M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère pleure son fils tué par euthanasie

Par David Cooke (Campaign Life Coalition) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Laissez-moi vous parler du meurtre de Matthew Main.

Matthew a été euthanasié le 12 décembre 2021. Il a reçu le « service d’AMM » de Trudeau de la part d’un médecin de la mort à domicile, qui a administré l’injection létale dans l’appartement même de Matthew à Toronto. Il avait 47 ans.

Matthew est né avec de multiples malformations congénitales, notamment de graves problèmes de structure cardiaque et faciale. Cependant, avec l’aide de la technologie moderne et après plusieurs opérations difficiles, il a pu vivre une vie assez complète. Son état était gérable.

Je ne sais pas quels étaient les motifs « officiels » de son approbation pour l’AMM. Je sais seulement ce que sa mère en deuil m’a dit lors d’un entretien que j’ai eu avec elle la semaine dernière.

La mère de Matthew n’a été informée de la mort de son fils qu’après l’acte. Elle n’a jamais été contactée par les agents de l’AMM. Ils ne se sont jamais enquis auprès d’elle de ses antécédents médicaux, de son état d’esprit ou de son état actuel. Il semble qu’ils l’aient simplement pris au mot lorsqu’il a exprimé son désir de mourir, et qu’ils aient été heureux de s’exécuter avec la plus grande hâte et commodité.

Matthew se plaignait régulièrement de douleurs à ses amis et à sa famille, et il prenait des médicaments contre la douleur. Cependant, il semblait être fonctionnel et valide. Il pouvait prendre soin de lui. Il pouvait se déplacer. Il n’utilisait pas de fauteuil roulant. Il n’était pas en train de mourir. Sa douleur n’était pas débilitante. Cependant, selon sa nécrologie, Matthew a perçu que « la souffrance de la douleur physique a commencé à l’emporter sur la qualité de sa vie ».

Matthew Main.

La douleur de Matthieu aurait-elle pu être mieux gérée ? Les médecins auraient-ils pu faire autre chose ? Y avait-il de meilleures options de traitement ? Je n’en doute pas. Mais le programme d’AMM n’oblige pas une personne à essayer d’autres options.

Serait-il également possible que Matthew ait exagéré sa douleur ? Ses perceptions étaient-elles faussées ? Peut-être voulait-il obtenir une approbation d’AMM pour d’autres raisons ? Sa mère soupçonne que c’est le cas.

Sa mère se souvient que Matthew avait des antécédents de maladie mentale et qu’il avait même tenté de se suicider à un moment donné. Il venait d’un foyer brisé et manifestait beaucoup de colère dans ses relations. Il voulait avoir le contrôle. Au cours des cinq dernières années, il a rompu avec sa famille et des amis importants et s’est entouré d’un nouveau cercle d’« amis » qui ne faisaient que le conforter dans son désir malencontreux de mourir. Une vingtaine de ces soi-disant amis étaient avec lui lorsque le médecin euthanasiste est venu le voir.

Sa mère a le cœur brisé par la perte de son fils et est profondément troublée par le fait qu’il ait été approuvé pour l’euthanasie. Elle n’a même pas pu lui dire au revoir ! Il lui a fallu près d’un an pour s’ouvrir enfin et raconter ce qui s’était passé. Elle dit : « Je tiens le programme d’AMM pour responsable en grande partie de ne pas avoir pris contact avec moi. » Il lui semble que les facilitateurs du programme d’AMM n’avaient aucun intérêt à enquêter sur les motifs de la demande de Matthew ou à fournir une évaluation objective, mais qu’ils étaient simplement là pour faciliter la mort.

Matthew a reçu un « service » plus rapide pour sa demande d’euthanasie que la plupart des personnes qui souhaitent un traitement médical de maintien en vie, des soins à domicile ou un meilleur soulagement de la douleur. Son histoire illustre parfaitement la façon dont la légalisation de l’AMM a corrompu notre système de santé et donné la priorité au meurtre plutôt qu’aux soins.



Laissez un commentaire