M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un pro-vie influence un avorteur qui commence à montrer les échographies aux femmes enceintes


William Haag.

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo (modifiée) : William Haag

Depuis cinq ans, le défenseur de la vie William Haag prie devant un centre d’avortement en Espagne et salue son avorteur dans l’espoir qu’il démissionne et devienne chrétien.

Aujourd’hui, selon M. Haag, l’avorteur semble changer lentement d’avis. L’homme a récemment commencé à montrer aux mères enceintes les échographies de leurs bébés à naître et à encourager les femmes qui hésitent à demander de l’aide aux pro-vie locaux.

Il est « moins athée qu’avant notre rencontre », a déclaré Haag à Aleteia dans une nouvelle interview.

Selon le média catholique, Haag et l’avorteur sont lentement devenus amis au fil des ans ; ils vont même dîner ensemble pour discuter de Dieu et de l’avortement.

Haag, qui participe à la campagne des 40 jours pour la vie en Espagne, a déclaré que son action en faveur de la vie n’a pas pour but de gagner ou de trouver un sentiment d’accomplissement personnel ; il s’agit de montrer de l’amour aux autres.

« Aimer les avorteurs est un échec et mat spirituel », a-t-il déclaré à Aleteia. « Nous renonçons à tout succès personnel ou collectif juste pour rechercher le bien de ces personnes, même si plus tard cela apportera en fait beaucoup plus de bien sous la forme de bébés qui seront sauvés de l’avortement. »

Haag dit qu’il a commencé il y a bien des années par simplement sourire et saluer l’avorteur à l’extérieur du centre d’avortement. Et, bien sûr, il a prié.

« Il est difficile de comprendre la mentalité des avorteurs, alors nous devons y aller petit à petit sans les juger et seulement en étant guidés par l’Esprit Saint », a-t-il expliqué.

L’avorteur a avorté environ 30 000 bébés à naître au cours de ses 30 ans de carrière, a précisé M. Haag. Mais au fur et à mesure que leur amitié a progressé, M. Haag a déclaré qu’il avait des raisons d’espérer que l’homme se convertisse et abandonne sa pratique destructrice de vie.

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Haag dit que l’avorteur a accepté récemment de commencer à montrer l’échographie du bébé à naître à la mère enceinte — même s’« il dit que pour lui cela signifie perdre des clients ».

Après avoir vu l’échographie, « beaucoup d’entre elles changent d’avis, et il nous appelle même pour aider les femmes qui ont des problèmes lorsqu’elles hésitent entre avorter ou poursuivre la grossesse », a déclaré Haag à Aleteia. « Et le nombre de semaines à partir duquel il dit que la vie commence est de plus en plus bas ! »

Le militant pro-vie a exprimé de l’espoir pour son ami, soulignant comment des centaines d’autres personnes ont également quitté l’industrie de l’avortement au cours de la dernière décennie.

« Certains dirigent même nos campagnes locales aujourd’hui — et votre avorteur local pourrait être le prochain avorteur à se convertir ! », a-t-il déclaré.

Selon M. Haag, les défenseurs de la vie sont souvent dépeints à tort comme agressifs et fous — raison de plus pour s’efforcer d’être aimants et compatissants. Son désir est de montrer aux familles dans le besoin que les pro-vie sont sincères et prêts à les aider à surmonter les difficultés de la vie.

« Ressentir du rejet envers ceux qui commettent des avortements et nous traitent mal est naturel, mais la chose supernaturelle à faire est de les regarder avec amour », poursuit-il. « C’est ce que nous sommes appelés à faire et pour cela nous avons besoin de toute l’aide spirituelle que nous pouvons obtenir. Aimer les avorteurs est l’étape décisive, celle qui nous fait souvent défaut dans la lutte pro-vie. »

Haag encourage les pro-vie à commencer par dire un « Bonjour » amical sur le trottoir, à être prêts à avoir des conversations ouvertes et peut-être même à inviter un avorteur pour un verre ou un dîner.

« Si vous voulez fermer un centre d’avortement quelque part, la conversion des avorteurs est nécessaire », a-t-il déclaré. « ... Mettre fin à l’avortement et aimer les avorteurs sont des actions qui ne peuvent venir que du Saint-Esprit, et c’est pourquoi nous devons lui demander de nous aider à choisir d’aimer l’avorteur. C’est alors que le Seigneur nous accordera les fruits de notre travail. »



Laissez un commentaire