M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Alerte orange 2020

tournant

1135 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 9 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps où il faut faire preuve de vigilance. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

La moitié des Canadiens veut des limites à l'avortement tardif

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Devostock

Selon l’Angus Reid Institute, les Canadiens seraient, pour 49 % d’entre eux, pour une loi interdisant l’avortement dans le troisième trimestre de la grossesse, à moins que la santé de la femme ne soit en danger, tandis que 51 % d’entre eux approuvent l’avortement tout au long de la grossesse. Déjà, ferais-je remarquer, donner une exception pour l’avortement si la « santé » de la femme est en danger, c’est montrer la faiblesse de cette restriction, pourquoi en effet ne pas mettre une exception que si la vie de la femme est en danger dans le troisième trimestre ? Ensuite, pourquoi ne pas bêtement mettre au monde l’enfant à naître qui est justement viable à ce stade-ci de son développement, une opération qui demande amplement moins de temps qu’un avortement à ce stade-là ? Mais l’avortement est immoral durant toute la grossesse, car l’enfant à naître est un être humain dès la conception. Du moins ne pourra-t-on pas dire que tous les Canadiens approuvent à 100 % ce crime abominable.

Toujours est-il que d’après L’Angus Reid Institute, dans la population canadienne :

Bleu : Les femmes devraient avoir accès à l’avortement légal durant toute la grossesse.
Rouge : Il devrait exister une loi prohibant l’avortement durant le troisième trimestre de la grossesse, à moins que la vie de la mère soit en danger.

Selon les tranches d’âges, on peut voir que parmi les jeunes l’avortement est plus accepté, et que le contraste le plus grand entre les tranches d’âges se constate chez les femmes ; 62 % des 18 à 34 ans sont pour l’avortement tandis que 59 % des 55+ sont pour une limite :


Bleu : Les femmes devraient avoir accès à l’avortement légal durant toute la grossesse.
Rouge : Il devrait exister une loi prohibant l’avortement durant le troisième trimestre de la grossesse, à moins que la vie de la mère soit en danger.

L'article continue ci-dessous...
×

Campagne de financement - Alerte orange 2020

1135 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 9 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Parmi toutes les provinces, le Québec se distingue malheureusement par le plus haut pourcentage (59 %) d’individus en faveur de l’avortement sans restriction, tandis qu’à l’extrême opposé la Saskatchewan arbore un intéressant 66 % de gens en faveur d’une loi, et qu’enfin l’Ontario, la province la plus populeuse du Canada, se situe dans la position la plus neutre, avec notamment 52 % de personnes en faveur d’une loi :


Bleu : Les femmes devraient avoir accès à l’avortement légal durant toute la grossesse.
Rouge : Il devrait exister une loi prohibant l’avortement durant le troisième trimestre de la grossesse, à moins que la vie de la mère soit en danger.

Une comparaison de trois des principaux partis (il manque le Bloc québécois) montre le Parti conservateur comme étant le moins pro-avortement avec ses 68 % pour une loi (CPC en anglais), et le NPD (NDP) le pire :


Bleu : Les femmes devraient avoir accès à l’avortement légal durant toute la grossesse.
Rouge : Il devrait exister une loi prohibant l’avortement durant le troisième trimestre de la grossesse, à moins que la vie de la mère soit en danger.

Autre chose qui mérite notre attention pour son aspect légèrement positif, il a y un peu plus de gens au Canada qui sont contre la parité (obligation d’avoir autant de femmes que d’hommes dans les postes importants) en 2019 qu’en 2016. Il est normal que des hommes exercent leur aptitude au commandement (et soient plus nombreux dans le monde du travail en général), tandis que les femmes soient plus présentes dans l’éducation et les soins des enfants (ne fût-ce que pour les aptitudes physiques : porter l’enfant pendant la grossesse, l’allaiter), une famille solide dépend en effet du respect des rôles complémentaires et respectifs. (Au fait, au nom de quoi devrait-il y avoir autant de femmes que d’hommes dans les postes importants ?)

Toujours est-il que d’après l'Angus Reid Institute :


À gauche : Les grandes compagnies publiques devraient être obligées d’engager des femmes de sorte qu’elles soient également représentées dans les postes de cadres supérieurs.
À droite : On doit laisser les grandes compagnies publiques faire leurs propres décisions, même si cela résulte en un plus petit nombre de femmes dans les postes de cadres supérieurs.
Rose : 2016Bleu : 2019

Apparemment, la majorité des hommes veulent laisser les compagnies libres, tandis que la majorité des femmes réclament la parité (féministe) :


Bleu : Les grandes compagnies publiques devraient être obligées d’engager des femmes de sorte qu’elles soient également représentées dans les postes de cadres supérieurs.
Rouge : On doit laisser les grandes compagnies publiques faire leurs propres décisions, même si cela résulte en un plus petit nombre de femmes dans les postes de cadres supérieurs.

Sans surprise, le Parti conservateur (CPC) est pour la libre entreprise, tandis le Parti libéral est divisé et que le NPD (NDP) est carrément féministe :


Bleu : Les grandes compagnies publiques devraient être obligées d’engager des femmes de sorte qu’elles soient également représentées dans les postes de cadres supérieurs.
Rouge : On doit laisser les grandes compagnies publiques faire leurs propres décisions, même si cela résulte en un plus petit nombre de femmes dans les postes de cadres supérieurs.

Et enfin, la confiance des gens dans les médias est plutôt partagée, 52 % ne croyaient pas ce qu’ils racontaient et 48 % si, en 2016, tandis qu’en 2019 c’est 51 % contre 49 %. Il est dommage que la proportion des sceptiques ait légèrement diminuée, mais il reste quand même la moitié du pays qui n’a pas créance en ces désinformateurs professionnels. Il y a également près de la moitié des Canadiens qui font confiance aux nouveaux médias. Selon l'Angus Reid Institute :


À gauche : La plus grande partie de ce qui est rapporté dans les nouvelles ne peut être crue.
À droite : les nouveaux médias font un bon travail de présentation des faits.
Rose : 2016Bleu : 2019

L’article de l’Angus Reid Institute rapporte beaucoup de statistiques sur les opinions de la population du Canada, et j’ai choisi de ne présenter que les plus positives (hélas, pas tant que ça), laissant aussi de côté celles qui nous intéressent moins (en fait, quand il s'agit d'euthanasie c'est plutôt déprimant).

Campagne de financement - Alerte orange 2020

Merci de veiller avec nous. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire