M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une sénatrice conservatrice lance une pétition demandant l’éviction d’O’Toole, chef de parti « indigne de confiance »


La sénatrice Denise Batters.

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie

La sénatrice Denise Batters a été expulsée du caucus du Parti conservateur par le chef Erin O’Toole pour la pétition demandant sa destitution qu’elle avait lancée. — A.H.

16 novembre (LifeSiteNews) — Denise Batters, sénatrice du Parti conservateur du Canada (PCC) a lancé une pétition demandant l’éviction d’Erin O’Toole, affirmant qu’il est considéré comme « indigne de confiance » pour diriger le parti.

« Nous avons lancé cette pétition parce que nous ne voulons pas voir ce parti se déchirer à nouveau ; tandis que nous sommes divisés sous la direction d’Erin O’Toole, les libéraux gagnent. Le clivage au sein de notre parti s’accentue », a déclaré Mme Batters dans un message vidéo publié lundi sur Twitter.

Mme Batters, qui est originaire de la Saskatchewan, a dit qu’O’Toole, en tant que chef du parti, « change constamment » la direction du parti et en tant que chef, il a « édulcoré et même entièrement inversé nos positions politiques, sans consulter les membres du parti ou du caucus, sur la taxe carbone, les armes à feu, et les droits de conscience ».

« Il a fait volte-face sur nos politiques dans la même semaine, le même jour et même dans la même phrase. Il a gagné la direction en prétendant être un vrai bleu, mais il a mené une campagne électorale presque identique à celle des libéraux de Trudeau », a déclaré Mme Batters.

Mme Batters a lancé un site Web pour accompagner sa pétition, intitulée membersvote.ca. Selon le site, seules les personnes qui sont membres du PCC depuis au moins 21 jours peuvent signer la pétition. L’objectif de la pétition est de lancer un examen de la direction de M. O’Toole dans les six prochains mois, selon Mme Batters.

« Parce qu’Erin O’Toole a tourné le dos aux principes conservateurs, qu’il a perdu les élections et ne peut pas gagner les prochaines, les conservateurs doivent agir maintenant ! » peut-on lire sur le site internet membersvote.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Pour que sa pétition aboutisse, Mme Batters a déclaré que « dans les 90 jours, 5 % des membres conservateurs dans 5 provinces doivent signer la pétition ».

Dans son message sur Twitter, Mme Batters a déclaré que le PCC ne peut pas se permettre « encore la même chose » avec M. O’Toole comme chef.

« Erin O’Toole a perdu une élection de confiance face à Justin Trudeau, tout simplement », a déclaré Mme Batters.

Mme Batters, qui est avocate, a été nommée sénatrice en 2013 par le premier ministre du PCC de l’époque, Stephen Harper.

Les responsables du PCC ont toutefois déclaré tard lundi que la pétition de Mme Batters n’était pas « valide ».

Selon le président du PCC, Rob Batherson, en demandant une révision de la direction d’O’Toole, Mme Batters n’a pas suivi la constitution du parti et n’était pas « en règle ».

Campaign Life Coalition fait l’éloge de la pétition de Mme Batters

Dans un communiqué de presse publié ce matin, le principal groupe pro-vie du Canada, Campaign Life Coalition (CLC), a fait l’éloge de la pétition de Mme Batters demandant le renvoi de M. O’Toole, pro-avortement.

« La sénatrice Denise Batters a tout à fait raison de souligner que les membres conservateurs de tout le Canada exigent le départ de M. O’Toole. Il a trahi les principes des petits conservateurs, la politique officielle du parti, et il a constamment fait volte-face », a déclaré le président national de CLC, Jeff Gunnarson.

Le directeur des opérations politiques de CLC, Jack Fonseca, a déclaré que « la campagne électorale d’O’Toole a été un désastre total » et que « Mme Batters rend un grand service au parti en demandant la révocation d’O’Toole ».

« Si ce chef infortuné reste à la barre, les conservateurs perdront encore plus gravement aux prochaines élections », a déclaré M. Fonseca dans le communiqué de presse.

CLC a récemment demandé la révocation immédiate d’O’Toole à la tête du PCC.

La pétition de Mme Batters, qui demande une révision de la direction de M. O’Toole, n’est pas la première lancée par un membre du PCC très en vue.

Le conseiller national du PCC, Bert Chen, est à l’origine d’une pétition de plus de 5 000 signatures, lancée peu après les élections fédérales du 20 septembre, qui demande que M. O’Toole soit démis de ses fonctions de chef du PCC.

Chen a récemment été suspendu en tant que titulaire d’un siège au conseil national de l’Ontario par les responsables du parti, qui enquêtent maintenant sur lui.

Les élections fédérales de 2021 ont eu lieu le 20 septembre et ont vu le premier ministre libéral Justin Trudeau réélu avec un gouvernement minoritaire. Le PCC sous O’Toole n’a remporté que 119 sièges, soit deux de moins qu’en 2019.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire