M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le gouverneur du Dakota du Sud publie un décret restreignant les avortements chimiques


Kristi Noem, gouverneur du Dakota du Sud.

Par Doug Mainwaring — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : NBC News/YouTube

Sioux Falls, Dakota du Sud, 8 septembre 2021 (LifeSiteNews) — Le gouverneur du Dakota du Sud, Kristi Noem, a publié un décret limitant les avortements par télémédecine et les avortements chimiques, tout en cherchant à imiter, ou à dépasser, la loi Heartbeat récemment adoptée au Texas.

Le gouverneur républicain ordonne au ministère de la Santé du Dakota Sud d’établir des règles empêchant les avortements par télémédecine et limitant les avortements chimiques dans l’État.

Mme Noem aurait été encouragée par la récente décision de la Cour suprême des États-Unis d’autoriser l’application d’une loi texane interdisant les avortements après détection des battements de cœur du fœtus ─ connue sous le nom de Texas Heartbeat Act.

Ce décret intervient quelques jours seulement après que Mme Noem ait demandé à l’un de ses principaux conseillers juridiques de trouver des domaines dans lesquels les lois sur l’avortement du Dakota Sud peuvent être renforcées en s’inspirant de la nouvelle loi du Texas, ou aller plus loin, selon le Sioux Falls Argus Leader.

« L’administration Biden continue d’outrepasser son autorité et de réprimer les législatures qui défendent les enfants à naître en adoptant des lois pro-vie fortes. Elle travaille actuellement à faciliter l’avortement par télémédecine pour mettre fin à la vie d’un enfant à naître. Cela ne se produira pas dans le Dakota du Sud », a déclaré le gouverneur Noem dans un communiqué officiel.  « Je continuerai à travailler avec le corps législatif et mon Défenseur des enfants à naître pour faire en sorte que le Dakota du Sud reste un État pro-vie fort ».

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La déclaration du gouverneur explique que son décret « restreint l’avortement par télémédecine de la manière suivante » :

  • Déclare que les produits abortifs ne peuvent être prescrits ou dispensés que par un médecin agréé dans le Dakota du Sud et après un examen en personne ;
  • Empêche que les produits provoquant l’avortement soient fournis par messagerie, livraison, télémédecine ou service postal ;
  • Empêche la distribution ou la fourniture de produits provoquant l’avortement dans les écoles ou dans des lieux dont l’État est propriétaire ; et
  • Réaffirme que les médecins agréés doivent veiller à ce que les lois sur le consentement éclairé soient correctement appliquées.

La Déclaration du gouverneur ordonne également au ministère de la Santé de faire ce qui suit :

  • Élaborer des exigences en matière de licence pour les cliniques d’avortement par « pilule seulement » ;
  • Recueillir des données empiriques sur la fréquence des avortements chimiques en tant que pourcentage de tous les avortements, y compris la fréquence à laquelle les femmes connaissent des complications qui nécessitent un suivi médical ; et
  • Renforcer les exigences en matière de rapports sur les complications en salle d’urgence liées aux avortements chimiques.

Le gouverneur Noem prévoit travailler avec le corps législatif du Dakota du Sud pour adopter des lois qui rendront ces protocoles permanents lors de la session législative de 2022.

« Nous félicitons le gouverneur Noem d’avoir pris cette mesure audacieuse, qui sauvera des vies, contre les dangereux avortements chimiques dont le taux de complications est quatre fois plus élevé que celui des avortements chirurgicaux », a déclaré Marjorie Dannenfelser, présidente de l’organisme Susan B. Anthony List. « S’il n’en tenait qu’à elle, l’administration Biden transformerait tous les bureaux de poste et toutes les pharmacies en centres d’avortement, laissant les femmes seules et exposées à des risques de saignements abondants, de stress physique, émotionnel et psychologique, et bien plus encore. Les États doivent agir. Le gouverneur Noem établit aujourd’hui un modèle courageux qui, nous l’espérons, sera bientôt suivi par d’autres chefs d’État dans tout le pays. »

« J’applaudis l’action du gouverneur Noem aujourd’hui qui vise à empêcher l’envoi de produits chimiques dangereux pour avorter, aux femmes du Dakota-Sud », a déclaré Catherine Glenn Foster, présidente et directrice générale d’Americans United for Life (AUL). « Il ne s’agit plus “d’une femme et de son médecin”, mais d’une femme ─ ou d’une fille ─ et d’un étranger sur Internet. Les États ne peuvent plus dépendre de la FDA pour réglementer les produits abortifs de manière significative, et je suis heureuse de voir le gouverneur Noem se mobiliser pour son État. L’avortement n’est jamais sûr, mais il est bien plus dangereux lorsque les femmes sont abandonnées par les médecins et laissées à elles-mêmes pour gérer leurs complications. »

« Nous savons que les avortements chimiques, prescrits par des inconnus sur Internet et livrés par courrier, sont ce que Planned Parenthood et d’autres militants de l’avortement considèrent comme un secteur en pleine croissance », poursuit la déclaration d’AUL.  « Nous ne devons pas laisser la cupidité des entreprises et le mépris des protections élémentaire en matière de santé et de sécurité mettre la vie des femmes en danger. »

« Nous savons que les pilules chimiques abortives sont 4 fois plus dangereuses que l’avortement chirurgical et multiplient par 10 le risque de décès d’une femme. Nous savons que sans un dépistage et un examen médical appropriés, les femmes peuvent souffrir d’infections, de saignements, d’infertilité et même la mort », a déclaré Kristan Hawkins, présidente de Students for Life Action.

« Le gouverneur Noem donne la priorité aux femmes en signant ce décret. La suppression des normes de santé et de sécurité profite aux avorteurs, leur permettant d’économiser du temps, de l’argent et d’éviter d’être poursuivis en justice alors qu’ils envoient par la poste des pilules chimiques mortelles pour l’avortement et, du point de vue médical, abandonnent les femmes », a poursuivi Hawkins. « Il ne s’agit plus de soins de santé, mais des résultats financiers des sociétés d’avortement et du pouvoir des politiciens qui se moquent de savoir si les femmes survivent à la prise de ces pilules ».

Les défenseurs de l’avortement ne sont pas aussi satisfaits.

« L’avortement est une décision médicale privée, protégée par la Constitution des États-Unis, et il est décevant que le gouverneur Noem continue de s’immiscer dans la relation patient-médecin », a déclaré Janna Farley, directrice de la communication de l’American Civil Liberties Union of South Dakota à l'Associated Press. « Il est clair que les attaques contre notre droit à l’avortement ne faiblissent pas dans le Dakota du Sud ».

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire