M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une fuite de courriels montre que Pfizer voulait cacher le lien entre son vaccin covid et l’avortement


Melissa Stricker.

Par Pierre Boralevi — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Project Veritas/YouTube

7 octobre 2021 (LifeSiteNews) — Une lanceuse d’alerte, employée du fabricant de vaccins Pfizer, a divulgué une chaîne de courriels de cadres de la société discutant de la meilleure façon de cacher au public des informations sur l’utilisation de lignées de cellules fœtales, dérivées d’un bébé avorté, dans le développement du vaccin Pfizer.

Dans une vidéo publiée par Project Veritas, la dénonciatrice de Pfizer Melissa Strickler a fourni une chaîne de courriels échangés entre des cadres supérieurs de Pfizer, dont le vice-président et directeur de l’exploitation Philip Dormitzer et la directrice principale de la recherche mondiale Vanessa Gelman, dans lesquels ils discutent du scénario approprié et de la « réponse approuvée » à utiliser pour éviter de divulguer au public des informations sur l’utilisation de lignées cellulaires fœtales dans la création du vaccin.

Melissa Strickler travaille chez Pfizer depuis une dizaine d’années et fait partie du service de la qualité de l’une des plus grandes usines de l’entreprise. Elle a accidentellement découvert cette chaîne de courriels dans lesquels il était question de tissu fœtal et du vaccin COVID.

« Ce qui m’a troublée, c’est qu’ils voulaient garder le secret », a déclaré Mme Strickler au fondateur de Project Veritas, James O’Keefe. « Ils ne voulaient pas vraiment que l’on sache qu’ils utilisaient les cellules HEK pour réaliser l’étude. Ils sont tellement trompeurs dans leurs courriels... ils sont vraiment trompeurs et ils pèsent chacun de leurs mots, et cela m’a empêchée de les croire. »

Le premier courriel ayant fait l’objet d’une fuite et présenté dans le rapport est celui d’Advait Badkar, un directeur principal chez Pfizer, qui demande à Gelman comment répondre à une question demandant si Pfizer a utilisé une lignée cellulaire provenant d’un fœtus avorté lors de certains tests sur le vaccin. Badkar admet dans ce courriel que Pfizer a déjà affirmé qu’aucune lignée cellulaire provenant d’un fœtus avorté n’avait été utilisée dans le « processus de fabrication ».

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La première réponse à la question de Badkar est venue de Dormitzer, qui a écrit qu’il existe « une réponse approuvée » à la question de l’utilisation de lignées cellulaires fœtales. Il a reconnu que les « cellules HEK293T » sont « finalement dérivées d’un fœtus avorté ».

HEK signifie Human Embryonic Kidney (rein embryonnaire humain), et 293 est le nombre d’expériences nécessaires pour obtenir la lignée cellulaire à partir du rein du bébé avorté.

Gelman a écrit que Pfizer « a essayé autant que possible de ne pas mentionner les lignées de cellules fœtales ».

La dernière phrase de son courriel disait : « La partie surlignée en jaune, nous avons vraiment essayé de ne pas la partager, sauf si c’est strictement nécessaire et si la mission est critique. » La phrase surlignée en jaune était la suivante : « Une ou plusieurs lignées cellulaires dont l’origine peut être retracée jusqu’au tissu fœtal humain ont été utilisées dans des tests de laboratoire associés au programme de vaccination. »

Sarah Weiser, scientifique principale chez Pfizer, s’est également jointe à la conversation par courriel et a demandé des éclaircissements sur la question de savoir si le texte intégral devait être utilisé en réponse aux demandes de renseignements, y compris la partie surlignée en jaune. En réponse, Gelman a souligné que la partie surlignée ne devait pas être incluse. « Non », a-t-elle écrit. « Je préférerais que nous n’utilisions pas le texte en jaune. » [souligné dans l’original]

Lorsque O’Keefe a demandé à Mme Strickler de commenter les raisons pour lesquelles Pfizer souhaitait garder cette partie secrète pour le public, la jeune femme a répondu : « Ils ne veulent pas faire face à des gens en colère, car je pense que ceux-ci pourraient utiliser des exemptions religieuses et Pfizer ne le veut pas. »

« Je pense qu’ils veulent que personne n’ait d’excuse pour ne pas se faire vacciner... et ils refusent toutes les exemptions religieuses chez Pfizer », a ajouté Strickler.

De nombreux chrétiens s’opposent aux vaccins contaminés par l’avortement et ont demandé des exemptions religieuses, qui sont souvent refusées.

L’employée de Pfizer s’est ensuite dite choquée par le fait que ces hauts dirigeants « dissimulent des informations » qui sont essentielles pour « l’approbation [du vaccin] par les gens » et pour décider s’ils peuvent « consentir ou non » à être vaccinés.

« C’est presque comme s’ils s’en tenaient à un rôle », a-t-elle déclaré, « alors qu’ils devraient plutôt rendre les choses aussi claires et faciles à comprendre que possible pour que les gens puissent prendre des décisions éclairées à ce sujet ».

Dans son courriel à Badkar, Dormitzer a décrit cette tactique comme un moyen d’adapter la réponse et de la rendre plus acceptable pour les gens. « La déclaration officielle de Pfizer est une réponse bien formulée et c’est ce qui devrait être fourni en réponse à une demande extérieure », a-t-il écrit.

Dans un autre courriel, Mme Gelman a exprimé des sentiments similaires et a souligné la nécessité d’une « cohérence » dans la communication des informations sur le vaccin, même au détriment de la transparence.

« Beaucoup de gens consultent les informations médicales, je préférerais donc, si possible, que nous répondions par ce que nous avons toujours dit », a-t-elle écrit.

La directrice principale de la communication médicale a également fait valoir que Pfizer « n’aimerait pas qu’il y ait une quelconque incohérence, en particulier avec les informations qui ont été communiquées aux décideurs et aux médias ».

Strickler a ensuite partagé sa propre compréhension du courriel de Gelman. « Ce que j’en ai compris, c’est que nous avons déjà fait une déclaration, nous devons nous y tenir, nous ne pouvons pas nous en écarter car cela nous ferait mal paraître », a-t-elle déclaré.

Dans un autre courriel encore, Mme Gelman a exprimé ses inquiétudes quant aux réactions potentielles sur les médias sociaux en cas de fuite de ces informations : « Je veux juste m’assurer que nous répondons à une demande légitime et non à une demande qui pourrait déclencher une campagne Facebook sur ce sujet, que nous pourrions finalement avoir à gérer. »

« Ils craignent en fin de compte que les gens sur les médias sociaux ne le sachent », a commenté O’Keefe.

« Ils veulent que les gens prennent leur vaccin », a convenu Strickler.

Un autre courriel de Gelman révèle une politique de dissimulation de la part de Pfizer, Gelman insistant sur la nécessité « d’éviter que l’information sur les cellules fœtales ne flotte dans la nature ».

« Nous pensons que le risque de communiquer cela en ce moment dépasse tout bénéfice potentiel que nous pourrions voir, en particulier avec les membres généraux du public qui pourraient prendre cette information et l’utiliser d’une manière qui n’est peut-être pas souhaitable. », a-t-elle écrit. « Nous n’avons reçu aucune question de la part des décideurs politiques ou des médias sur ce sujet au cours des dernières semaines, nous voulons donc éviter de soulever cette question si possible. »

Strickler a mentionné qu’elle avait été choquée de voir que Pfizer bloquait les fenêtres de ses salles de fabrication en prévision d’une visite de la Food and Drug Administration (FDA).

« Ils nous disent : “Assurez-vous que l’on puisse vous voir à tout moment à des fins d’intégrité” », a déclaré Strickler. « Donc, quand j’ai vu qu’ils bloquaient les fenêtres dans les bureaux des chefs de groupe, j’ai trouvé ça bizarre. »

Mme Strickler a également fait part de ses préoccupations concernant le fait que Pfizer tente d’obtenir l’approbation de la FDA pour la vaccination des enfants, ce qui, selon elle, a contribué à sa décision de dénoncer la dissimulation.

« Il faut que les gens le voient parce qu’ils essaient de donner ce vaccin à des enfants, et s’ils sont aussi trompeurs à ce sujet, je ne me sens pas à l’aise de rester silencieuse alors qu’ils essaient de le donner à des bébés qui ne peuvent pas parler », a-t-elle déclaré.

[Le texte qui suit est un extrait d'une entrevue publiée sur LifeSiteNews, où Melissa Stricker parle de d'autres aspects étranges du vaccin covid de Pfizer.]

Un lanceur d’alerte de Pfizer affirme que le vaccin « brille » et contient des composés toxiques de luciférase et d’oxyde de graphène

Melissa Strickler, qui est chrétienne, déclare à Jim Hale dans une entrevue exclusive à LifeSite que le vaccin de Pfizer contient des produits chimiques toxiques, alors qu’elle vient d’être licenciée par Pfizer. Faites un don pour l’aider sur www.lifefunder.com/PfizerMelissa

[...]

Les flacons de vaccin Pfizer/BioNTech brillent d’un bleu fluorescent et contiennent une enzyme appelée Luciferase, a déclaré dans une interview exclusive à LifeSiteNews une ex-inspectrice de la qualité de la société pharmaceutique.

« Le vaccin brille, du moins celui de Pfizer », a déclaré Melissa Strickler, qui a travaillé pour le géant pharmaceutique pendant près de 10 ans. « On dirait que quelqu’un a pris un bâton lumineux bleu, l’a fendu et en a mis le contenu dans la fiole, mais [on ne voit cette luminescence] que s’il y a de la lumière et sur un fond sombre ».

Mme Strickler, qui a travaillé dans la grande usine Pfizer de McPherson, au Kansas, a déclaré qu’elle avait inspecté des « centaines de milliers d’unités » de vaccins au cours de sa carrière dans l’entreprise « et qu’elle n’avait jamais vu quoi que ce soit de pareil, loin de là ». D’habitude, le liquide des flacons est clair comme de l’eau, dit-elle, mais elle a photographié des flacons lorsqu’elle a remarqué la teinte bleue fluorescente du liquide et s’est renseignée sur l’ingrédient auprès de ses supérieurs.

La luciférase ne figure pas sur l’étiquette

Mme Strickler dit avoir entendu un médecin décrire les codes des ingrédients contenus dans les vaccins, dont le code SM102 pour la luciférase, une enzyme fluorescente produite par les lucioles, et par certains plantes et poissons, et utilisée dans la recherche sur la bioluminescence. Selon les différents produits chimiques avec lesquels elle est mélangée, la luciférase brille de différentes couleurs.

Une luciférase bleu vif a par exemple été identifiée dans un article publié dans la revue Nature Scientific Reports en 2020, et n’est visible que sous des lumières UV de certaines longueurs d’onde.

Strickler a déclaré à LifeSite qu’elle a envoyé un courriel à la société et a demandé si la luciférase était dans le vaccin Covid et on lui a répondu qu’elle était « uniquement utilisée dans les tests du vaccin », mais qu’elle ne serait pas incluse dans le produit final. « Mais la façon dont je vois les choses est que tout cela est expérimental », a déclaré Strickler.

« Nous n’avons même pas encore vu les étiquettes Comirnaty être apposées sur les flacons dans cette usine », a ajouté Mme Strickler, en référence à la dénomination commerciale du vaccin que la Food and Drug Administration a approuvée en août. « Autant que je sache, tout le monde reçoit encore le produit original de l’autorisation d’utilisation d’urgence ».

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire