M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Viviane Lambert a reçu un appel téléphonique du pape François : entretien


Vincent Lambert (à gauche) et le Pape François (à droite).

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits)

Viviane Lambert m’a accordé jeudi un entretien pour LifeSiteNews, le plus important site anglophone d’informations pro-vie, où elle a notamment révélé pour la première fois qu’elle avait reçu, sous forme de message, un appel téléphonique du pape François pour la soutenir dans l’épreuve des derniers jours de vie de Vincent.

Interpellé par Vatican News qui a certainement trouvé l’information sur LifeSiteNews, la Salle de Presse du Vatican a officiellement confirmé hier cette information.

Voici la retranscription de mon entretien avec Viviane Lambert dont les réponses sont touchantes à la fois par leur douleur, leur courage et leur grande élévation. Il en ressort un message : il ne faut pas que Vincent Lambert soit mort en vain. Mais notre foi nous dit d’ores et déjà que quoi qu’il advienne dans cette vallée de larmes, il n’en sera pas ainsi.

*

Viviane Lambert, vous avez vécu plus qu’une tragédie, vous avez vécu quelque chose d’inouï : que vous en reste-t-il actuellement, qui vous donne espoir pour vivre ?

Ces derniers jours qui se sont succédé dans la tristesse et dans notre impuissance, puisque nous avons dû assister au crime commis sur Vincent. J’ose dire le « crime sur Vincent », qui s’est déroulé sous nos yeux impuissants. Cela a été épouvantable pour nous. Nous en sommes ulcérés — moi je suis ulcérée. Je garde heureusement ceci : j’ai la foi, sinon ce n’est même pas que nous serions abattus, nous serions désespérés. Mais je garde l’espérance parce que maintenant Vincent n’appartient plus à ses bourreaux : il échappe à ses bourreaux par sa mort, par son départ vers Dieu, et maintenant son âme n’appartient plus qu’à Dieu. Et cela, personne ne peut l’enlever. C’est mon espérance, ma seule espérance.

Vous avez parlé du docteur Sanchez qui a mené cette sale besogne et je vous ai entendu dire qu’il fallait prier pour lui. Que voulez-vous dire par là ?

Oui. Cela ne fait pas très longtemps, j’essayais encore de lui faire comprendre que sa conscience va certainement ensuite être différente — et je l’espère pour lui. Je lui ai dit que le seul malheur que je pouvais lui souhaiter, c’était que Vincent le réveille toutes les nuits. Qu’il ait des cauchemars pour qu’enfin il regrette ce qu’il a fait. J’ose encore espérer qu’il le regrette un jour. Il m’a même répondu alors : « Soyez chrétienne, Madame. » Je lui ai dit : « Docteur, je prie pour vous tous les jours. » Et je pense que cela, il ne faut pas l’oublier. Ce sont des êtres humains, ils vont être égarés, ou alors ils vont continuer… c’est cruel. Qu’est-ce qu’ils vont devenir après leur mort ? Il faut prier pour eux ! Moi j’essaie de recommencer à prier pour eux. J’ai eu un moment de battement, j’étais un peu révoltée, mais je me suis reprise. Il faut prier pour eux, vraiment.

Oui, c’est un très grand malheur qui est arrivé, pas seulement pour Vincent et pour vous…

Pour la société ! Oui, c’est cruel mais il y a des conversions. J’espère ceci : qu’ils pourront véritablement se poser les bonnes questions.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Vous avez parlé du fait que Vincent s’était accroché pour vivre. Est-ce un sentiment que vous avez vu pendant plusieurs jours alors que vous étiez à son chevet ?

Oui. La veille du jour où ils ont arrêté l’alimentation et l’hydratation ils ont soi-disant préparé son corps pour qu’il ne le ressente pas. Ils craignaient quand même l’entourage. J’ai vu Vincent complètement avachi, il ne faisait que dormir mais d’un sommeil qui n’était pas son sommeil. Je lui parlais encore, je le rassurais, je lui disais : « On est là, Vincent. » Il ouvrait ses paupières, il nous regardait. Et de nouveau il sombrait. Il s’est accroché pendant plusieurs jours. Il n’y a eu que les derniers jours ou réellement, j’espère qu’il n’a pas souffert. Je ne l’ai pas vu partir…

On peut espérer que maintenant il est vraiment dans la gloire de Dieu, il est parti en martyr.

Oui, pour moi il est un martyr de la société. Maintenant, le Bon Dieu fera ce qu’il veut faire de lui mais j’ai une très grande confiance. Ce sera mon ange gardien. Peut-être aussi celui de la France. Il y a un Vincent avant, mais il y aura un Vincent, après. Cela ne peut pas être autrement. De toute façon je me battrai jusqu’au bout. Je n’ai pas terminé. Je vais me reposer. Mais je me battrai contre cette loi criminelle. Il faut se battre pour la France : notre France ne mérite pas ça, non. Je continuerai à me battre.

Est-il exact que vous avez eu un coup de téléphone du pape François ?

Oui, j’ai eu un coup de téléphone du pape, c’est le cardinal Barbarin qui me l’a signalé. Je ne le savais pas. Le cardinal Barbarin m’a appelée plusieurs fois, bon père, très paternel, et il m’a dit : « J’ai vu le pape, je lui ai dit : “Il faut appeler Mme Lambert.” Il m’a dit que je devais regarder mes messages récents — je ne les avais pas tous vus — et il y avait en effet un message en italien qui a été traduit en français pour moi. Un message touchant, très personnel.

Vos avocats ont porté plainte pour tentative de meurtre sur personne vulnérable. Comptez-vous continuer de vous battre sur ce front ?

Je leur ai dit que j’ai l’impression dans ma tête de tout vouloir abandonner mais nous irons jusqu’au bout de ce qu’ils ont fait. Une de ces affaires passera devant le tribunal le 26 novembre.

Vous estimez donc qu’il est important d’obtenir justice ?

Bien sûr. C’est injuste, ce qui s’est passé devant les tribunaux. C’est un complot politique. Il faut rétablir la justice. Nous continuons de faire confiance à nos avocats. Je ne sais pas jusqu’où cela va aller maintenant. S’il est possible de faire quelque chose, ce sera pour au moins réveiller les esprits des juges. Car où va-t-on, sinon ? Aujourd’hui c’est Vincent. Mais les autres ? Les 1 700 autres handicapés comme Vincent, et après, les maladies d’Alzheimer ?

En définitive, Vincent a été utilisé.

Oui. On a manipulé notre famille. Ils se sont laissé manipuler. Je pense que certains croient en ce qu’ils ont fait. Mais il y a quelqu’un comme François Lambert qui ne va plus rien avoir à se mettre sous la dent. Il va se retrouver bien seul. Il a manipulé tout le monde et ils se sont laissé manipuler. Notre famille ne sera plus jamais comme avant, hélas. Il va falloir laisser le temps au temps mais nous ne sommes pas jeunes… A la grâce de Dieu.

Une grande messe de requiem […] célébrée à Reims ce vendredi [vendredi 19 juillet]. Et après ?

Oui, réellement cela est très beau et consolant. Nous repartirons ensuite très vite parce que je ne supporte plus Reims. Je me suis rendu compte qu’il faut partir très vite pour se reposer, quitter cette ville où nous sommes si proches de l’hôpital. Nous avons le regard des uns et des autres : je passe au-dessus de cela mais c’est malsain, cela réveille des choses. Nous reviendrons simplement pour notre déménagement définitif parce que nous étions en location : elle a duré six ans, c’était du provisoire, mais il y a une fin à tout. Nous sommes arrivés à la fin de ce feuilleton bien dramatique, mais nous allons en commencer un autre qui sera plus élevé, je pense.

[…]

Publicité



Laissez un commentaire