M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

C’est une erreur de tuer des bébés par avortement simplement parce qu’ils sont handicapés

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : oksix/Adobe Stock

Quand la société a-t-elle commencé à adhérer à la notion selon laquelle tuer un enfant malade relève de la « compassion » ?

Tant que l’enfant n’est pas encore né, il est considéré comme acceptable — même jusqu’au neuvième mois de grossesse — de mettre fin à sa vie par l’avortement. Soumettre l’enfant malade à une mort violente et prématurée est accepté, tandis que protéger ces innocents par des lois pro-vie est considéré comme méprisable.

Ainsi, la couverture médiatique de l’histoire tragique d’une famille de Louisiane après le diagnostic d’une anomalie potentiellement fatale chez leur enfant à naître.

Au début de sa grossesse, la mère, Nancy Davis, a déclaré que son bébé à naître avait été diagnostiqué comme souffrant d’acranie, une maladie généralement mortelle dans laquelle le crâne du bébé ne se développe pas.

Nancy Davis a déclaré avoir demandé un avortement dans un hôpital de Baton Rouge, mais celui-ci a refusé en raison de la nouvelle loi pro-vie de l’État.

« En gros, ils ont dit que je devais porter mon bébé pour l’enterrer », a déclaré Mme Davis lors d’une conférence de presse en août.

Mais au lieu de porter son bébé, elle a décidé de parcourir 2 253 km pour avorter de son enfant à naître dans un établissment de Planned Parenthood à New York au début du mois, selon le Daily Advertiser.

Pendant ce temps, des organes de presse prétendument impartiaux couvrant l’histoire de Mme Davis ont utilisé des mots comme « forcé » et « refusé » pour vilipender les législateurs de Louisiane qui tentent de protéger les bébés à naître contre les morts violentes par avortement. Cette semaine, dans le Dr Phil Show, Lila Rose, présidente et fondatrice de Live Action, a été critiquée pour avoir défendu la vie des enfants à naître.

« Tuer le bébé avant qu’il ne meure naturellement n’est jamais la solution. Cela viole le principe fondamental de la médecine : guérir ou apporter du réconfort, ne jamais nuire », a déclaré Rose à l’auditoire hostile. « La réalité est que l’avortement ne résout ni ne guérit aucun problème — il ne fait que tuer un bébé. »

Mais Ben Crump, l’avocat de Davis, a qualifié de « cruelle » la protection de la vie du bébé, déclarant à la presse en août : « Combien d’autres Nancy Davis devront endurer l’angoisse et la cruauté mentale avant que les législateurs n’éclaircissent ces lois vagues et ambiguës ? »

Bien sûr, Davis a ressenti de l’angoisse et de la douleur, comme ce serait le cas de n’importe quelle mère après avoir appris que son enfant était malade et mourant. Elle et son bébé méritent la sympathie et le soutien de la société.

Au lieu de cela, la culture pro-avortement l’a poussée à mettre fin prématurément à la vie de son enfant, lui disant que c’était plus facile et plus compatissant que de chérir le peu de temps qu’ils avaient ensemble.

La famille Davis méritait mieux. La vie de l’enfant avorté de Mme Davis était précieuse, même s’il était malade et risquait de mourir de toute façon. La mère et l’enfant méritaient d’être soutenus, comme le font les programmes de soins palliatifs périnataux. Ces programmes traitent les bébés à naître comme des êtres humains précieux tout en travaillant avec les familles, les conseillers, les médecins, les directeurs de pompes funèbres et d’autres personnes pour créer des souvenirs, soulager la douleur et faire des plans pour le peu de temps qu’ils ont ensemble.

La famille Davis méritait également de savoir que les diagnostics, surtout au début de la grossesse, sont parfois erronés, et que certaines mères avortent leur bébé à naître pour apprendre trop tard que leur enfant était en bonne santé. Une enquête récente du New York Times a révélé un taux moyen de faux positifs de 85 % pour cinq tests prénataux précoces courants.

Elles méritaient de connaître les familles qui, dans des situations similaires, ont choisi la vie. Certaines ont donné naissance à des bébés en bonne santé, malgré les prédictions des médecins, tandis que d’autres ont chéri le peu de temps qu’elles ont eu avec leurs enfants — en les tenant dans leurs bras et en leur chantant des chansons, en lisant des livres et en immortalisant sur pellicule des moments passés en famille, en assistant à des événements familiaux et à des fêtes pour montrer leur amour et leur affection à leur enfant malade avant qu’il ne meure.

Certains de ces enfants n’ont vécu que quelques minutes hors de l’utérus ; d’autres, comme Jaxon Buell, dont le cerveau n’avait qu’un cinquième de la taille qu’il aurait dû avoir, ont vécu des années avec leur famille.

Le fils de Genavive Edman, Clark, qui a été diagnostiqué avec la même condition que le bébé de Davis, est mort pendant le travail en 2015, mais elle a dit que sa vie était encore « précieuse, miraculeuse, valable et belle ».

« Si vous avez reçu la nouvelle que la vie de votre bébé ne sera pas longue ou est inexistante selon les normes de la société, ne laissez pas sa vie vous être enlevée trop tôt », a écrit Edman après coup sur son blogue.

Notre culture pro-avortement laisse tomber des familles comme celle des Davis en leur disant qu’elles devraient abréger la vie de leur enfant malade, les privant ainsi du peu de temps qu’elles ont ensemble. L’enfant de Nancy Davis avait de la valeur, quel que soit sa maladie ou son âge.

Comme Rose l’a dit plus tôt cette semaine : « Les lois sont destinées à protéger les faibles. Dans une société, qui est le plus faible ? ... Un enfant. Les enfants n’ont pas de voix, ils ne peuvent pas parler. Que vous viviez 10 minutes, 10 ans ou 100 ans, vous êtes une vie humaine, et vous avez le droit de ne pas être tué. »



Laissez un commentaire