M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Message du Père Pavone au Pape François : « Je veux continuer de servir comme un prêtre fidèle »


Le Père Frank Pavone.

Par le Père Frank Pavone (LifeSiteNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Father Frank Pavone/YouTube

19 décembre 2022 (Fr Frank Pavone)

Chers frères et sœurs,

Je suis plongé ces jours-ci dans la planification des activités de Priests for Life (Prêtres pour la Vie) pour l’année 2023, à commencer par les événements que nous organisons dans le cadre de la Marche pour la Vie [nationale] et de la Marche pour la Vie Côte Ouest, et dans la préparation de notre rapport d’activité pour 2022. Parallèlement à tout cela, je continue à partager avec vous tout ce que je fais chaque heure de chaque jour (voir www.PriestsForLife.org/Daily-Diary), une pratique que j’exhorte mes collègues dirigeants religieux (et tous les dirigeants) à adopter, au nom de la transparence et de la responsabilité que nous devons à ceux que nous servons.

En faisant tout cela, je veux dire quelques mots en réponse à ce qui n’est encore qu’une information de seconde main : j’entends dire que le Vatican m’a démis de la prêtrise.

Qu’est-ce qui a pris tant de temps ? C’était le plan de certains évêques depuis de nombreuses années, et ce qui s’est passé n’a pas été un dialogue, mais un récit biaisé d’abus. J’ai raconté et je continuerai à raconter en détail l’histoire des abus continus que certains membres de la hiérarchie m’ont fait subir. Vous pouvez la lire, ainsi que les documents à l’appui, à l’adresse www.FrFrankPavone.com.

Plusieurs évêques ont utilisé l’évêque Patrick Zurek (dans le diocèse d’Amarillo dans lequel j’ai été incardiné) et fait pression sur lui pour essayer de bloquer mon ministère. (C’est sa dernière année à Amarillo, à moins qu’il ne soit destitué plus tôt à cause de ce que j’ai rapporté aux autorités).

Depuis que le cardinal John O’Connor a accédé à ma demande en 1993 de pouvoir travailler à plein temps pour sauver les enfants à naître de l’avortement, cela a été ma demande constante — et unique — à l’autorité de l’Église : me permettre de consacrer ma vie et mon ministère à sauver les enfants à naître. Cela n’a changé en aucune façon.

Le Vatican m’a soutenu de diverses manières à cet égard, malgré l’obstruction de divers évêques américains. En 2005, la Congrégation pour le clergé a accédé à ma demande d’excardination de New York à Amarillo pour poursuivre et approfondir mon travail pro-vie. En 2012, la même Congrégation a statué en ma faveur contre les tentatives invalides de Zurek de restreindre mon ministère, lui disant au contraire d’être « généreux » en me laissant faire ce travail.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Puis, en 2019, le Vatican a de nouveau déclaré invalides diverses punitions et restrictions que Zurek m’a imposées, et m’a autorisé à être transféré dans le diocèse de Colorado Springs, où Mgr Michael Sheridan était disposé à me recevoir et à me laisser poursuivre ce ministère pro-vie. Mais pour des raisons qui ne m’ont jamais été expliquées, ils ont indiqué à l’évêque qu’il ne pouvait pas me laisser faire ce travail à plein temps.

Mais ma demande reste la même : laissez-moi servir l’Église avec un ministère à plein temps dans l’intérêt des enfants à naître.

Certains appellent mon refus de me détourner de ce travail « désobéissance ». Je l’appelle fidélité.

Pendant tout ce processus, des personnes comme Mgr Zurek, le cardinal Timothy Dolan et Mgr Pietro Sambi ont menti à mon sujet et ont abusé de leur autorité contre moi et mon ministère. De nombreux évêques et cardinaux, ici et au Vatican, m’ont en revanche soutenu, moi et mon travail, et ont proposé au Saint-Père la solution de me permettre d’être transféré dans un diocèse favorable.

À ceux qui s’opposent à mon travail, ma question est la suivante : « Quelles parties spécifiques de celui-ci ne voulez-vous pas que je fasse ? »

S’agit-il des ressources que nous donnons aux prêtres pour prêcher le message pro-vie, basées sur les lectures de l’ensemble du lectionnaire dominical, ou du fait que nous fournissons ces ressources gratuitement depuis 30 ans ?

Est-ce mon travail en tant que directeur pastoral de Rachel’s Vineyard, le plus grand ministère au monde pour la guérison après un avortement, ou mon rôle similaire dans Silent No More, par lequel les personnes qui ont avorté partagent leurs histoires de pardon et de guérison ? Y a-t-il eu trop de retraites, trop de guérison, trop de témoignages ?

Est-ce que c'est mon travail pour guider des personnes spécifiques comme Bernard Nathanson, Norma McCorvey (la Jane Roe de Roe v. Wade, que j'ai reçue dans l'Église catholique), et Abby Johnson (demandez-lui quel est mon rôle) ?

Peut-être est-ce le travail que nous faisons directement pour le Vatican ? Demandez à la Mission du Saint-Père auprès des Nations Unies quelle aide mon ministère leur apporte, ou à la Secrétairerie d'État concernant le travail international de Priests for Life pour défendre l'enseignement de l'Église sur la vie.

Ou est-ce mon plaidoyer en faveur de l'enseignement de l'Église sur la responsabilité politique ? Y a-t-il eu trop de candidats pro-vie élus, ou trop de juges à la Cour suprême disposés à revenir sur Roe v. Wade et à restaurer la liberté religieuse ?

Quel travail mes opposants veulent-ils exactement que j'arrête de faire ? Mon travail est effectué au sein d'une équipe de professionnels pro-vie qui ont des décennies d'expérience, de professionnalisme et d'intégrité. Les 50 personnes que nous employons à Priests for Life sont solidement unies dans cette mission et le resteront.

Ce dernier développement du Vatican est le résultat d'un processus abusif, auquel je m'oppose depuis des années et au cours duquel tous mes conseillers m'ont recommandé de ne pas avoir de contact avec Mgr Zurek. Le processus a manqué de transparence et de bon sens. Encore une fois, tout est documenté sur www.FrFrankPavone. Je n'ai rien à cacher.

J'aimerais lancer un défi à toute personne du Vatican ou du bureau du Nonce qui a été impliquée dans cette affaire : asseyez-vous avec moi pour une émission en direct, au cours de laquelle nous pourrons retracer étape par étape l'histoire de ce qui s'est passé ici. Je vous laisserai tout le temps nécessaire pour expliquer ce qui s'est passé, puis je vous poserai des questions. Faisons preuve de transparence et de responsabilité pour ce qui vient de se passer, et le peuple de Dieu pourra juger par lui-même.

Je voudrais m'adresser à certaines personnes en particulier et leur faire part de quelques observations supplémentaires.

Tout d'abord, au Saint-Père, le Pape François :

Vous m'avez encouragé personnellement dans mon travail, au cours des nombreuses conversations que nous avons eues au fil des ans. En particulier, vous m'avez encouragé à aller de l'avant avec le travail de guérison, par le biais de Rachel's Vineyard, et vous avez écrit à mon associée pastorale, Dr Theresa Burke, pour lui offrir le même encouragement.

Votre Sainteté, je veux continuer à servir en tant que prêtre fidèle et leader pro-vie à plein temps. Vous pouvez me permettre de le faire sous la direction d'un évêque qui me soutient, et de nombreux fidèles comprennent que c'est la solution la plus raisonnable.

Deuxièmement, au Nonce apostolique aux États-Unis, Mgr Christophe Pierre :

Votre Excellence, votre communication aux évêques du 13 décembre contient de graves erreurs et omissions. Mais cela a marqué ce processus depuis le début, il n'y a donc pas de surprise, et ces erreurs seront traitées séparément et en profondeur.

Mais en particulier, lorsque vous dites qu'il n'y a « aucune possibilité d'appel » de cette décision, vous ne parlez que dans un sens juridique très étroit, et vous ignorez complètement l'appel qui est fait par le peuple de Dieu lui-même. Il ne s'agit pas seulement de moi ; il s'agit des millions de partisans du mouvement que j'ai aidé à diriger et que je continuerai à diriger, et du travail que le Peuple de Dieu a déjà évalué et jugé digne de son soutien continu.

Et en parlant de ce soutien, vous mentionnez dans votre communication que je suis bien connu dans le mouvement pro-vie. Ne pourriez-vous pas ajouter une seule expression de gratitude — juste en passant — pour les 30 dernières années de mon ministère au service de l'Évangile de la vie ?

Et enfin, aux évêques individuels des États-Unis :

À ceux d'entre vous qui continuent à soutenir mon travail en faveur de la vie, je vous remercie.

Pour ceux d'entre vous qui ont participé à cette parodie publiquement ou dans l'ombre, nous prendrons toutes les mesures canoniques et civiles appropriées ainsi que des communications publiques aux fidèles.

Je vous suggère aussi fortement de faire preuve de prudence à l'égard de la réputation de mes partisans et de la mienne si vous communiquez quoi que ce soit aux fidèles de vos diocèses au sujet de cette décision. Avant de faire toute déclaration, lisez la lettre que le Dr Alveda King vous a envoyée il y a quelques mois au sujet de ma situation et des détails qui ont conduit à cette décision. Elle a travaillé à plein temps avec moi et mon ministère pendant 16 ans et siège encore aujourd'hui au conseil d'administration de Priests for Life.

Nous assurerons un suivi auprès de chaque diocèse, et des fidèles qui s'y trouvent, en ce qui concerne les communications qui seront faites.

Mes amis, je vous remercie d'avoir lu ces lignes. Je suis un livre ouvert, je ferai de nombreux commentaires sur cette situation et, plus important encore, je poursuivrai avec force le travail que je fais depuis 30 ans.

Je vous suis reconnaissant à tous, frères et sœurs. Nous ne sommes pas tous à la hauteur à bien des égards, et je vous demande de me pardonner pour toutes mes erreurs.

Le succès de ce travail n'est pas dû aux évêques ou au Vatican, ni même à mon ordination sacerdotale, mais à l'engagement humain que vous et moi avons [pris] de défendre la vie des enfants les plus sans défense, les enfants à naître ! Qu'ils soient protégés, et que nous continuions à remporter la victoire sur l'avortement !

Sincèrement,

Père Frank Pavone

Directeur national, Priests for Life



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.