M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Réponse au commentaire de Mgr Paglia sur le suicide assisté


Mgr Vincenzo Paglia.

Lettre ouverte publiée par l'Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille et traduite par Campagne Québec-Vie — Photo : Vatican News

Lettre ouverte

à
Son Excellence,
Mgr Vincenzo Paglia,
Président de l’Académie pontificale pour la vie
et aux
membres de l’Académie pontificale pour la vie

« Qui tacet consentire videtur ».
« Qui ne dit mot consent »
Saint Thomas More, ancien Lord Chancelier d’Angleterre, 1er juillet 1535.

« Personnellement, je ne pratiquerais pas le suicide assisté, mais je comprends que la médiation juridique puisse constituer le plus grand bien commun concrètement possible dans les conditions où nous nous trouvons. » (C’est nous qui soulignons) Mgr Paglia, Président de l’Académie pontificale pour la vie, 19 avril 2023 dans un discours au Festival international du journalisme à Pérouse, Italie.

  1. « Je pense que la loi 194 est désormais un pilier de notre vie sociale » (la loi 194/1978 a légalisé l’avortement provoqué en Italie)... dans une question ultérieure, le journaliste a demandé à Mgr Paglia s’il avait l’intention de remettre en question cette loi, il a répondu : « Non, absolument, absolument ! » (Soulignement ajouté) [1, 2]
  2. « Il s’agissait d’une tentative, certainement imparfaite, d’accepter l’invitation contenue dans Veritatis Gaudium (par. 3) à un changement radical de paradigme dans la réflexion théologique, ou plutôt — oserais-je dire — à une “révolution culturelle audacieuse” ». (Soulignement ajouté) L’archevêque Vincenzo Paglia dans une interview sur le livre Theological Ethics of Life. Écriture, tradition, défis pratiques. [3]

Mgr Paglia affirme qu’il comprend « que la médiation juridique [concernant le suicide assisté] puisse constituer le plus grand bien commun concrètement possible dans les conditions dans lesquelles nous nous trouvons ». Or, il ne sera jamais dans l’intérêt général de légaliser un mécanisme permettant à un médecin de fournir à un patient un poison avec lequel il pourra se suicider. Il n’y a pas de différence morale entre cela et le fait que le médecin ou l’infirmière donne lui-même une surdose de morphine à quelqu’un. Votre Excellence, « Tu ne tueras point » s’applique de la même manière aux deux situations. En outre, la soi-disant « médiation juridique » du suicide assisté n’est qu’une étape tactique dans le processus visant à faciliter la légalisation de l’euthanasie. Dans la pratique, le suicide assisté sera perçu par les médecins comme de l’hypocrisie morale — ce qu’il est — et frayera la voie à la pratique de l’euthanasie directe.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La déclaration publiée par le service de presse de l’Académie pontificale pour la vie (PAV) le 24 avril 2023, à la suite de l’indignation légitime de l’opinion publique à l’égard de sa position, est elle-même trompeuse lorsqu’elle proclame que « le Président de l’Académie pontificale pour la vie, en pleine conformité avec le Magistère de l’Église, réaffirme son “non” à l’euthanasie et au suicide assisté » [4] tout en réitérant son soutien à une « initiative législative » qui préciserait les conditions dans lesquelles le crime serait dépénalisé.

Afin d’éviter toute complicité et à la lumière de l’absence de correction et d’excuses sans équivoque pour cette trahison scandaleuse de patients vulnérables, les membres pro-vie encore présents de la PAV doivent demander au Pape François de démettre Mgr Paglia de ses fonctions et de le remplacer par un président qui, avec courage, proclamera sans équivoque les enseignements éternels de l’Église et de saint Jean-Paul II sur la vie et sur sa protection juridique.

À défaut, ces membres pro-vie devraient eux-mêmes démissionner de cette institution vaticane discréditée.

« Qui tacet consentire videtur. »
« Qui ne dit mot consent »

(1) (Cette vidéo n’est plus disponible) https://www.youtube.com/watch?v=psj8fnte-Dw

(2) https://www.catholicnewsagency.com/news/252147/taken-out-of-context-pontifical-academy-defends-archbishop-paglias-abortion-law-remarks

(3) http://www.vaticannews.cn/en/vatican-city/news/2022-06/archbishop-vincenzo-paglia-pope-francis-interview-theological-et.html

Question de l’entrevue : Le fait qu’il y ait une discussion libre et ouverte dans le livre est-il un signe de synodalité ?

Réponse : « Bien sûr. Il n’y a pas d’autre solution, surtout lorsqu’il s’agit de questions aussi fondamentales que celles qui concernent les multiples dimensions de la vie humaine. Nous avons suivi un chemin d’étude et de réflexion qui nous a conduits à voir les questions de bioéthique sous un jour nouveau... Il s’agit certainement d’un processus qui reflète le souffle et le climat synodaux dans lesquels le pape François souhaite que l’Église opère. Ce processus synodal a été souligné avec autorité au cours de l’atelier, par les cardinaux Grech et Semeraro ».

(4) https://www.vatican.va/content/francesco/en/apost_constitutions/documents/papa-francesco_costituzione-ap_20171208_veritatis-gaudium.html#_ftn27

Cette tâche vaste et urgente exige, au niveau culturel de la formation générale et de l’étude scientifique, un effort large et généreux pour un changement radical de paradigme, ou plutôt — oserais-je dire — pour « une révolution culturelle audacieuse ». Veritatis Gaudium (par. 3)

(5) https://www.academyforlife.va/content/pav/en/news/2023/paglia-end-of-life-statement.html

Bien à vous dans le Christ,

Thomas Ward
Président

Mme Christine de Marcellus Vollmer
Vice-présidente

M. Steven M. Mosher
Trésorier

SOUTENUS PAR :

José Antonio Ureta, auteur, Chili

John-Henry Westen, journaliste, Canada

Adrian Treloar, consultant en psychiatrie de la vieillesse, Angleterre

Miguel da Costa Carvalho Vidigal, avocat, Brésil

Judith Brown, Présidente, American Life League, États-Unis d’Amérique

José Tadeu Nóbrega, Maître en droit, Brésil

Georges Buscemi, Président de Campagne Québec-Vie, Canada

Michelle A. Cretella, docteur en médecine, États-Unis d’Amérique

Michael Hichborn, Président de l’Institut Lepanto, États-Unis d’Amérique

Carlos A. Casanova, professeur de philosophie et avocat, Chili

Orlando Villalobos Baillie Dr, Royaume-Uni

Père René Stockman, Superiore generale Fratelli della Carità, Italie

Pedro Luis Llera Vazquez, professeur, Espagne

Edmund P Adamus, consultant en éducation, Angleterre

Fabio Fuiano, docteur en génie mécanique et industriel, Italie

Père Patrick Pullicino, Malte

Doyen Nguyen, M.D., S.T.D., Braga, Portugal

Pilar Calva M.D., Mexique

Michael Olsta, Membre associé, États-Unis d'Amérique

Stanisław Kobus, Pologne

Katarzyna Kobus, Pologne

Tommaso Scandroglio, qualifié en tant que professeur associé en philosophie morale, Italie

Liam Gibson, LLM (droit des droits de l'homme), Irlande du Nord — Royaume-Uni

Claudio Pierantoni, Professor Universidad de Chile, Chili

Pour signer, veuillez nous envoyer un courriel à l’adresse suivante : [email protected].



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.