M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Bombes incendiaires, menaces, intimidations : le visage ignoble des États-Unis pro-avortement


Manifestants pro-avortement portant le costume du Handmaid's Tale dans la cathédrale de Los Angeles.

Par Jonathon Van Maren — Traduit par Campagne Québec-Vie

11 mai 2022 (LifeSiteNews) — Nous sommes maintenant face au Roe de Schrodinger : nous ne savons pas encore si Roe v. Wade est vivant ou mort. Mais ce que nous savons, grâce à la fuite de Politico, c'est comment les partisans du sacrement sanglant de la révolution sexuelle vont réagir. Les militants de l'avortement partent en guerre pour le droit de tuer, et le masque est tombé.

Le bureau de Wisconsin Family Action a été attaqué au cocktail Molotov le jour de la fête des mères, les incendiaires ayant peint à la bombe sur le mur « Si l'avortement n'est pas sûr, alors vous n'êtes pas en sûreté non plus ». Dimanche, des militants en faveur de l'avortement ont manifesté devant des églises ; certaines églises, dont des bâtiments au Colorado et à Houston, ont vu leurs portes couvertes de graffitis en faveur de l'avortement. La cathédrale St. James de Seattle a été prise pour cible ; des militants déguisés en personnages de The Handmaid's Tale ont été expulsés d'une église catholique de Los Angeles.

L’attaque à la bombe incendiaire aurait été perpétrée par un groupe radical pro-avortement appelé Jane's Revenge, qui a averti que d'autres sont à venir : « Le Wisconsin est le premier point chaud, mais nous sommes partout aux États-Unis, et nous ne lancerons pas d'autres avertissements. » Selon le journaliste européen Robert Evans de Bellingcat, Jane's Revenge « lance un ultimatum de 30 jours à toutes les organisations anti-choix et aux fausses cliniques [centres d’aide aux femmes enceintes] pour qu'elles se dissolvent. Ils affirment avoir la capacité d'atteindre plusieurs États et répètent que l'attaque dans le Wisconsin n'était qu'un « avertissement ». Ils concluent en précisant qu'ils sont constitués de plusieurs organisations : « Nous sommes dans votre ville. Nous sommes dans toutes les villes. Votre répression ne fait que renforcer notre complicité [sic] et notre détermination. »

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Ces menaces donnent aux manifestations devant le domicile des juges de la Cour suprême un caractère particulièrement dangereux. Des partisans de l'avortement se sont rassemblés devant le domicile du juge Samuel Alito en Virginie, bouillonnant de colère ; le juge en chef John Roberts et le juge Brett Kavanaugh ont également reçu des manifestants devant leur domicile dans le Maryland. Un projet de loi bipartisan présenté par les sénateurs Chris Coons et John Cornyn visant à assurer la sécurité des juges et de leur famille devrait bientôt arriver sur le bureau de Joe Biden. Le juge Clarence Thomas a déclaré que les juges « ne se laisseront pas intimider ».

Assister à ce déferlement collectif de rage et d'hystérie, c'est réaliser, une fois de plus, que depuis près de cinquante ans, un certain type de société a été acheté avec le sang des enfants à naître. Comme l'a noté Matthew Walther dans le New York Times, l'annulation de Roe va bouleverser bien plus que l'industrie de l'avortement. Non seulement les modes de vie, mais aussi des pans entiers de l'économie sont rendus possibles par l'industrie de l'avortement. La possibilité que tout cela disparaisse provoque des personnes déjà idéologiquement engagées dans l'idée que la violence peut être justifiée dans certaines circonstances, et l'été de BLM/Antifa nous a montré que lorsque leur rage est déclenchée et que leur ferveur idéologique brûle, des villes américaines peuvent être incendiées.

L'Amérique pro-avortement nous montre qui elle est. Un exemple est frappant : une courte discussion de groupe sur la fuite de Roe qui a été diffusée sur MSNBC. Pour une raison quelconque, on a demandé à la prétendue comédienne Laurie Kilmartin ce qu'elle en pensait, et elle l'a fait. « J'aimerais découvrir qui est l'auteur de la fuite pour pouvoir faire l'amour avec cette personne parce qu'elle est un héros pour moi », a-t-elle déclaré sous les rires de l'animateur et des invités. « Si le divulgateur est un républicain et que je tombe enceinte pendant nos ébats, j'avorterai joyeusement de notre fœtus et je le ferai savoir. »

C'est le visage ignoble de l'Amérique pro-avortement. Le mouvement pro-vie s'oppose à une idéologie véritablement diabolique, et nous ne devons pas l'oublier. Je pense qu'on nous le rappellera encore plus dans les jours à venir.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire