M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les contribuables de Terre-Neuve sont contraints de soutenir un avortoir en faillite


L'Athena Health Centre, avortoir de la ville de St. John à Terre-Neuve.

Par Ruth Robert — Traduit par Campagne Québec-Vie

Le 27 juillet 2022 (Campaign Life Coalition) — La pandémie de Covid-19 a été difficile pour les entreprises, surtout les petites entreprises. Des mesures ont été mises en place pour tenter d’aider ces entreprises, mais même ainsi, certaines n’ont tout simplement pas pu garder leurs portes ouvertes. Beaucoup ont été obligées de fermer.

Cependant, au milieu de ces difficultés économiques, une entreprise semble avoir bénéficié d’un traitement spécial. Il s’agit de l’Athena Health Centre de St. John’s, qui pratique plus de 90 % des avortements à Terre-Neuve et au Labrador. Attribuant le manque « d’activité sexuelle non planifiée » à cause de la pandémie, la propriétaire, Rolanda Ryan, déclare que son entreprise à but lucratif a périclité. Elle avait du mal à garder ses portes ouvertes, même avec l’aide gouvernementale offerte aux petites entreprises.

Cependant, Rolanda Ryan semble être une propriétaire d’entreprise spéciale et exclusive aux yeux du gouvernement. Elle pratique des avortements, et même si les gens n’en veulent pas ou n’en ont pas besoin, les portes de sa clinique doivent rester ouvertes. En conséquence, elle a pu convaincre le gouvernement d’Andrew Furey de lui donner, comme l’a rapporté la CBC la semaine dernière, « un montant forfaitaire quatre fois par an ».

Les autres entreprises n’ont certainement pas reçu ce même traitement. Pourquoi ? Parce que Ryan admet pratiquement avoir fait chanter le gouvernement avec la menace que si elle fermait son usine d’avortement, les mères enceintes envahiraient l’hôpital voisin qui pratique les avortements, occupant ainsi l’espace précieux de lits d’hôpitaux et de salles d’opération. « J’écrivais frénétiquement courriel après courriel au gouvernement pour lui expliquer la situation dans laquelle nous nous trouvions et lui demander si l’hôpital avait la capacité d’accueillir ces patientes », a-t-elle déclaré à la CBC. « Rediriger des centaines de personnes vers l’hôpital aurait des répercussions importantes », a-t-elle menacé.

Bien sûr, la faille dans la logique de Ryan est que lorsque les femmes enceintes n’ont pas facilement accès à des établissements qui tuent leurs enfants, beaucoup d’entre elles choisissent plutôt la vie pour leurs bébés. C’est précisément pour cette raison que les défenseurs de la vie font campagne pour la fermeture des usines d’avortement afin que davantage de mères choisissent la vie pour leurs enfants à naître. Et, lorsque les usines d’avortement sont fermées, les hôpitaux qui pratiquent des avortements ne sont pas soudainement débordés. Prenons l’exemple de la Clinique 554 à Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Malgré les pressions, le financement provincial n’a pas été accordé à cette clinique, car il s’agit d’une clinique privée, et le bâtiment a maintenant été vendu. Bien que certains avortements soient encore pratiqués à cette usine, la fermeture de l’entreprise n’a pas entraîné une surcharge soudaine des hôpitaux du Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement de Terre-Neuve, malheureusement, a cédé aux propos alarmistes de Mme Ryan. Face à la menace de Ryan de fermer son moulin à tuer les bébés, le gouvernement a décidé, à partir du 1er avril, de lui envoyer un financement global trimestriel. L’usine de Ryan recevra désormais un montant inconnu quatre fois par an, pour soutenir son entreprise en difficulté.

Ce n’est pas une coïncidence si ce changement de financement est entré en vigueur le 1er avril, le jour du poisson d’avril. Le gouvernement et les contribuables provinciaux se sont fait avoir par Mme Ryan, qui a inventé une histoire larmoyante pour convaincre le gouvernement de soutenir son entreprise en difficulté -- et moralement répugnante. La blague, c’est que maintenant, peu importe l’incompétence avec laquelle Ryan dirige son usine d’avortement, ou la baisse de la demande d’avortement, les contribuables continueront à lui remplir les poches.

On ne comprend pas pourquoi l’entreprise d’avortement en faillite de Ryan devrait bénéficier d’un traitement spécial de la part du gouvernement, alors que des milliers d’autres propriétaires d’entreprises ordinaires qui sont également en difficulté n’ont pas reçu un tel renflouement trimestriel.

La vérité est que l’entreprise privée d’avortement à but lucratif ne devrait pas avoir droit à un traitement spécial. Ce renflouement est injuste et inéquitable. Il doit prendre fin maintenant. L’Athena Health Centre doit cesser de bénéficier d’un traitement de faveur aux frais des contribuables. La plaisanterie est allée trop loin.



Laissez un commentaire