M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les pro-vie protestent contre le prélèvement d’organes de fœtus avortés opéré par l’Université de Californie à San Francisco

Par Bettina di Fiore (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Le 13 juillet 2021, une centaine de militants de Live Action, de Pro-Life San Francisco et de Survivors of the Abortion Holocaust [Survivants de l’holocauste par avortement] ont collaboré à une action de protestation devant le Département de la santé publique de San Francisco (SFDPH). Cette action faisait partie d’une série d’actions coordonnées par Pro-Life San Francisco et Survivors of the Abortion Holocaust pour protester contre les pratiques de recherche et de prélèvement d’organes et de tissus fœtaux de l’University of California, San Francisco (UCSF).

Le département de la santé publique de San Francisco et l’UCSF gèrent conjointement l’hôpital général Zuckerberg de San Francisco ; l’un des deux centres d’avortement du Women’s Options Center, où sont prélevés les organes fœtaux après les avortements, se trouve dans cet hôpital.

Le 6 mai 2021, le coordinateur exécutif de Pro-Life San Francisco a passé un appel téléphonique à la ligne 311 de la ville de San Francisco, dont l’une des fonctions est de recevoir le signalement des problèmes municipaux. Cet appel avait pour but d’établir une communication avec le département de la santé publique concernant le prélèvement et l’expérimentation de tissus et d’organes fœtaux à l’UCSF. Il a reçu un numéro de suivi par courrier électronique pour suivre l’évolution de sa plainte.

Le lendemain, des militants de la coalition Pro-Life San Francisco et Survivors of the Abortion Holocaust ont remis en main propre une lettre au bureau du Dr Grant Colfax, directeur de la santé de la ville et du comté de San Francisco. La lettre faisait état de leurs griefs à l’encontre des pratiques de prélèvement et d’expérimentation de tissus et d’organes fœtaux de l’UCSF et demandait une réponse. À ce jour, aucune réponse n’a été reçue ou publiée. Pendant ce temps, le statut de la plainte 311 reste également en suspens.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La manifestation du 13 juillet était une manifestation organisée pour exiger que la ville donne suite à ces plaintes et pour s’opposer à sa collaboration avec l’UCSF dans des activités d’acquisition et d’expérimentation de tissus fœtaux contraires à l’éthique, financées avec l’argent des contribuables. Des militants portant des pancartes avec des messages tels que « Les droits de l’homme commencent dans l’utérus » et « Mettez fin au démembrement des vivants » se sont rassemblés devant le département de la santé publique, où certains ont affiché à la craie des messages pro-vie sur le trottoir extérieur et ont agi comme témoins du public, tandis que d’autres sont entrés dans le bâtiment pour confronter le personnel du SFDPH avec leurs griefs.

Lorsque les militants ont atteint le troisième étage, où se trouve le bureau du directeur de la santé publique, le personnel du SFDPH avait verrouillé prématurément les portes de leur bureau, empêchant ainsi une conversation entre personnes concernant les griefs. Néanmoins, les militants ont pu voir le personnel se déplacer à l’intérieur des bureaux à travers les fenêtres en verre dépoli, et ils ont occupé le couloir en marbre à l’extérieur, en scandant des slogans tels que « Le démembrement de personnes vivantes doit cesser » et « UCSF, nous savons ce que vous faites » pendant plus de deux heures. Les forces de l’ordre sont arrivées à peu près au milieu de cette période, simplement pour informer le conseiller juridique des activistes qu’ils évacueraient le bâtiment à 17 heures précises. Les activistes sont partis pacifiquement à ce moment-là et aucune arrestation n’a été effectuée.

A. J. Hurley, directeur général de Survivors of the Abortion Holocaust, s’est exprimé sur l’événement, qui a été diffusé en direct sur la page Facebook de Live Action :

Au cours des deux dernières années, Survivors a travaillé sans relâche pour révéler au grand jour ce que les générations à venir considéreront comme l’une des violations des droits de l’homme les plus barbares et insensées de tous les temps. ... Nous avons démasqué un système dans lequel les personnes les plus à risque, y compris les minorités et les personnes économiquement défavorisées, ont été reléguées à l’extinction. Les produits de leur meurtre ─ leurs organes et leurs tissus ─ sont récoltés... au nom du « progrès ». Le département de la santé publique de San Francisco et l’UCSF refusent de répondre à la litanie de nos demandes de renseignements. Le temps du silence est terminé, et mardi nous avons... élevé la voix et exigé des réponses.

Hurley a été arrêté alors qu’il tenait pacifiquement des pancartes et distribuait de la documentation avec les Survivors sur le campus de l’UCSF, deux jours après la manifestation du 13 juillet au Département de la santé publique. Ce n’est pas la première fois que des membres de Survivors of the Abortion Holocaust sont arrêtés alors qu’ils manifestaient pacifiquement sur le campus de l’UCSF qui est une propriété publique.

Terrisa Bukovinac, anciennement de Pro-Life San Francisco, a également été arrêtée pour avoir manifesté pacifiquement à l’UCSF. La directrice générale de Pro-Life San Francisco, Kristin Turner, a fait la déclaration suivante concernant les protestations en cours :

La communauté est fatiguée d’entendre parler des pratiques horribles de l’UCSF semaine après semaine. Le fait est qu’il existe des alternatives éthiques, et nous ne pouvons pas fermer les yeux sur des pratiques injustes au nom du « bien ».

Pro-Life San Francisco se soucie profondément de trouver des remèdes aux maladies qui affectent depuis longtemps notre communauté, mais remplacer une tragédie par une autre, intentionnelle, ne fait rien pour guérir les habitants de San Francisco. Nous ne cesserons pas de faire appel à toutes les autorités compétentes jusqu’à ce qu’elles mettent un terme à la recherche non éthique soutenue par l’UCSF.

Les deux groupes ont coordonné leurs efforts pour inciter le conseil d’administration de l’université de Californie à mettre un terme aux pratiques de l’UCSF en matière de tissus fœtaux, en présentant des observations lors des réunions régulières du conseil d’administration au cours des deux dernières années. La prochaine occasion de faire des commentaires publics lors d’une réunion du Conseil des régents aura lieu le 21 juillet 2021. Vous trouverez de plus amples informations sur l’événement et sur la manière d’y participer sur le site Facebook de Pro-Life San Francisco.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire