M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Fini « père » et « mère » au Connecticut

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Pixel-Shot/Adobe Stock

13 septembre 2022, Hartford (LifeSiteNews) — Dans le Connecticut, les parents biologiques ne sont plus désignés comme « mère » ou « père » dans les documents officiels de naissance, selon les dernières directives du département de la Santé publique du Connecticut.

Comme l’a souligné le biologiste et journaliste Colin Wright, les documents de naissance tels que l’acte de naissance, les certificats de naissance et les documents de vaccination font maintenant référence aux mères en tant que « parents de naissance » et aux pères en tant que « parents non de naissance » [littéralement « birth parent » et « non-birth parent »].

Le Daily Caller ajoute que les documents de naissance en Ohio et en Pennsylvanie remplacent également le terme « mère » par celui de « parent donnant naissance ».

Ces changements visent à satisfaire l’un des articles les plus récents de la foi progressiste : le genre n’est rien de plus qu’une question de perception de soi que les individus sont libres de changer à leur guise, sans aucune corrélation avec le sexe biologique¹, qui est en réalité enraciné dans les chromosomes d’un individu et reflété par des centaines de caractéristiques génétiques.

Seules les femmes sont physiquement capables de porter des enfants, bien que les militants pro-LGBT qui pensent différemment aimeraient réorienter la compréhension du sexe dans la société pour qu’elle ne repose plus que sur la perception. À cette fin, les médias font souvent la promotion d’histoires d’« hommes transgenres enceints » (qui sont en fait des femmes confuses) et de recherches sur la transplantation d’utérus chez des hommes qui « s’identifient » comme femmes. En l’absence de telles manœuvres sémantiques ou de machinations artificielles, cependant, toutes les « personnes donnant naissance » sont en fait des mères.

Le militantisme transgenre a généré quelques divisions au sein du progressisme sur ce point, car certaines féministes de gauche², comme l’auteur J.K. Rowling, affirment que l’adhésion à de telles fictions entraîne l’effacement des femmes réelles, une position qui a suscité la haine de ceux qui adhèrent pleinement aux dernières tendances gauchistes.

Aujourd’hui, nous sommes soumis à des concepts comme « les hommes enceints existent », a déclaré la fin de semaine dernière le sénateur américain Marco Rubio (républicain-Floride), dans des remarques qualifiées de « transphobes » par ses adversaires politiques. « À presque 10 heures aujourd’hui — pour autant que je sache — chaque être humain qui est né est né d’une femme biologique. »

« Et pourtant nous n’avons pas seulement des commentateurs, pas seulement des professeurs, nous avons les Centers for Disease Control, nous avons l’agence de Santé publique la plus importante d’Amérique qui insiste pour utiliser le terme de personnes enceintes », a-t-il poursuivi. « Eh bien je peux vous assurer que cela n’a jamais existé ».


¹« Sexe biologique » est un terme redondant, en effet, le sexe est biologique ! — A.H.

²Parce qu’il y a des féministes « de droite » ? — A.H.



Laissez un commentaire