous invite à lire cet article dès maintenant, et de revenir régulièrement pour les prochaines parties !

Pour la foi, la famille et la Vie,


Georges Buscemi, président

P.S. Nous sommes presque rendus à notre objectif de 10 000 $ pour notre campagne de financement du carême. Il ne nous reste que 275 $ dollars pour atteindre le but. À qui la chance de conduire le total au-delà de notre objectif ? Merci de votre générosité !

 

1 réaction Lire la suite

Les députés du Malawi crient « non » lorsqu’on leur demande de débattre de l’élargissement de l’avortement

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Zach Vessels/Unsplash

L’Assemblée nationale du Malawi a refusé de débattre d’un projet de loi pro-avortement au début du mois, refusant même l’idée de libéraliser l’avortement dans le pays.

Le projet de loi sur l’Interruption de grossesse légaliserait l’avortement en cas de viol, d’inceste, de condition fatale chez l’enfant à naître, ou lorsque la santé physique ou mentale de la mère est mise en danger pendant la grossesse. Dans la nation africaine du Malawi, l’avortement n’est actuellement légal que pour sauver la vie de la mère, bien que tuer délibérément un enfant à naître ne soit jamais médicalement nécessaire.

Le Nyasa Times rapporte que lorsque le débat sur le projet de loi a été proposé, « presque tous les députés ont crié “non” ». Le premier vice-président du parlement, Madaliso Kazombo, a déclaré « les non l’emportent », et la motion visant à débattre du projet de loi fut rejetée. Le député de Mwanza Central, Nicholas Dausi, a déclaré que le projet de loi ne devrait pas être autorisé parce que « les femmes ne devraient pas être autorisées à tuer. »

En septembre, le Père Henry Saindi, porte-parole de la conférence des évêques du Malawi, a déclaré au The Nation : « Je sais qu’ils essaient d’inventer des expressions telles que l’avortement sans risque, mais ce que nous disons, c’est que l’avortement est l’avortement. Peu importe comment la vie est venue, la vie est sacrée... Nous disons non à ce qui est proposé. »

Le Malawi, ainsi que d’autres nations africaines, subit une pression intense de la part des pays occidentaux qui veulent qu’il légalise l’avortement. La conférence pro-avortement She Decides regroupe 50 pays et vise à développer l’avortement et la contraception dans les pays africains.

Obianuju Ekeocha, présidente de Culture of Life Africa, a demandé aux délégués européens de la conférence She Decides si l’un d’entre eux avait demandé aux Africains leur avis sur le financement des avortements dans leur pays. « De nombreux pays occidentaux, dont le Canada et les Pays-Bas, ont décidé de se réunir pour collecter des fonds », fit-elle remarquer. « Pas des fonds destinés à de la nourriture pour les Africains. Pas de fonds pour l’eau aux Africains. Pas de fonds que les Africains peuvent utiliser comme ils le souhaitent. Au lieu de cela, ils s’associent pour collecter des millions de dollars qu’ils consacrent au soi-disant avortement sans risque. Le plus consternant, c’est que ces pays occidentaux n’ont même pas pensé à demander aux Africains ce qu’ils veulent ! »

Les militants pro-avortement de She Decides Malawi étaient présents devant le parlement lorsque le débat sur le projet de loi a été rejeté.

1 réaction