M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Elon Musk : « Les contraceptifs hormonaux font grossir, doublent le risque de dépression et triplent le risque de suicide »


Elon Musk.

Par Patrick Delaney — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : YouTube

19 février 2024 (LifeSiteNews) — Elon Musk, milliardaire propriétaire de la plateforme de médias sociaux X, a fait connaître les graves dangers des contraceptifs abortifs vendredi, générant une réponse virale d’affirmation, y compris de femmes témoignant de la façon dont ces produits chimiques leur ont fait du mal.

Depuis la révolution sexuelle des années 1960, le contrôle des naissances est un élément essentiel de la culture occidentale, avec la promesse initiale de « libérer les femmes », en leur permettant d’éviter d’avoir des enfants tout en menant un style de vie sexuellement actif. Pendant des décennies, des programmes gouvernementaux de grande envergure ont servi à promouvoir ces produits chimiques abortifs dans le cadre de l’enseignement et dans d’autres contextes, de sorte qu’ils sont utilisés très couramment par les femmes et les jeunes filles dans une grande partie du monde.

« Les contraceptifs hormonaux font grossir, doublent le risque de dépression et triplent le risque de suicide », écrit Elon Musk sur X. « Le consensus scientifique est clair, mais très peu de gens semblent le savoir ».

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Le PDG de SpaceX a ensuite mis en lien un article de 2017 de Time Magazine couvrant une étude de l’American Journal of Psychiatry qui a révélé « que les femmes qui prennent des contraceptifs hormonaux - comme les pilules contraceptives, le patch, l’anneau et les stérilets hormonaux - ont jusqu’à trois fois plus de risques de se suicider que les femmes qui n’ont jamais pris de contraceptifs hormonaux ». Il a ajouté un lien vers une étude de 2018 dans le British Journal of General Practice qui corrobore également ces résultats.

En réponse, Joshua Charles, converti au catholicisme et ancien rédacteur de discours à la Maison-Blanche, a invité Musk à lire « les avertissements du pape Paul VI sur les conséquences catastrophiques de la contraception » dans Humanæ Vitæ, l’informant que ce pape « pensait qu’il s’agissait également d’une question morale ».

La commentatrice politique et animatrice de podcast Liz Wheeler, elle-même catholique, a commenté : « Ces faits sont bien établis. À suivre : Elon promeut la Théologie du corps ». Elle a également affirmé : « Les études montrent que cela perturbe tellement vos hormones que les hommes qui vous attirent lorsque vous prenez la pilule ne vous attirent plus lorsque vous ne prenez plus la pilule ».

Ashley St. Clair, commentatrice pour The Babylon Bee, a partagé le message de Musk sur X et a fait part de l’expérience éprouvante qu’elle a vécue avec ces produits chimiques dès son plus jeune âge. « J’ai été mise sous pilule à l’âge de 14 ans pour de l’acné. Quelques mois plus tard, j’ai vu mon tout premier thérapeute alors que je n’avais aucun antécédent de dépression. Peu de temps après, j’ai été mise sous antidépresseur. Chaque fois que j’ai parlé à mes médecins de la détérioration de ma santé mentale, aucun d’entre eux, en près de dix ans de pilule, n’a suggéré que cela pouvait être dû aux hormones que je prenais tous les jours. Pas un seul ».

« Rétrospectivement, après avoir été sous contraception pendant près de dix ans, être mise sous pilule pour “acné” revenait à tuer une souris avec un lance-roquettes. Bien que mon anecdote soit une histoire pour une autre fois, elle est loin d’être unique. Des centaines de milliers de femmes à travers les États-Unis et le monde ont vécu une expérience similaire à la mienne : elles se sont senties complètement perdues en prenant une pilule dont leur médecin leur avait dit qu’elle était relativement “inoffensive” ».

Les contraceptifs hormonaux, en particulier la pilule contraceptive, ont des antécédents bien documentés de dommages physiques pour les femmes qui les prennent.

En 2005, une division de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que les contraceptifs chimiques étaient des substances cancérigènes du groupe 1, la plus haute classification de cancérogénicité, utilisée uniquement lorsqu’il existe des preuves suffisantes de cancérogénicité chez l’homme.

La pilule contraceptive a été associée à des maux sociaux et à de nombreux problèmes médicaux tels que le cancer du sein, la perte de cheveux, le risque accru de diabète gestationnel, le glaucome et les caillots sanguins mortels, les accidents vasculaires cérébraux, le durcissement des artères et le cancer du col de l’utérus.

Ironiquement, ces agents chimiques ont également été associés à des dysfonctionnements sexuels chez les femmes qui en prennent et il a été constaté en 2015 qu’ils rétrécissaient, ou rendaient plus minces, deux régions principales du cerveau d’une femme qui contrôlent respectivement les émotions et la prise de décision. De plus, lorsqu’ils sont pris pendant la puberté, ces produits chimiques sont liés à des changements structurels dans ces régions du cerveau. La pilule augmente aussi les risques de développer la maladie de Crohn.

En outre, une étude de 2014 a révélé que la pilule avait un effet négatif sur l’attirance des femmes pour les hommes, et une étude de 2011 a établi un lien entre la pilule et la diminution de la mémoire des femmes.

Un type particulier de pilule hormonale destinée à traiter l’acné et la pilosité excessive chez les femmes, souvent utilisée comme contraceptif hors indication, a été impliqué dans le décès de 27 femmes aux Pays-Bas en 2013.

Des chercheurs de l’université du Missouri ont découvert en 2005 que les garçons exposés à certaines hormones synthétiques contenues dans la pilule présentaient un risque accru de cancer de la prostate et d’autres problèmes des voies urinaires plus tard dans leur vie.

En ce qui concerne l’environnement, les contraceptifs chimiques qui se retrouvent dans les cours d’eau ont également eu des effets néfastes sur la faune et la flore, entraînant la mutation du sexe de certaines espèces de poissons et la quasi-extinction d’autres.

En outre, ces produits chimiques n’ont pas pour seule fonction d’empêcher la fécondation d’un ovule par les spermatozoïdes, mais ils peuvent provoquer l’avortement de minuscules êtres humains juste après la conception, et sont donc également considérés comme des produits abortifs.

Enfin, comme cela a été démontré dans de nombreux endroits, l’utilisation du contrôle des naissances dans la culture encourage la demande d’avortement comme solution de secours lorsque ces pratiques ne parviennent pas à empêcher l’issue naturelle de la conception d’une fille ou d’un garçon.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire