M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Pour mieux défendre l’enfant à naître caché, défendons le Christ invisiblement présent dans l’Eucharistie

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Y a-t-il un lien entre le respect pour l’enfant à naître et la révérence envers la divine Eucharistie, l’un caché aux yeux d’un monde volontairement aveugle et l’autre signe et présence réelle du Christ, caché à nos yeux mortels ? La foi surnaturelle en l’Eucharistie est-il un apport indispensable à la foi naturelle en l’enfant à naître (je veux dire par foi naturelle : la croyance dans le concept naturellement déductible de la personnalité de l’enfant à naître, chose qui paraît difficile à beaucoup, entre autres parce que l’enfant à naître est caché, parce qu’il est petit et sans défense, parce qu’on ne l’entend pas, parce que beaucoup n’en veulent pas… et finalement parce qu’il n’est pas pleinement développé) ? Les pro-vie n’ont-ils pas déjà l'esprit exercé à reconnaître une vérité comme celle de la transsubstantiation ? L’irrévérence envers l’Eucharistie n’est-elle pas source d’irrespect envers l’enfant à naître ? une grande partie des pro-vie ne sont-ils pas catholiques (bien que malheureusement de nombreux adoptent une approche « laïque ») du fait justement que ces derniers (ou une partie d’entre eux) sont familiers avec la notion de présence cachée mais réelle (sans compter la grâce) ? Autant de questions pertinentes auxquelles John Smeaton, président de Voice of the Family répond dans une vidéoconférence. — A. H.

Allocution complète de John Smeaton, traduite par Campagne Québec-Vie d’après LifeSiteNews :

Bonjour ! Je suis John Smeaton, le modérateur de la conférence internationale en ligne de Voice of the Family intitulée Love and Reverence due to Our Lord : Let’s always receive Holy Communion on the Tongue (L’amour et la révérence dus à Notre-Seigneur : recevons toujours la Sainte Communion sur la langue).

Voice of the Family est une coalition internationale d’organismes pro-vie et pro-famille du monde entier, formée pour soutenir l’enseignement catholique sur la vie et la famille. Nous sommes très reconnaissants à LifeSiteNews, le numéro un mondial de l’information pro-vie, qui a permis la tenue de cette conférence en ligne.

Pour quelle raison au monde, pourrait-on se demander, une coalition pro-vie internationale organise-t-elle une conférence sur la façon de recevoir la Sainte Communion ?

Voice of the Family, en union avec le mouvement pro-vie mondial, défend l’inviolabilité et la valeur de chaque vie humaine, et ce avec fierté. En effet, nous considérons comme un privilège et un honneur de défendre les vies humaines les plus vulnérables, et nous en sommes fiers. De nombreux membres du mouvement pro-vie sont prêts à donner leur propre vie pour la vie de ceux qu’ils cherchent à protéger. Ceci constitue la force de notre engagement.

Et pourtant, il y a quelque chose d’encore plus grand que la sainteté de la vie humaine, c’est la vie divine, le Corps, le Sang, l’Âme et la Divinité de Jésus-Christ, véritablement présente dans la Sainte Eucharistie. Notre plus grand trésor sur terre est le Saint-Sacrement. « Il n’est point d’autre nation, si grande qu’elle soit », chante l’Office divin du Corpus Christi, « qui ait des dieux s’approchant d’elle, comme notre Dieu est présent pour nous ». L’Eucharistie est notre trésor le plus cher et la pensée de l’avoir si près de nous dans nos églises catholiques nous remplit de gratitude et d’une crainte révérencielle indescriptible.

1 réaction Lire la suite

Visionnez ce documentaire avant qu'il ne soit trop tard

Je vous présente aujourd'hui un documentaire-choc qui tombe à point. Il est nommé « Censuré » et il a la vocation de l’être, car trop de personnes veulent en empêcher la diffusion, de peur que ses vérités dérangeantes ne soient connues d'un grand nombre. Il s’agit d’un documentaire sur les thérapies de conversion de l’homosexualité à l’hétérosexualité.

Visionnez « Censuré » sur YouTube (pendant qu'il est encore temps !) >>

Saviez-vous que ces thérapies, basées sur le dialogue, fonctionnent pour bien des personnes souffrant d’attraits envers le même sexe et voulant s’en sortir? Or, plusieurs sont furieux que de telles thérapies existent. Les législatures des pays occidentaux foisonnent de projets de loi visant à les bannir.

Au Canada, le projet de loi C-6, déposé par le gouvernement Libéral, veut les rendre marginales. Au Québec, un projet de loi du ministre de la Justice veut les rendre illégales. (Nous avons publié une pétition pour contrer ces efforts de faire taire les voix en faveur de ces thérapies, vous pouvez la signer, ici.)

Pourquoi fait-on tant d’efforts pour empêcher des gens qui le désirent de trouver une thérapie qui pourrait les aider à atteindre leur objectif, soit de quitter le style de vie homosexuel?

Ce documentaire comprend des témoignages d’ex-gais, de thérapeutes, de chercheurs, qui jettent la lumière sur ce sujet controversé à souhait. L’auteur du documentaire, Michel Lizotte, fondateur de l’organisme Ta Vie, Ton Choix, est journaliste indépendant et chercheur sur la question de l’homosexualité et des thérapies pour près de 20 ans.

Je vous invite à visionner et aussi de partager le lien vers ce documentaire. Produit en partie par Campagne Québec-Vie, prions que ce documentaire éclaire les esprits en ce temps d'aveuglement sur bien des sujets, spécialement la sexualité humaine.

Pour la Foi, la Famille et la Vie,


Georges Buscemi

P.S. Nous avons dernièrement tourné une vidéo d'entretien avec l'auteur du documentaire, le journaliste indépendant Michel Lizotte. Restez à l'écoute, il sera publié sous peu.

P.P.S. Si ce n'est pas déjà fait, merci de signer dès aujourd'hui notre pétition contre la suppression des thérapies de conversion au Canada et au Québec.

Laissez un commentaire

Me Jerzy Kwaśniewski : l’éducation sexuelle selon l’OMS — la masturbation pour les 0 à 4 ans…

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pixabay

Vous avez peut-être entendu parler des Standards pour l’éducation sexuelle en Europe de l’OMS, peut-être que non, cet organisme de l’ONU y prône entre autres la masturbation, l’homosexualité et la théorie du genre dès l’entrée à la maternelle ; entre 4 et 6 ans on y apprend aux enfants à « s’explorer soi-même » et les autres par le biais de jeux sexuels du docteur et des défis ; entre 6 et 9 ans, on leur présente l’avortement et la contraception comme solutions à la grossesse et la parentalité, etc.

Dans le fond, c’est le concept fumeux de « consentement éclairé » pour les relations sexuelles qui forme la base de tout ce salmigondis — comme si le « consentement éclairé » suffisait pour justifier de telles relations, surtout quand il s’agit d’une fillette ou d’un petit garçon (les séducteurs n’existent pas ?).

Me Jerzy Kwaśniewski, président du groupe d’avocat polonais l’Institut Ordo Iuris, décrit en profondeur dans une vidéo les recommandations de l’OMS en matière d’éducation sexuelle, ses applications concrètes, ce qu’elles impliquent et ce qui les sous-tend.

Le fondement de cet enseignement à la perversité se rapporte à la « Déclaration des droits sexuels » de l’International Planned Parenthood Federation (grand procureur d’avortements qui n’hésite pas à se créer une clientèle), citée dans les Standards : « la sexualité et le plaisir qui en découle sont un aspect central de tout être humain », faisant donc de l’homme un être essentiellement sexuellement jouisseur et créant un « droit » aux plaisirs charnels, même les plus dépravés.

Tout cela est à l’extrême opposé de la vision saine et chrétienne de la personne humaine : « l’homme est un être doué de raison, doté d’une âme immortelle », souligne Me Jerzy Kwaśniewski.

Incidemment, l'OMS vous semble-t-elle pertinemment désignée pour pérorer sur la santé de la planète entière, pour annoncer les « pandémies » ou pour en prescrire les remèdes ?

Je ne le pense pas pour ma part...

1 réaction

Le complexe développement de l’enfant à naître

Par Brian Clowes (Human Life International) ― Traduit par Campagne Québec-Vie

Il existe deux façons de discuter de la chronologie des étapes du développement fœtal : l’âge menstruel et l’âge gestationnel. Ces termes peuvent être quelque peu déroutants car ils sont basés sur des points de départ différents. L’âge gestationnel, qui commence à la fécondation, est un cadre temporel basé sur le point de vue de l’enfant à naître. La chronologie de l’âge menstruel commence deux semaines plus tôt, à la dernière période menstruelle, et est figurée du point de vue de la mère. Le cadre le plus souvent utilisé dans les discussions sur le développement de l’enfant à naître est l’âge menstruel.

Ainsi, la fécondation a lieu à deux semaines d’âge menstruel [ou d’aménorrhée*] et l’implantation environ une semaine plus tard. Au stade de la fécondation donc, les instructions génétiques de la mère et du père se combinent pour former un zygote, à peine visible à l’œil nu. [1] Cette cellule unique contient plus d’informations que cinquante ensembles des 33 volumes de l’Encyclopedia Britannica.

En ce premier jour de vie, les quatre premières divisions cellulaires ont lieu pendant que le zygote descend des trompes de Fallope vers l’utérus, tout en étant nourri et protégé par le corps de la mère.

Cinq à neuf jours plus tard, ce zygote s’implante dans l’utérus [d’où il tirera sa subsistance*]. À compter de l’implantation et jusqu’environ huit semaines, il est désigné sous le nom d’embryon.

Environ deux semaines après la fécondation (environ quatre semaines d’aménorrhée) survient l’arrêt des menstruations, causé par les hormones émises par l’enfant à naître. C’est à cet âge que la première cellule cérébrale complète de l’enfant apparaît.

À trois semaines, le cœur du bébé est à un stade de formation avancé. Ses yeux commencent à se former. Son cerveau, sa colonne vertébrale, et son système nerveux sont pratiquement complets.

À un peu plus de trois semaines (24 jours), son cœur commence à battre.

À quatre semaines, sa taille a été multipliée par dix mille ; il mesure maintenant entre six et sept millimètres (environ ¼ de pouce). Ses muscles se développent. Des bourgeons de bras et de jambes sont visibles. Le sang du bébé est maintenant séparé de celui de sa mère, et coule dans ses veines. Les premières cellules du néocortex apparaissent — précisons que le néocortex est le siège de la pensée et des raisonnements complexes, caractéristique unique qu’aucun autre mammifère ne possède.

1 réaction Lire la suite

Du leadership pro-vie à l'international

Des bonnes nouvelles à l'international, où des pays tels les États-Unis, le Brésil, la Hongrie, la Pologne et la Biélorussie, 33 en tout, représentant 1,6 milliards de personnes, ont signé une déclaration en faveur de la Vie humaine et contre un soi-disant «droit international» à l'avortement. 

Aussi, la cour suprême de la Pologne a statué que l'avortement pour des raisons «eugéniques», c'est à dire pour cause d'enfant trisomique ou autres imperfections, est inconstitutionnel.

Deux signes qu'il est possible de choisir la Vie en tant que collectivité; il s'agit de s'y engager en dépit des difficultés !

Pour la Vie,


Georges Buscemi, président

p.s. Les 40 jours pour la vie se terminent dimanche. Pour participer, suivez ce lien.

Nos articles de la semaine : 


Les États-Unis, le Brésil et 31 autres pays signent une déclaration contre l’imposition de l’avortement à l’international
Aujourd’hui, de hauts représentants des États-Unis, du Brésil, de la Pologne, de la Hongrie, de la Biélorussie et 28 autres pays ont signé un document déclarant un engagement à « réaffirmer qu’il n’existe pas de droit international à l’avortement... »


Le Tribunal constitutionnel de Pologne déclare l’avortement eugénique inconstitutionnel !
Pour être surprenante, c’est une nouvelle surprenante ! C’est initialement grâce au travail acharné du groupe Zatrzymaj aborcję (Arrêtez l’avortement) que cette victoire pour la Vie est survenue.


Amy Coney Barrett confirmée juge à la Cour suprême des États-Unis !
Le soir du 26 octobre 2020, le Sénat des États-Unis a confirmé Amy Coney Barrett, catholique, mère de sept enfants, précédemment professeur à l’Université Notre Dame et juge à la Cour d’appel du 7e circuit, par 52 voix contre 48.


Déclaration du cardinal Burke sur les propos attribués au pape François sur les homosexuels et l’« union civile »
« De telles déclarations engendrent un grand désarroi et provoquent la confusion et l’erreur parmi les fidèles catholiques, dans la mesure où elles sont contraires à l’enseignement de l’Écriture Sainte et de la Tradition Sacrée, ainsi qu’au Magistère... »


Voici pourquoi la « prohibition de la thérapie de conversion » n’est qu’une façon d’interdire l’aide et l’enseignement chrétiens
La soi-disant « prohibition de la thérapie de conversion » représente simplement une stratégie de cheval de Troie...


Équateur : le président met son veto à l’extension de l’avortement
En Equateur, un projet de loi visant à dépénaliser l’avortement dans toutes les situations d’urgence médicale avait été approuvé par le Parlement, en août dernier.


Amendes ou prison en Irlande pour les prêtres qui célébreront publiquement la messe
Aux termes d’une nouvelle loi votée dans la nuit de jeudi à vendredi en Irlande, les prêtres célébrant publiquement la messe encourent une amende de 2 500 euros ou 6 mois d’emprisonnement dans le cadre de nouvelles mesures « anti-COVID ».


Jésus-Christ, le divin Roi de l’univers
La fête du Christ Roi a été instituée par le pape Pie XI, le 11 décembre 1925, pour affirmer d’une façon solennelle l’autorité souveraine et universelle de Jésus, reniée par le monde moderne.


La censure de la parole et de l’avortement par la gauche « catholique » au Québec
De plus en plus de Québécois dénoncent la censure des idées que l’on trouve dans nos universités et dans certains médias de propagande au Québec, au Canada, dans bien des pays occidentaux.


Le Rivotril à nouveau prescrit aux pensionnaires des EPHAD
Il faut craindre une sévère augmentation de la mortalité dans les EHPAD dans les prochains jours. Non pas en raison d’une prétendue seconde vague de Covid-19 mais parce que le Rivotril est à nouveau prescrit aux pensionnaires des EPHAD !


Parler de la masturbation à la maternelle ? « Mais enfin, c’est dans les programmes ! »
« Mais pourquoi vous avez parlé de deux hommes ou de deux femmes qui s’aimaient dans un album. »


Joe Biden corrompu par la Chine communiste ?
Vous avez sans doute entendu parler du scandale causé par les révélations tirées (d’une manière assez curieuse il est vrai…) du propre portable de Hunter Biden, fils du candidat démocrate aux présidentielles américaines, Joe Biden.


Les pays que Joe Biden dénonce comme totalitaires…
Joe Biden, candidat démocrate aux présidentielles américaines, dépeignait lors d’une entrevue avec ABS le 15 octobre le totalitarisme qui sévirait dans certains pays de l’OTAN, comme la Pologne, la Hongrie et la Biélorussie.

Chroniques des 40 Jours pour la Vie à Montréal :


Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 28 : Approbation encourageante
En milieu d’après-midi, un homme âgé lut la pancarte pendant devant ma poitrine et leva son pouce. Il fit ensuite le tour pour lire ce qui était accroché dans mon dos, revenant cette fois-ci avec les deux pouces en l’air et me félicitant pour ce que je faisais.


Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 32

Sacha essaya de consoler une mère post-avortement qui regrettait son avortement, lui parlant de l’importance de demander pardon à Dieu.



Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour : 34

Les lundis se ressemblent de l’un à l’autre... la pluie. Cependant, c’est un bon jour pour la prière contemplative.

Laissez un commentaire

Agitation anticatholique et proavortement en Pologne


Manifestants féministes pro-avortement (communistes ? voyez les poings brandis), sacrilèges par-dessus le marché, interrompant la messe dans la cathédrale de Poznań en Pologne.

Par Sébastien Meuwissen (Visegrád Post) — Photo : WTK/YouTube

Pologne – En Pologne, les féministes radicaux et l’extrême gauche déclarent la guerre au christianisme et au gouvernement. Le jeudi 22 octobre, le Tribunal constitutionnel polonais a jugé les avortements dits eugéniques contraires à la Constitution. Jusqu’à maintenant, les avortements étaient autorisés dans les cas suivants : risque pour la vie de la mère, viol, inceste et « forte probabilité de handicap grave et irréversible du fœtus ou de maladie incurable menaçant la vie. » C’est précisément ce dernier point qui a été actualisé.

En effet, le Tribunal constitutionnel a estimé que le fait de pouvoir décider de la vie ou de la mort d’un enfant à naître sur la base de son état de santé représentait une discrimination et une violation du droit des enfants (la Constitution polonaise stipule qu’on à affaire à un enfant de la conception jusqu’à l’âge de dix-huit ans).

Dès sa publication, cette décision fait loi et ne peut être renvoyée à la Cour d’appel. Il est à souligner que seuls deux juges sur quinze siégeant au Tribunal constitutionnel se sont prononcés contre l’actualisation de la loi. Si les pro-avortement désirent revenir en arrière à ce sujet, il leur faudrait obtenir une majorité des deux tiers au Parlement, ce qui, sur la scène politique polonaise tient pratiquement de la science-fiction dans un futur proche.

Violences et profanations en guise de réponse

À la suite de l’annonce du Tribunal constitutionnel, les mouvements féministes radicaux et d’extrême gauche sont descendus dans les rues des principales villes du pays pour manifester leur colère. En plus de manifester en face des résidences de membres du gouvernement, les groupes de radicaux ont décidé de s’en prendre aux chrétiens. C’est ainsi que le dimanche 25 octobre, de nombreuses organisations catholiques, patriotiques et nationalistes, appuyées par des ultras de football, ont improvisé un plan de défense des lieux de cultes.

Ce plan consiste à placer un petit groupe de personnes (généralement des jeunes hommes) qui montent la garde devant l’entrée des églises afin d’empêcher les manifestants scandant des cris vulgaires de pénétrer à l’intérieur des lieux de culte durant la messe. Malgré cela, il y eut de nombreux cas où les féministes sont entrés dans des églises afin d’y perturber la cérémonie.

Les rassemblements des pro-avortement, aux cris de « c’est la guerre », déclarant la « grève des femmes » et prenant pour symbole un éclair rouge, ont notamment depuis cette fin de semaine causé toute une série de complications, en particulier dans le trafic automobile, rendant le passage difficile même pour les ambulances.

1 réaction Lire la suite

Amy Coney Barrett confirmée juge à la Cour suprême des États-Unis !


Amy Coney Barrett prêtant serment devant le président Donald Trump et le juge Clarence Thomas.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : vidéo du HuffPost

Le soir du 26 octobre 2020, le Sénat des États-Unis a confirmé Amy Coney Barrett, catholique, mère de sept enfants, précédemment professeur à l’Université Notre Dame et juge à la Cour d’appel du 7e circuit, par 52 voix contre 48, c’est-à-dire, 52 républicains contre 47 démocrates et 1 républicain. Amy Coney Barrett a prêté serment devant le juge originaliste Clarence Thomas plus tard dans la soirée. Trump a donc gagné cette manche, à deux doigts des présidentielles américaines. Selon LifeSiteNews :

Le président Donald Trump a choisi Barrett, sa troisième personne nommée à la plus haute cour du pays, pour remplacer le juge gauchiste Ruth Bader Ginsburg, décédée le mois dernier. Les républicains au Sénat ont été vivement intimés par la droite de pourvoir le siège vacant avant l’élection présidentielle de novembre, tandis que la gauche s’y opposait farouchement et demandait que le siège restât vide afin qu’il revînt au vainqueur de l’élection d’y placer un juge.

Mère catholique de sept enfants, largement considérée comme originaliste pro-vie, Barrett était membre du groupe Faculty for Life de Notre Dame. On sait qu’elle signa une lettre, publiée par Becket Law, critiquant le mandat de l’administration Obama en matière de contraception, et signa une annonce en 2006 déclarant « nous... nous opposons à l’avortement sur demande et soutenons le droit à la vie, de la fécondation à la mort naturelle ». Elle également écrivit de nombreux articles critiquant la doctrine du stare decisis, qui accorde une importance indue aux précédents que forment les jugements passés, qu’ils aient été ou non tranchés à juste titre.

Les originalistes sont partisans d’une interprétation du droit selon l’esprit dans lequel la constitution et les lois ont été rédigées à l’époque de leur institution. Le stare decisis est une interprétation du droit selon laquelle les décisions judiciaires font toujours précédents de façon irrévocable, combien même auraient-elles été rendues de façon erronée, et forment donc le cadre intouchable des futurs jugements.

1 réaction Lire la suite

La censure de la parole et de l’avortement par la gauche « catholique » au Québec

Par François Gilles (Campagne Québec-Vie)

De plus en plus de Québécois dénoncent la censure des idées que l’on trouve dans nos universités et dans certains médias de propagande au Québec, au Canada, dans bien des pays occidentaux. Il y a longtemps qu’est constaté le système de pensée unique qui consiste à traiter le Québec comme étant un empire colonial comme les États-Unis par exemple. Le racisme américain et québécois, même combat… Les nouvelles politiques pour faire interdire les thérapies aux personnes de même sexe désirant développer leur hétérosexualité sont du même acabit. Enfin, il est évident qu’une personnalité pour l’aide aux femmes enceintes en difficultés ne peut être candidat au fédéral, ni pour le parti libéral de Trudeau, ni pour le NPD, ni pour le Bloc Québécois. Elle ne peut parler de ses convictions si elle est une artiste, une journaliste, une quelconque personnalité connue, à moins de vouloir dire adieu à sa carrière…

Il en est de même aussi pour sa foi.

La grande noirceur disait Jacques Godbout en parlant de l’avant-Révolution tranquille ? Le grand génocide spirituel, pourrions-nous lui répondre pour l’époque actuelle. Meurtre de la liberté de pensée, à l’époque de la censure par les médias, et l’appel à cette censure érigée comme nouvelle vertu publique.

La définition du dialogue par la « gauche » étant de blablater à qui mieux mieux sur le consensus épuré… Et la preuve qu’ils ont raison, c’est qu’ils sont unanimes, les personnes évincées ne comptant pour rien…

La prise de parole est réservée aux plus forts et à ceux qui les servent.

Heureusement, le Christ et son humble serviteur saint Jean-Baptiste n’ont jamais accepté cette école.

JAMAIS. Jamais on ne verra ni le Christ, ni saint Jean-Baptiste accepter d’être censurés. Si une chose doit être dite, alors, elle est dite !

Que ce soit Hérode, Pilate, les scribes et les pharisiens, tous ont goûté à la liberté d’expression du Christ et de ses disciples ! On oublie toujours, je n’ai encore jamais vu un « bibliste » québécois le relever, toutes les insultes qu’a prononcés Dieu le fils et le plus grand des hommes. Je n’en relèverai qu’une, celle qui émanait d’une profonde colère et d’une profonde tristesse devant cet état de l’homme si misérable : « HYPOCRITES ».

Hypocrisie. C’est peut-être le péché le plus flagrant de la gauche médiatique, politique, journalistique québécoise. Hypocrisie des tentatives d’argumentations, hypocrisie dans la censure forcée, au nom d’un dialogue réservé aux adeptes de la pensée unique.

La parole du Christ et de Jean-Baptiste, pouvons-nous penser, a immunisé les chrétiens contre ce type de comportement vomitif.

Et non.

1 réaction Lire la suite

Jésus-Christ, le divin Roi de l’univers

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour la fête du Christ Roi)

La fête du Christ Roi a été instituée par le pape Pie XI, le 11 décembre 1925, pour affirmer d’une façon solennelle l’autorité souveraine et universelle de Jésus, reniée par le monde moderne. Dans l’important document marquant l’institution de cette belle fête, l’encyclique Quas Primas, Pie XI démontrait que le Christ n’est pas seulement roi au sens métaphorique, en raison de l’empire divin qu’il exerce sur toutes les intelligences et tous les cœurs, mais qu’il est roi au sens propre, et en tant qu’homme. La sainte humanité du Christ, étant l’humanité de Dieu incarné, se trouve par ce fait élevée au-dessus de toute créature. C’est par un droit de nature que le Christ, en tant qu’homme, détient la primauté sur tout être créé. L’autorité de Jésus-Christ sur la création est celle même du Verbe éternel qui a appelé tous les êtres à l’existence. Et Jésus-Christ, monarque suprême de l’univers par droit de nature, l’est encore par un droit acquis. Car il a voulu payer le plus haut prix pour racheter le monde tombé par le péché au pouvoir de Satan.

Aux jours de sa vie mortelle, Jésus-Christ a voilé la splendeur de sa royauté. Il n’a voulu porter d’autres insignes que ceux de la pauvreté, de l’humilité, de la douceur et de l’obéissance. Le plus grand de tous les rois s’est fait le plus humble de tous les serviteurs. « Il s’est anéanti, dira saint Paul, en prenant la condition d’esclave […], il s’est abaissé lui-même, se faisant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur terre et dans les enfers, et que toute langue confesse, à la gloire de Dieu le Père, que Jésus-Christ est Seigneur » (Ph 2 7-11).

Infiniment plus sage que Salomon, Jésus-Christ aurait pu exercer son autorité royale sur le plan politique avec la plus grande magnificence et imposer dans la société juive de son temps, par sa puissance et sa bonté, l’ordre et la paix. Mais, pour sauver tous les hommes de tous les siècles, et quelle que soit leur dignité, des plus petits aux plus grands, il a préféré les humiliations de la croix à l’éclat de la gloire terrestre. Il a fait de la croix son étendard ; il en a fait l’instrument du salut universel et le signe glorieux de sa victoire sur le prince des ténèbres, tenant sous son joug tyrannique tous les royaumes de la terre. C’est par le bois de la croix qu’il a voulu y rétablir le règne de Dieu. C’est par le sang de sa croix qu’il a reconquis l’univers. Au Roi immortel et Souverain Prêtre éternel, s’immolant lui-même pour le salut de l’univers, toutes les créatures libres doivent, avec leur entière soumission et reconnaissance, louange et gloire perpétuelle.

1 réaction Lire la suite

Amendes ou prison en Irlande pour les prêtres qui célébreront publiquement la messe

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits) — Photo (rognée, côtés flous rajoutés) : Pikist

Aux termes d’une nouvelle loi votée dans la nuit de jeudi à vendredi en Irlande, les prêtres célébrant publiquement la messe encourent une amende de 2 500 euros ou 6 mois d’emprisonnement dans le cadre de nouvelles mesures « anti-COVID ».

Voici l’état actuel de la courbe des décès attribués au COVID-19 en Irlande depuis le mois de mars.

La mesure s’applique en fait à tout ministre du culte ou organisateur d’événement public, sans cibler spécifiquement les catholiques, mais en pratique ce sont bien sûr les catholiques qui sont les premiers visés. Seules les obsèques sont permises, avec une assistance maximale de 25 personnes hormis le célébrant.

Tous les événements publics sont interdits en Irlande depuis plusieurs semaines, hormis ceux qui se tiennent dehors et ne comprenant, ou n’étant signalés, que des personnes « résidant dans pas plus de deux lieux de résidence différents ». Les messes publiques sont interdites depuis le 5 octobre, alors même que les précautions liées au COVID y sont respectées avec une particulière diligence, comme l’a fait remarquer le sénateur Ronan Mullen, qui déplorait le « manque de nuance » des pouvoirs publics.

La loi amendée tout récemment par le Dáil précise que les événements religieux sont inclus, exposant les prêtres à la prison s’ils contreviennent à la loi.

L’Irlande et le Pays de Galles sont aujourd’hui les seuls pays d’Europe qui interdisent la célébration publique de la messe. En Irlande, de nombreux établissements « essentiels » sont autorisés à continuer de fonctionner, y compris les supermarchés, les opticiens, les marchés alimentaires… Le Iona Institute rappelle qu’une telle loi d’interdiction visant les offices catholiques n’a pas existé depuis les « penal times », l’époque de l’oppression anglaise où les catholiques étaient persécutés en Irlande. Le nouveau ministre de la Santé irlandais, Stephen Donnelly, a affirmé au cours des débats que la loi ne menaçait pas les prêtres, mais le député Michael McNamara conteste cette affirmation par la simple lecture de la loi, que l’on trouvera ici.

1 réaction