M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La décadence promue par la Fédération des femmes du Québec

Par Paul-André Deschesnes — Photo : Pixabay

Amis lecteurs, connaissez-vous la FFQ (Fédération des femmes du Québec) ? C’est un organisme gauchiste et très féministe, qui existe depuis plusieurs années, qui est grassement subventionné par le gouvernement québécois et qui se vante de défendre et de très bien représenter les femmes du Québec.

L’an dernier, pour la première fois de son histoire, la FFQ a élu comme présidente un homme devenu femme [en apparence seulement*] après 30 ans (transgenre). Les éloges ont fusé de toutes parts et le puissant lobby transgenre a célébré cette grande victoire, fruit d’une rectitude politique complètement ridicule et insignifiante.

À la fin d’octobre 2018, la sulfureuse présidente de la FFQ a annoncé dans les médias que le Congrès avait voté à très large majorité une résolution demandant au gouvernement fédéral de légaliser la prostitution au Canada.

Mais, pourquoi légaliser cette perversion écœurante ? Actuellement, en Occident et au Québec en particulier, la rectitude politique est devenue une idéologie indiscutable et nocive « qui sème la terreur intellectuelle et sociale dans les médias et dans les instances politiques, où l’on n’ose pas dénoncer ces dérives ». (Denise Bombardier, Journal de Montréal, 3 novembre 2018.)

C’est dans cet esprit diabolique que la FFQ et sa présidente ont voté cette ignoble résolution qui fait l’éloge d’un des pires péchés qui contamine l’humanité partout sur la planète.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Pour justifier la prostitution, la FFQ nous a abreuvés d’une multitude de faussetés : c’est une « profession » comme une autre librement choisie par beaucoup de femmes (faux), la prostitution rend service aux hommes et aux femmes qui achètent librement tous ces services sexuels (faux), les femmes et les hommes qui vendent leur corps le font en toute liberté (faux), c’est un droit fondamental de disposer et d’utiliser son corps comme on le veut (faux), il ne faut surtout pas porter de jugement sur ce « beau » métier (faux), il faut maintenant s’adapter à cette nouvelle culture (faux), c’est un très grand pas en avant pour les femmes (faux), etc.

La FFQ nous parle dans son rapport tordu et biaisé de « l’industrie du sexe » […] Voilà l’ignoble et effrayante fumisterie promue sur toutes les tribunes par la FFQ, pendant qu’un silence de plomb tous azimuts règne au Québec face à autant d’ignominie.

Pendant ce temps […] la ministre fédérale de la Condition féminine nous a annoncé que son ministère va maintenant s’appeler « le ministère des Femmes et de l’Égalité de genres » (Journal de Montréal, 2 novembre 2018). Le lobby transgenre vient de gagner sur toute la ligne !

Justin Trudeau est reconnu pour s’écraser devant la dictature des lobbys et des minorités de tout acabit. Il ne faudra donc pas être surpris de le voir très bientôt […] appuyer la légalisation de la prostitution dans son programme électoral en 2019.

Le Catéchisme de l’Église Catholique nous donne l’heure juste et nous dit très clairement au numéro 2355 : « La prostitution porte atteinte à la dignité de la personne qui se prostitue, réduite au plaisir vénérien que l’on tire d’elle. Celui qui paie pour des services de prostitution pèche gravement contre lui-même. Il rompt la chasteté à laquelle l’engageait son Baptême et souille son corps, temple de l’Esprit saint. La prostitution constitue un fléau social qui touche habituellement des femmes, mais aussi des hommes, des enfants ou des adolescents (dans ces deux derniers cas, le péché se double d’un scandale) ».

L’apôtre Saint-Paul nous affirme en 1 Corinthien 6, 15-19 : « Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ ? Prendrai-je donc les membres du Christ, pour en faire les membres d’une prostituée ? Loin de là ! Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit. Fuyez l’impudicité. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ? »

La prostitution n’est, ni une profession, ni un métier, ni un soin de santé, ni un service essentiel ! C’est une dégradante abomination !

Même si les médias athées nous crient que la prostitution est le plus vieux métier du monde, il faut la combattre vigoureusement et, surtout, ne pas la légaliser et la banaliser, comme l’ont fait plusieurs pays occidentaux irresponsables au cours des dernières décennies.

Le Christ a fréquenté des prostituées, non pas pour reconnaître ce sale métier, mais pour les inviter à changer complètement leur style de vie, c’est-à-dire se convertir, en leur répétant : « Je te pardonne tes péchés, va et ne pèche plus ».


*CQV

Publicité



Laissez un commentaire