M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une famille accueille ses sextuplés après avoir refusé l’avortement sélectif


Les six frères et sœurs : Blu, Tag, Layke, Rivers, Rayne et Rawlings.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Le 11 décembre 2017, Courtney Waldrop et son mari Eric ont accueilli six nouveaux bébés dans leur famille composée de cinq membres. Le couple, qui a avoué à People d’avoir toujours voulu une grande famille, était ravi d’ajouter trois bébés filles et trois bébés garçons — Rivers, Rayne, Rawlings, Blu, Tag et Layke — à leur famille existante, mais ils étaient aussi nerveux. Les sextuplés sont nés avant 30 semaines de grossesse et risquaient de nombreuses complications. Pourtant, le couple a choisi la vie pour tous leurs enfants, et ce, malgré les dangers.

« J’étais morte de peur », a confié Waldrop à People. « Je suis une petite fille fragile, et mes premières pensées étaient de savoir comment j’allais réussir à mettre au monde ces six enfants sans que ma vie ou leur vie soit à risque. J’éprouvais beaucoup de crainte. Nous ne savions pas quoi faire ou penser. »

Les Waldrops sont maintenant une famille de neuf enfants. Droits d’auteur sur la photo : Ashley Sargent Photography, LLC

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Le couple (…) s’est marié en 2004, et a eu trois fils – Saylor, âgé de huit ans, et des jumeaux, cinq ans, Wales et Bridge. Courtney a fait de nombreuses fausses-couches et les traitements de fertilité leur ont permis de concevoir des jumeaux. Suite à cela, ils ont perdu à nouveau un enfant dans une fausse-couche.

« C’était bouleversant de pouvoir tomber enceinte si facilement, alors que je ne pouvais tout simplement les garder » raconte Waldrop. « C’était dommage, mais nous avions déjà vécu cela auparavant. Je savais que j’avais une condition médicale qui était responsable de ces fausses-couches. »

Un traitement à faible dose de médicaments contre la stérilité était censé aider le couple à obtenir une grossesse sans craindre que la mère devienne enceinte de plus de deux bébés à la fois. Mais en mai 2017, ils ont découvert que c’était six enfants qu’ils attendaient.

Les risques étaient élevés pour les bébés et leur mère. On craignait que les bébés naissent trop tôt et que Waldrop puisse souffrir d’attaques cérébrales, d’hypertension et de diabète gestationnel, entre autres. Les médecins suggérèrent une réduction sélective lors de laquelle quelques bébés seraient avortés pour augmenter les chances de survie des autres. Le couple refusa, et choisit la vie pour les six bébés.

Ces grands frères fiers tiennent des sextuplés venant de naître. Droits d’auteur sur la photo : Ashley Sargent Photography, LLC

«Notre foi en Dieu est très solide, et nous n’aurions jamais pensé considérer cela. Mais avec les risques encourus, aucun médecin ne pouvait prédire comment cela allait se passer. Les risques étaient bel et bien réels pour moi et les bébés […] Lorsque nous avons arrêté de nous soucier de cela et que nous l’avons confié à [Dieu], nous avons été libérés de ces peurs — bien que nous sussions que les risques existaient encore » a raconté Waldrop.

Au début de novembre 2017, Waldrop fut placée en repos au lit à 24 semaines, pour tenter de prévenir le travail prématuré. Avant l’Action de grâce, elle fut hospitalisée alors que les médecins se préparaient à l’arrivée des sextuplés.

À 29 semaines et six jours, les bébés étaient nés par césarienne après que Waldrop eût perdu ses eaux. Elle avait perdu beaucoup de sang et dut recevoir une perfusion de sang. Les bébés, pesant un peu plus de deux livres chacun, étaient en bonne forme et furent retirés du ventilateur quelques jours suivant leur naissance. Le 3 février, âgés d’un peu moins de 2 mois, deux des bébés filles — Rivers et Rawlings — ont pu rentrer chez elles. Le 17 février, ce fut au tour de la troisième fille, Rayne, de rejoindre ses sœurs. Et en date du 23 février, les six bébés étaient à la maison avec leurs grands frères et parents.

Maintenant âgés de trois mois, les bébés continuent de bien se porter et Waldrop ajoute qu’ils « grandissent comment des fous. »

« Nous sommes énormément bénis et si excités de ce nouveau début avec ces magnifiques petits miracles d’en haut », affirme Waldrop.

Publicité



Laissez un commentaire