M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

3620 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 6 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Une psychologue dénonce la pression des lobbies transsexuels

Par Patrice-Hans Perrier (Le Peuple) — Voici la ou les sources de cet article : 4thWaveNow / Voici la source de la photo : PublicDomainPictures.net

Il est préférable d’établir un dialogue constant avec vos enfants que de les laisser seuls face à l’emprise d’Internet.

Sasha Ayad, une thérapeute qui pratique à Houston, dans l’État du Texas, s’est entretenue avec le magazine en ligne 4th Wave Now à propos d’un nouveau phénomène qui prend des proportions alarmantes. L’article, mis en ligne le 20 septembre dernier, met le doigt sur la croissance exponentielle des diagnostics portant sur la dysphorie de genre se manifestant à partir de l’adolescence.

Un état de confusion généralisé

Rappelons à nos lecteurs que la dysphorie de genre est un terme clinique qui concerne un syndrome frappant des patients qui n’arrivent plus à s’identifier à leur identité sexuelle de naissance. Sasha Ayad a profité de cet entretien pour souligner l’impact grandissant des médias sociaux et l’effet d’entraînement des théories du genre sur la crise de l’adolescence.

L'article continue ci-dessous...
×

Campagne de financement du Carême 2020

3620 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 6 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Maintenir un dialogue serré avec ses enfants

Cette praticienne aguerrie estime que les parents doivent, d’abord et avant tout, ne pas laisser seuls leurs enfants ou adolescents face à Internet. Établir un dialogue serré avec ses enfants constitue toujours une base essentielle qui permettra aux parents de mieux comprendre ce qu’ils vivent en termes d’insécurité émotionnelle, de confusion psychologique ou de questionnement face à certaines étapes de transition dans la vie.

Elle soutient qu’il est primordial « d’être en contact avec vos propres valeurs familiales et votre cheminement éthique. Transmettez [à vos enfants] de solides fondations basées sur votre propre système de valeurs ». Et, le fait d’établir fermement leur système de valeurs n’empêche pas les parents de dialoguer à propos de ce que leurs enfants ressentent lorsqu’ils sont confrontés aux différentes étapes de leur développement.

Accueillir le questionnement de vos enfants

Sasha Ayad soutient qu’il est important d’accueillir le questionnement de vos enfants à propos de leurs inconforts face à une identité de genre qui peut souffrir de la pression sociale générée par les milieux qu'ils fréquentent. Toutefois, elle prévient les parents de « ne pas argumenter avec votre enfant à propos de savoir s’il est ou pas un transsexuel [en devenir] ».

La praticienne d’Houston estime qu’une mise en perspective plus pragmatique s’impose. « Prenez la peine d’identifier le réel inconfort qui [...] tracasse [vos enfants] et mettez le doigt sur des façons d’y remédier qui ne requièrent pas la transformation de votre enfant en une personne entièrement nouvelle », prend-elle la peine de préciser.

Campagne de financement du Carême 2020. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire