M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Wikipédia envisage de supprimer un article détaillant les massacres perpétrés par les régimes communistes

Par Ashley Sadler — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Tushar Singha/Wikimedia Commons

30 novembre 2021 (LifeSiteNews) — Wikipédia envisage de supprimer un article qui met en lumière les massacres brutaux commis par les régimes communistes, prétextant de « multiples problèmes » avec le contenu de la page, y compris une « neutralité » jugée contestable.

L’encyclopédie en ligne, modifiable par les utilisateurs, a signalé l’article intitulé « Mass killings under communist regimes » [Massacres sous les régimes communistes] comme pouvant être supprimé, lui ajoutant un en-tête qui détaille les « problèmes » que certains éditeurs bénévoles ont trouvés sur la page.

Parmi les « problèmes » cités par Wikipédia pour justifier l’effacement éventuel de l’article figurent de prétendus problèmes de « neutralité » et d’« exactitude » de la page. Wikipédia soutient également que la page « contient éventuellement une synthèse de matériel qui ne se rapporte pas au sujet principa ni ne le mentionne de manière vérifiable ».

Wikipédia envisage de supprimer cet article. Il me semble que c'est un sujet digne d'intérêt dont les gens devraient être au courant.
— Jon Levine (@LevineJonathan) 28 novembre 2021

L’article visé par la suppression résume les « exécutions, les décès dus aux famines artificielles et intentionnelles, ainsi que les décès survenus pendant le travail forcé, les déportations ou l’emprisonnement » sous les régimes communistes actuels et historiques, y compris l’Union soviétique, la République populaire de Chine et le gouvernement communiste d’Allemagne de l’Est après la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les sujets abordés dans l’article figurent la Terreur rouge, au cours de laquelle le régime bolchevique russe a tué ou déporté entre 300 000 et 500 000 Cosaques entre 1919 et 1920, et le Grand Bond en avant de Mao Zedong dans les années 1940, au cours duquel des dizaines de millions de Chinois ont été tués par des exécutions, la torture et la famine délibérée.

Certains experts estiment qu’environ 100 millions de personnes ont été tuées sous le joug de la brutalité communiste.

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Les contributeurs de Wikipédia se sont engagés dans un débat rigoureux à propos de l’article sur la page de discussion du site, un éditeur affirmant que l’entrée détaillant les massacres communistes existe « purement pour promouvoir des récits anticommunistes extrémistes contre des alternatives politiques qui ont été adoptées par des centaines de millions de personnes dans le monde entier ».

Un autre utilisateur désireux d’éliminer la page a suggéré que « l’opinion selon laquelle l’idéologie du communisme est en quelque sorte violente par nature » est une théorie « marginale » conçue pour promouvoir une perspective « anticommuniste », note The Telegraph.

Le contributeur a poursuivi en affirmant que l’article synthétisait des éléments pour affirmer que les meurtres commis sous les régimes communistes étaient liés à l’idéologie de ces gouvernements.

En revanche, un contributeur qui s’est opposé à la suppression de cette page a fait valoir que le fait de lier les génocides commis sous les régimes communistes à l’idéologie du régime lui-même n’est considéré comme « controversé » uniquement parce que « de nombreux éditeurs de Wikipédia sont au moins proches des communistes ».

« Personne ne remet sérieusement en question la corrélation entre le nazisme et l’Holocauste », a fait remarquer l’éditeur.

Robert Tombs, professeur d’histoire à Cambridge, s’est exprimé dans The Telegraph en réponse à la controverse suscitée par l’article de Wikipédia, affirmant que la suppression suggérée de la page est « moralement indéfendable » et « au moins aussi mauvaise que le déni de l’Holocauste, car “lier l’idéologie et le meurtre” est au cœur même de la raison pour laquelle ces choses sont importantes ».

« J’ai lu la page Wikipédia, et elle me semble prudente et équilibrée », a déclaré Tombs au média britannique. « Par conséquent, les tentatives de la supprimer ne peuvent être que motivées par l’idéologie ─ pour blanchir le communisme ».

« Déjà, cette histoire effroyable est minimisée », a poursuivi Tombs, notant qu’« en Grande-Bretagne, les écoliers sont beaucoup plus susceptibles d’étudier le Troisième Reich que l’Union soviétique ».

Les utilisateurs des médias sociaux ont rapidement décrié les mesures prises par Wikipédia pour supprimer la page, qualifiant la fermeture potentielle de la page d’« orwellienne », l’analyste de la sécurité au Moyen-Orient, Seth Frantzman, estimant même que « bientôt, toute mention négative de Staline sera effacée ».

« Si Wikipédia réussit à faire cela, il y aura sûrement des tentatives de suppression de pages concernant le génocide arménien, l’Holocauste et de nombreuses autres atrocités de masse », a suggéré l’avocat Elliot Hamilton. « Cette pente glissante ne peut être tolérée ».

Jon Levine, du New York Post, a également souligné qu’un autre article de Wikipédia intitulé « Crimes against humanity under communist regimes » [Crimes contre l’humanité sous les régimes communistes] a également été signalé comme contenant prétendument « de multiples problèmes ».

Levine a découvert qu’en revanche, une autre page Wikipédia détaillant des meurtres perpétrés à l’encontre de communistes ou de sympathisants communistes n’a pas été frappée d’une étiquette d’avertissement similaire.

L'article sur les « massacres anticommunistes » ne semble pas présenter de problèmes évidents !
— Jon Levine (@LevineJonathan) 28 novembre 2021

Les critiques ont longtemps reproché à Wikipédia de présenter les informations d’une manière biaisée en faveur de la gauche politique.

Le cofondateur de Wikipédia, Larry Sanger, s’est prononcé contre le site au début de l’année, affirmant que l’encyclopédie encourage désormais la « propagande » et censure « tout ce qui est contraire à l’ordre établi ».

Notant que Wikipédia « ignore complètement tout traitement conservateur, libertarien ou critique » de certains sujets, Sanger a expliqué que si la plateforme n’avait pas commencé avec un parti pris de gauche, il y a dix ans, par contre, « à mesure que les libéraux, ou les gauchistes progressaient à travers les institutions, Wikipédia est devenue l’une de ces institutions influentes. Ils ont commencé à la conquérir et s’en sont emparés ».

Selon Sanger, le traitement par l’encyclopédie en ligne de sujets tels que le socialisme ne relève pas de l’éducation mais de la « propagande ».

L’autre cofondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, ne partage pas le mécontentement de Sanger quant au prétendu parti pris du site.

Selon un précédent article de LifeSiteNews, dans le sillage de l’interdiction de l’ancien président Donald Trump sur les plateformes de médias sociaux après l’émeute au Capitole des États-Unis le 6 janvier, Wales a accusé Trump de diffuser de la désinformation et d’être abusif.

M. Wales a laissé entendre que Big Tech aurait dû censurer l’ancien président plus tôt, déclarant que les grandes entreprises qui censurent régulièrement les voix conservatrices « ont fait un mauvais travail avec lui pendant très, très longtemps. Il répandait clairement de la désinformation. Il était clairement en train d’abuser les gens ».

Ces commentaires sont intervenus après que Wikipédia ait interdit aux éditeurs d’afficher des « boîtes d’utilisateur » qui manifesteraient leur opposition au « mariage » homosexuel et leur soutien au mariage traditionnel en octobre 2020.

Les boîtes d’utilisateur soutenant le mariage traditionnel ont été jugées « incendiaires ou génératrices de divisions » et encourageant le « sectarisme ».

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire