M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Poilievre s’oppose enfin aux « bloqueurs de puberté » pour mineurs


Pierre Poilievre.

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : CPAC/YouTube

8 février 2024, Ottawa, Ontario (LifeSiteNews) — Après avoir semblé esquiver la question pendant une semaine, le chef du Parti conservateur Pierre Poilievre a finalement exprimé son soutien à l’interdiction de l’Alberta concernant la « transition » des enfants.

Le 7 février, Poilievre a déclaré aux journalistes sur la Colline du Parlement qu’il s’opposait à l’utilisation de « bloqueurs de puberté » pour les enfants, une semaine après que l’Alberta ait introduit une législation protégeant les enfants des pires conséquences de l’idéologie transgenre.

« Je pense que nous devrions protéger les enfants et leur capacité à prendre des décisions d’adultes lorsqu’ils seront adultes », a déclaré M. Poilievre.

« Pour être clair, vous êtes contre les bloqueurs de puberté pour les enfants de moins de 18 ans ? » a insisté un journaliste.

« Oui », a répondu Poilievre.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Les commentaires de M. Poilievre interviennent exactement une semaine après que la première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, a annoncé ce qui est peut-être la législation pro-famille la plus forte au Canada, protégeant les enfants contre les opérations chirurgicales « du haut et du bas », qui peuvent changer leur vie, ainsi que contre d’autres formes extrêmes d’idéologie transgenre. 

Mme Smith a indiqué que son gouvernement, le Parti conservateur unifié (PCU), présentera bientôt un projet de loi qui, s’il est adopté, interdira aux médecins de la province d’effectuer la « transition » médicale ou chirurgicale d’enfants de moins de 17 ans. La nouvelle loi rendra également obligatoire le consentement des parents pour les changements de pronoms à l’école. À l’automne, une autre loi interdira aux hommes biologiques qui prétendent être des femmes de participer à des compétitions sportives féminines.

Mme Smith a immédiatement reçu un énorme soutien de la part des Canadiens, mais au lieu de se joindre au chœur, Poilievre aurait demandé à ses députés conservateurs fédéraux de rester silencieux.

Trop peu, trop tard

En début de semaine, lorsque M. Poilievre a muselé ses députés au sujet des nouvelles politiques de l’Alberta, les Canadiens favorables à la famille se sont sentis à juste titre trahis.

Dans le passé, M. Poilievre a ouvertement exprimé son soutien au « mariage » homosexuel et, tout récemment, sa femme a fait la une des journaux pour avoir défendu les opinions du couple en faveur de l’avortement.

Comme l’a écrit Chris Elston, éminent militant pro-famille, on ne peut être considéré comme un conservateur si l’on refuse de « condamner l’excision et la stérilisation des enfants ».

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a également accusé Poilievre d’être un « faux conservateur », car les vrais conservateurs défendent les enfants contre de telles décisions médicales irréversibles.

LifeSiteNews a également critiqué Poilievre pour sa décision, en lançant une campagne VoterVoice demandant au leader de l’opposition de permettre à ses députés d’approuver librement la législation de Smith et d’épouser les opinions pro-famille au niveau fédéral.

Peu après que les critiques aient commencé à affluer, M. Poilievre a déclaré aux journalistes que « Justin Trudeau devrait cesser de se mêler » de la décision de l’Alberta de protéger les enfants, faisant référence aux déclarations faites par les ministres du Parti libéral condamnant les nouvelles politiques de M. Smith.

« Il devrait laisser les parents élever leurs enfants et les provinces gérer les écoles et les hôpitaux », avait poursuivi M. Poilievre, en s’abstenant manifestement d’exprimer son soutien à la décision de l’Alberta.

Enfin, mercredi, Poilievre a annoncé qu’il soutenait l’interdiction des « bloqueurs de puberté », souvent stérilisants, pour les mineurs, et il semble bien qu’il ait pris cette décision après qu’il soit apparu clairement que la majorité des Canadiens étaient du même avis.

La réponse tardive de Poilievre à la défense des enfants devrait être considérée comme « trop peu, trop tard » par les Canadiens pro-famille, surtout si l’on considère son absence initiale de déclarations sur le sujet et son accusation selon laquelle le gouvernement Trudeau utilisait la question pour détourner l’attention des problèmes économiques et autres.

La suggestion de Poilievre selon laquelle les Canadiens se préoccupent davantage de l’augmentation du coût de la vie que des questions liées à la famille semble pour le moins infondée, compte tenu de l’énorme pression exercée en faveur d’une législation pro-famille dans tout le pays et des dizaines de milliers de manifestants qui sont descendus dans les rues en septembre dernier lors de la Marche du million de personnes contre l’endoctrinement LGBT dans les écoles.

M. Poilievre n’était pas présent lors de cette marche et, comme dans la situation actuelle, il a même demandé à son groupe parlementaire de s’abstenir de faire des déclarations sur le mouvement.  

Cela a conduit de nombreux internautes à accuser le chef conservateur de lâcheté et d’avoir manqué une bonne occasion de rallier sa base populaire.

Autre similitude avec la situation de l’Alberta, suite au tollé provoqué par le musellement des députés par Poilievre après la marche, et compte tenu des preuves accablantes que les Canadiens conservateurs sont en faveur d’une législation pro-famille, Poilievre a exprimé son soutien aux droits parentaux et a blâmé Trudeau d’avoir « diabolisé les parents inquiets ».

Les Canadiens pro-famille se sont exprimés, et cela fait la différence

De plus en plus, les dirigeants conservateurs, qui ne s’étaient guère préoccupés de la propagande LGBT diffusée auprès des enfants, ont été contraints de prendre conscience que les Canadiens s’opposaient aux militants LGBT.

Alors que les prochaines règles de l’Alberta seront les plus strictes jusqu’à présent au Canada en ce qui concerne la protection des enfants contre les aspects les plus extrêmes du mouvement transgenre, les gouvernements conservateurs de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick ont également pris des mesures pour protéger les enfants au cours de l’année écoulée.

La Saskatchewan, sous la direction du premier ministre Scott Moe, a récemment adopté une nouvelle politique obligeant les parents à être informés si leur enfant « change » de sexe à l’école.

En fait, la voix des Canadiens pro-famille semble avoir atteint le gouvernement fédéral, forçant Poilievre à soutenir, au moins verbalement, le mouvement.

Jack Fonseca, de la Coalition nationale pour la Vie (CNV), a déclaré à LifeSiteNews que « le revirement à 180 degrés de Poilievre démontre également l’importance du militantisme pro-famille et des nombreuses manifestations en faveur des droits parentaux et contre l’endoctrinement LGBT qui ont eu lieu au cours de l’année écoulée : depuis les rassemblements de la Marche 1 million pour les enfants, aux événements organisés par Josh Alexander et Billboard Chris, à la journée de retrait des enfants -- qui a vidé les écoles — organisée par CNV contre le déploiement du drapeau de la fierté sur les écoles, à notre pétition nationale demandant aux dirigeants politiques d’interdire le changement de sexe des enfants au Canada, qui avait recueilli plus de 10 000 signatures avant la déclaration de Poilievre contre les bloqueurs de puberté ».

« Pendant trop longtemps, Poilievre a été un chef peureux, prêt à singer les discours de Justin Trudeau sur les questions sociales et à applaudir toutes ses politiques anti-famille, non pas parce qu’il y croyait vraiment, mais parce qu’il craignait que le fait d’adopter un point de vue opposé ne donne l’occasion à Radio-Canada et au Toronto Star de lui nuire dans les sondages », a affirmé Fonseca.

« Les politiques très populaires de la première ministre Smith en matière de droits parentaux ont forcé Poilievre à réaliser qu’il n’avait jamais eu besoin de craindre les médias libéraux après tout », a-t-il poursuivi. « En voyant la grande popularité des politiques de Mme Smith, je pense que Poilievre a également été forcé de choisir entre continuer à soutenir Trudeau sur l’idéologie LGBT ou traverser l’allée, pour ainsi dire, et se ranger du côté de Danielle Smith ».

Fonseca déplore que Poilievre semble avoir abandonné ses convictions personnelles pour gagner des voix : « En fait, je ne pense pas que Poilievre croie encore en quoi que ce soit ».

« Il fut un temps où il s’identifiait comme pro-vie et pro-famille », rappelle-t-il. « Mais toutes ces années passées dans le ventre de la machine politique corrompue lui ont fait perdre ses principes, et probablement aussi sa foi catholique ».

« Pierre ira donc là où les sondages semblent aller, et en ce moment, ils vont dans le sens du soutien aux droits parentaux contre l’idéologie LGBT », a-t-il expliqué.

Alors que Fonseca a célébré le soutien de Poilievre au mouvement pro-famille, il l’appelle cependant à « s’excuser d’avoir soutenu le projet de loi C-4 de Trudeau sur les poursuites parentales — présenté par euphémisme comme une “interdiction des thérapies de conversion” — et à s’engager à l’abroger ».

De nombreux experts ont noté que ce projet de loi semble permettre d’emprisonner des parents jusqu’à cinq ans s’ils refusent de laisser leur jeune enfant effectuer une « transition » vers un autre genre.

« Pierre doit demander pardon pour le soutien qu’il a apporté à ce projet de loi », a déclaré M. Fonseca. Il serait assez facile pour lui de faire un mea culpa public et de dire : « J’avais tort. Je suis désolé. J’abrogerai le projet de loi sur les poursuites parentales lorsque je serai premier ministre », et c’est ce qu’il devrait faire.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.