M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un premier « transgenre » à participer aux Jeux olympiques de Tokyo dans la section féminine

Par Pierre-Alain Depauw (Médias Presse Info) — Photo : Piqsels

Nouvelle-Zélande – L’haltérophile néo-zélandais Gavin « Laurel » Hubbard, un homme qui prétend être une femme, sera le premier haltérophile « transgenre » à participer aux Jeux olympiques dans la catégorie des super-lourds féminins.

L’athlète né à Auckland prétend être une femme depuis l’âge de 35 ans. Il a maintenant été sélectionné pour participer aux Jeux olympiques de Tokyo le mois prochain après avoir satisfait aux qualifications pour les athlètes transgenres, avec des niveaux de testostérone inférieurs à un seuil fixé par le Comité international olympique.

« Nous reconnaissons que l’identité de genre dans le sport est une question très sensible et complexe nécessitant un équilibre entre les droits de l’homme et l’équité sur le terrain de jeu », a déclaré Kereyn Smith, chef du Comité olympique néo-zélandais.

« En tant qu’équipe néo-zélandaise, nous avons une forte culture de manaaki (attention) et d’inclusion et de respect pour tous », a-t-elle déclaré.

Hubbard, qui est le fils de l’ancien maire d’Auckland Dick Hubbard, est devenu éligible pour participer aux Jeux olympiques après que le Comité international olympique a modifié ses règles en 2015, permettant aux personnes qui se disent transgenres de concourir contre des athlètes du sexe opposé.

Hubbard a longtemps affirmé qu’il n’avait aucun avantage sur les concurrentes féminines.

« Écoutez, j’ai entendu cela et je pense que c’est incroyablement irrespectueux envers les autres concurrents », a-t-il déclaré en 2017.

« Je ne pense pas qu’il y ait de différence fondamentale entre moi et les autres athlètes, et suggérer cela est légèrement humiliant pour elles », a-t-il ajouté.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Mais tous les athlètes ne sont pas d’accord avec cette évaluation. L’ancienne haltérophile olympique Tracey Lambrechs a déclaré à Reuters en mai qu’elle était « assez déçue pour l’athlète féminine qui perdra à cet endroit ».

« Nous sommes tous axés sur l’égalité des femmes dans le sport, mais en ce moment, cette égalité nous est retirée », a-t-elle fait remarquer.

Lambrechs a déclaré qu’elle avait été approchée par d’autres athlètes féminines qui lui demandaient ce qu’elles devaient faire, affirmant qu’autoriser les hommes à concourir contre les femmes était injuste.

« Malheureusement, nous ne pouvons rien faire car chaque fois que nous l’exprimons, on nous dit de nous taire », a-t-elle déclaré.

« Quand on m’a dit d’abandonner la catégorie parce que Laurel allait évidemment être leur super numéro un, c’était déchirant, comme une super destruction d’âme », a-t-elle déclaré à TVNZ.

« Et c’est malheureux qu’une femme, quelque part, dise : “Eh bien, je vais manquer d’aller aux Jeux olympiques, de réaliser mon rêve, de représenter mon pays parce qu’un athlète transgenre est capable de concourir » », a-t-elle déclaré.

Depuis la « transition », Hubbard a continuellement battu des concurrentes féminines. Cette année, il a battu un record en remportant deux fois les championnats du monde d’haltérophilie IWF. Lors de l’Australian International 2017 à Melbourne, Hubbard a écrasé sa concurrence, établissant quatre records nationaux officieux d’haltérophilie pour la Nouvelle-Zélande.

La nouvelle de la sélection de Hubbard pour rejoindre l’équipe olympique d’haltérophilie de la Nouvelle-Zélande intervient alors que plusieurs États américains ont commencé à adopter une législation interdisant aux hommes de participer à des sports féminins.

En Mars, le gouverneur Tate Reeves du Mississippi a signé un article de loi à ce sujet, ce qui fait du Mississippi le premier Etat du pays à interdire les hommes de rivaliser dans le sport féminin. Quelques semaines plus tard, le gouverneur Asa Hutchinson de l’Arkansas a signé le SB354, la « Loi sur l’équité dans le sport féminin ». En juin, le gouverneur de Floride Ron DeSantis a signé une loi du même nom qui empêche les hommes de participer aux sports féminins en Floride. Dans le Dakota du Sud, le gouverneur Kristi Noem a déçu les conservateurs en ne signant pas un projet de loi similaire présenté par la législature du Dakota du Sud.

Bien que Hubbard ait fait la une des journaux en étant sélectionné pour l’équipe olympique féminine d’haltérophilie, il a perdu une bataille il y a à peine deux ans pour préserver son nom hors de l’actualité pour sa responsabilité pénale dans un accident de la circulation qui a entraîné des blessures importantes.

En janvier 2019, Hubbard a plaidé coupable à une accusation de conduite imprudente en 2018 après que son véhicule a heurté une voiture conduite par un homme dans la soixantaine, qui a été hospitalisé pendant près de deux semaines et a nécessité une opération chirurgicale majeure de la colonne vertébrale. Selon Stuff Ltd.

Les Jeux olympiques de Tokyo commencent le 23 juillet.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire