M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Cardinal Müller : Que sainte Agnès nous aide à distinguer la vérité de Dieu des « mensonges du nouveau paganisme »


Sainte Agnès par Johann Schraudolph.

Par le Cardinal Gerhard Müller — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Wikimedia Commons

22 janvier 2024 (LifeSiteNews) — Ce qui suit est un sermon prononcé par le cardinal Gerhard Müller le 21 janvier, jour de la fête de Sainte Agnès. Son Éminence a prononcé le sermon au cours de la messe qu’il a célébrée à l’église San Agnese in Agnone, qui est son église titulaire à Rome.

Sermon de la fête de sainte Agnès, 2024

Le reproche fait par les juifs et les chrétiens au polythéisme antique n’est pas du tout que les païens aient tourné leur regard vers une puissance supérieure, mais qu’ils aient adoré des créatures en tant que dieux au lieu du seul vrai Dieu. Bien que chaque être humain soit capable de reconnaître l’existence de Dieu et sa puissance éternelle à partir des œuvres de la création sur la base de sa raison, la plupart des gens ont néanmoins été séduits par l’attrait du monde, de la richesse, du pouvoir et de la célébrité.

Paul résume la tragédie qui s’est déroulée au début de sa lettre aux Romains : Ils « ont changé la vérité de Dieu en mensonge », ils « ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur » (Rom. 1, 25).

Dans un monde nihiliste où prévaut la devise : « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons » (1 Cor. 15, 32), l’idéal de la vie ascétique et oblative des chrétiens doit apparaître comme un chiffon rouge sur lequel le taureau de la jouissance nue de la vie se jette avec une fureur sauvage. Ce qui était le culte des idoles dans le monde antique est aujourd’hui le culte de la personnalité des riches, des beaux et des puissants. Mais même aux oligarques frivoles du Nouvel ordre mondial et aux élites arrogantes de l’Agenda 2030, la même vérité s’applique, à savoir que la gloire du monde passera et que tous les hommes devront mourir un jour.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Et même si leurs actes néfastes étaient dissimulés par la grande presse et nous restaient inconnus, ils ne peuvent pas le rester devant Dieu et ils ne pourront pas échapper au jugement inexorable de la vérité de Dieu. « Car le salaire du péché, c’est la mort, mais la grâce de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Rom. 6, 23). Si cette parole de l’Écriture est vraie, la conclusion est la suivante : un prêtre du Christ ne peut pas bénir un péché contre la nature humaine au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Certes : Dieu aime tout le monde — mais pas toutes choses. C’est pourquoi il ne nous appartient pas d’interpréter l’amour divin, mais c’est Dieu lui-même qui révèle son amour au pécheur comme l’unique voie de la rédemption : « Je suis vivant ! — oracle du Seigneur Yahweh : je ne prends point plaisir à la mort du méchant, mais à ce que le méchant se détourne de sa voie et qu’il vive. Revenez, revenez de vos mauvaises voies ! » (Ez 33,11)

Sainte Agnès, que nous vénérons aujourd’hui, fut une martyre chrétienne lors des dernières étapes de la persécution des chrétiens dans l’Empire romain. Cette vierge martyre représente l’idéal d’une vie nouvelle dans le Christ, notre Seigneur et Rédempteur. Les catholiques du monde entier admirent l’héroïsme de cette jeune Romaine de 12 ans et la vénèrent comme sainte et comme défenseur de la jeunesse chrétienne.

À propos de la mort pieuse de sainte Agnès pour Dieu, le grand Père de l’Église, saint Ambroise de Milan, déclare : « De sorte que dans l’unique sacrifice il y a un double martyre, celui de la virginité et celui de l’adoration : elle est restée vierge et a reçu la couronne du martyre ». (De virginitate II, 9).

La véritable adoration de Dieu et la chasteté authentique de l’esprit et du corps sont interdépendantes. L’adoration des idoles du sexe, de l’argent et du pouvoir a — comme l’explique l’apôtre Paul — une conséquence autodestructrice sur nos pensées et notre comportement, qui doit aboutir à la mort morale et spirituelle :

« C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions honteuses ; car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre la nature. De même aussi les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont embrasés dans leurs désirs les uns pour les autres, les hommes commettant l’infamie avec les hommes, et recevant en eux-mêmes le salaire dû à leur égarement. Et comme ils n’ont pas montré qu’ils avaient la connaissance de Dieu, Dieu les a livrés à un sens réprouvé, de sorte qu’ils ont fait des choses qui ne conviennent pas : remplis de toute iniquité, de malice, de fornication, d’avarice, de méchanceté ; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité ; délateurs, médisants, haïs de Dieu, insolents, orgueilleux, hautains, inventeurs du mal, désobéissants à leurs parents, inintelligents, dissolus, sans affection, sans loyauté, sans miséricorde. Ayant connu la justice de Dieu, ils n’ont pas compris que ceux qui font de telles choses sont dignes de mort, et non seulement ceux qui les font, mais encore ceux qui approuvent ceux qui les font. » (Rom. 1,26-32).

Telle est l’existence dépourvue de sens que mènent les méchants sous la domination des idoles de ce monde.

La chasteté en tant que vertu chrétienne, qui découle de l’adoration du seul et unique vrai Dieu en tant que Créateur et Perfectionneur de nos vies, exprime la reconnaissance de la signification positive de la réalité physique en général et de la sexualité masculine et féminine en particulier. Dieu a en effet créé les êtres humains en tant qu’hommes et femmes. Ils ont été bénis dans le Christ avec toutes les bénédictions de son Esprit, afin qu’ils puissent manifester son amour l’un envers l’autre et qu’ils puissent transmettre la vie dans l’amour mutuel des parents et des enfants dans la succession des générations. Les époux et les parents participent ainsi à la volonté universelle de salut de Dieu.

Le fait que l’idéologie athée du genre trouble les jeunes pubères dans leur identité masculine ou féminine en les illusionnant et en les séduisant au point de se faire mutiler le corps à grands frais témoigne de la misanthropie du nouveau paganisme. Il ne faut pas beaucoup d’intelligence pour comprendre la propagande malfaisante lorsque ces crimes sont dissimulés sous l’euphémisme du libre choix du sexe.

En effet, l’être humain est une unité naturelle d’âme et de corps. En acceptant avec joie le « oui » irréductible du Créateur à mon existence dans l’espace et le temps, je peux aussi m’accepter moi-même. Je suis une créature de Dieu ; en effet, nous sommes tous fils et filles du Père, nous sommes frères et sœurs du Fils unique de Dieu, Jésus-Christ, et nous sommes amis de l’Esprit Saint.

La morale chrétienne et en particulier les 6e et 9e commandements : « Tu ne commettras pas d’actes impurs » n’ont rien à voir avec le dressage de l’animal sauvage en nous ou de nos instincts disciplinés par la raison pragmatique, comme le pensait Kant.

Tous les commandements concernant la relation de l’homme avec lui-même et avec ses semblables sont centrés sur l’amour de personne à personne. L’amour rend l’être humain parfait, qu’il vive volontairement selon son charisme dans le célibat pour le Royaume des Cieux ou selon la vocation divine dans le mariage.

« Car la volonté de Dieu est que vous soyez saints ; que vous vous absteniez de la fornication ; que chacun de vous sache posséder le vase de son corps dans la sainteté et l’honnêteté, et non en suivant les convoitises de la passion, comme les païens, qui ne connaissent pas Dieu ; et que personne à cet égard ne trompe son frère, et ne lui fasse tort, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses, comme nous l’avons déjà dit et attesté. Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. » (1 Th 4, 3-7).

Que sainte Agnès nous aide à distinguer la vérité de Dieu des mensonges du nouveau paganisme. À son intercession, nous recommandons en particulier les enfants et les jeunes adolescents, afin qu’ils découvrent le sens profond de l’humanité touchée et transformée par la grâce et la lumière de l’Évangile, et qu’en vivant pleinement la dimension de la foi, ils deviennent des témoins des réalités éternelles, du trésor incorruptible du Royaume des Cieux.

Sainte Agnès, priez pour nous ! Amen.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.