M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

En Hongrie, désormais, les femmes songeant à avorter se feront montrer les battements de cœur de leur bébé

Par Andreas Wailzer — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Adobe Stock

14 septembre 2022 Budapest (LifeSiteNews) — Le gouvernement hongrois a publié un décret qui oblige les médecins à montrer aux femmes souhaitant avorter « les facteurs indiquant la présence des fonctions vitales de l’embryon. » Selon les articles rapportant la nouvelle, cela signifie que les femmes devront écouter le son des battements de cœur du bébé à naître.

Dans un communiqué publié lundi 12 septembre, le ministère de l’Intérieur a déclaré que « près de deux tiers des Hongrois associent le début de la vie d’un enfant aux premiers battements de cœur » et qu’avec l’équipement moderne on peut fournir des informations pertinentes aux femmes enceintes par la détection des battements de cœur au début de la grossesse. Le nouveau règlement devrait entrer en vigueur le 15 septembre.

Le fait de voir les signes vitaux d’un bébé à naître a, par le passé, fait changer d’avis des mères qui souhaitaient avorter. Un exemple récent : une femme du Texas qui a choisi de ne pas avorter après avoir vu ses jumeaux en par échographie.

Le gouvernement hongrois, dirigé par le Premier ministre Viktor Orbán, a proposé de nombreuses lois pro-famille, telles qu’allégements fiscaux et subventions pour les familles ayant plusieurs enfants. Le gouvernement a également inscrit la protection des enfants à naître dans la constitution hongroise en 2011, qui stipule que « la vie d’un fœtus sera protégée dès la conception. »

Cependant, même après que la nouvelle constitution eût promis la protection de la vie à naître, les lois hongroises sur l’avortement n’ont pas été modifiées jusqu’à présent. L’avortement est généralement légal jusqu’à la 12e semaine de grossesse et, dans certains cas, jusqu’à la 24e semaine.

Un membre du parti d’opposition de droite le Mouvement Notre Patrie s’est attribué le mérite de cette idée dans une publication sur Facebook, affirmant que le gouvernement avait adopté leur proposition. Elle l’a qualifié de « première mesure en faveur de la vie depuis la légifération de l’avortement en 1956 ».

Le nombre d’avortements pratiqués chaque année dans le pays est en baisse depuis que le parti Fidesz de Victor Orbán a pris le pouvoir en 2010. Cependant, environ 22 000 enfants à naître ont encore été tués par avortement en Hongrie en 2021.



Laissez un commentaire