M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Entretien avec une participante aux 40 jours pour la vie à Montréal à paraître sur les Francs-Tireurs (Télé-Québec) -- Audio

N.B. À la demande de Télé-Québec, nous avons retiré le fichier.

Vous pouvez visionner l'entretien ici --c'est vraiment un montage de photos avec audio--à peu près 5 minutes de la fin. C'est après le segment qui s'appelle "Petites vies".

Laissez un commentaire

Photos de la cérémonie de clôture des 40 jours pour la vie à Montréal


Clément Custeau (1939-2009)

Clément Custeau, membre du conseil executif de Campagne Québec-Vie, est décédé lundi. Il avait 70 ans.

Campagne Québec-Vie le remercie du fond du coeur pour tous ses efforts et pour son amour et son souci des enfants à naître et de leurs parents. Il va profondément nous manquer.

CUSTEAU, CLÉMENT

1939 - 2009

À Montréal, le lundi 2 novembre 2009 est décédé, à l´âge de 70 ans, CLÉMENT CUSTEAU époux de Yvonne Boulanger. Outre son épouse il laisse dans le deuil ses enfants: Alain (Manon), Chantal et Christian (Mélanie), ses petits enfants: Nellia, Etienne, Edmond et Emile, ses soeurs: Jeannette et Monique, ses frères Ernest, Aimé, Marcel et Jean-Luc,ainsi que ses beaux-frères et belles-soeurs, neveux et nièces, parents et amis.

La famille vous accueillera au Complexe funéraire Magnus Poirier situé au 10300, boul. Pie-IX à Montréal , le vendredi 6 novembre 2009 de 14:00 à 17:00 et de 19:00 à 22:00 ainsi que le samedi à compter de 10 heures.

Les funérailles seront célébrées le samedi 7 novembre 2009, à 13:00 en l´église Ste-Colette et de là au Le Repos St-François D´Assise.

Au lieu de fleurs, des offrandes de messes seraient appréciées.

Laissez un commentaire

Euthanasie : vœux pieux des médecins

La lettre ci-dessus a été écrite par Isabelle Bégin, de l'organisme Respect de la vie: mouvement d'éducation (RVME).

Selon le Collège des médecins du Québec, l'euthanasie constitue un "soin de fin de vie approprié" dans certains cas "exceptionnels", aux tous derniers jours d'une maladie terminale comportant une souffrance prolongée ou difficile à traiter. Il faut absolument que les médecins comprennent que malgré leurs bonnes intentions de limiter l'euthanasie à ces cas, ce sera impossible de le faire. C'est du tout ou rien car limiter l'accès à l'euthanasie à certains groupes serait absolument discriminatoire. Si on ouvre la porte à un groupe, toute personne, souffrant de n'importe quelle souffrance, physique ou psychologique, de n'importe quel âge, devra y avoir accès. Ce alors que l'euthanasie n'est aucunement requise aujourd'hui. Il existe, pour les cas "exceptionnels" dont ils parlent, la sédation palliative, soit un sommeil provoqué. Il ne s'agit nullement là d'euthanasie. Le fait d'administrer de la morphine pour soulage la douleur n'est aucunement, non plus, de l'euthanasie. Ainsi, ne vous laissez pas endormir par des vœux pieux qui ne sont aucunement réalisables. L'euthanasie et le suicide assisté, c'est du tout ou rien. Il n'y pas de "légifération pour l'exception" possible. Une fois la porte entrouverte un tant soit peu, on ne pourra jamais la refermer ni freiner son ouverture. 

Je suis d'accord avec elle, mais je dirais qu'elle ne vas pas assez loin: Non seulement qu'avec la légalisation de l'euthanasie nous ouvririons la porte à l'euthanasie sur demande, sans discrimination (y compris le cas d'une personne dépressive qui refuserait tout traitement--même un ado dépressif, car il serait difficile de permettre à quelqu'un de voter mais de lui refuser un "service médical"), l'euthanasie est complètement incompatible (lien ouvre un PDF) avec l'existence de soins palliatifs de qualité. Donc si nous légalisons l'euthanasie, on peut douter de la qualité des soins qui seront offerts aux personnes malades qui veulent vivre (voir aussi "Faut-il tuer mémère?")

 

Et ne parlons même pas de ce que ce non-respect de la vie humaine ferait à l'estime de soi des personnes handicapées et vulnérables dans notre société, qui verrons leur dignité questionnée ("Pourquoi cette personne s'acharne-elle à vivre et à nous coûter des $$$? Pourquoi ne "part"-elle pas "dignement"?) Si les services palliatifs disparaissent là ou l'euthanasie est légale, pourquoi ne disparaîtrait-il pas d'autres services coûteux offerts aux personnes atteintes d'une maladie chronique, ou pourquoi ne verrions nous pas une diminution des pensions offertes aux personnes handicappés? Ne serait-il pas plus convenable pour ces personnes de "mourrir dignement", puisqu'elles ne sont qu'un fardeau pour la société, et ne serait-il pas juste leur orgueil qui les porteraient à s'acharner à vivre?

Ne parlons pas non plus des morts "accidentelles" (on dit que 1000 patients auraient été euthanasiés sans permission aux Pays-Bas). D'ailleurs, nous voyons déjà dans les sondages que les gens sont très inquiêts des abus possibles, en dépit de toutes les "balises" qu'on pourrait mettre en place.

Ne parlons pas non plus de la confusion totale qui règne quand à la définition même du mot "euthanasie", qu'on s'efforce à confondre avec le refus de l'acharnement thérapeutique. Personne n'est pour l'acharnement thérapeutique. Mais de refuser des traitements onéreux n'est pas l'euthanasie, car une personne qui refuse un traitement meurt de sa maladie, et non d'une intervention directe par un médecin.

Bref, si nous parlions des vrais enjeux de l'euthanasie, des vrais dangers, des vrais responsabilités que nous avions envers les personnes âgés, vulnérables, ou handicappés, nous verrions que l'euthanasie n'est jamais la solution, mais l'accompagnement à la mort, et un bon et efficace traitement palliatif de la douleur à la fin de la vie, l'est.

Laissez un commentaire

Le meilleur site du développement du foetus (à date)

Allez voir ça. (Désolé, le lien est maintenant fonctionnel)

Laissez un commentaire

Analyse: distorsions et opinions biaisées chez Radio Ville-Marie concernant Développement et Paix

Radio Ville-Marie a écrit un court article sur le scandale Développement et Paix. D'après cet article, il semble que tout va bien chez Développement et Paix, qu'ils n'ont jamais fait ce dont on leur avait accusé, c'est à dire d'avoir accordé des fonds à des groupes qui étaient promotteurs de l'avortement. En plus, on nous donne bien l'impression que les accusations étaient sans fondement, car elles venaient de groupes "fondamentalistes" "pro-life".

Il s'agit d'un billet qui ne présente pas tous les faits. En fait, Développement et Paix est embourbé dans un scandale, et il doit être réformé.

Sans aucun doute, l'organisme Dévelopment et Paix a un beau mandat, inspiré largement de l'encyclique du pape Paul VI "Populorum Progressio" ("Sur le développement des peuples"). Sans aucun doute, non plus, qu'ils auraient, au cours des 40 dernières années, des instances ou le travail ait été bien fait par eux, même très bien fait. Donc on ne serait pas surpris que les évêques canadiens, présentement assemblés à Cornwall, déclarerait qu'ils "croient au projet de Développement et Paix et apprécient l’excellent travail de cet organisme au fil des ans". C'est à dire, ils croient au projet, et non nécéssairement à la façon dont le projet aurait été réalisé ces dernières années.

Comme je l'ai indiqué dans un billet antérieur, Développement et Paix sont embourbés dans un scandale. Ils donnent, selon toute évidence, des fonds à des groupes qui prônent l'avortement dans le tiers monde. Des allégations très documentés, et aucun vrai suivi n'a à date été fait.

Aussi, bien après le rapport qui aurait conclu que les accusations seraient "sans fondement", l'archévêque Collins de Toronto avait déclaré, le 23 juillet de cette année, soit presqu'un mois après ledit rapport, qu' « …en cette année qui vient, on a besoin d’entreprendre une révision globale de [Développement et Paix], qui inclut son mandat, sa gouvernance et sa structure organisationnelle, ses règles et son protocole appliqués aux projets de financement, et les instruments de communication reliant Développement et Paix et les évêques canadiens. »

En plus, Monseigneur Currie, un des co-auteurs du rapport qui aurait déclaré les accusations de LifeSiteNews "sans fondement", s'est ravisé tout dernièrement, après avoir passé en entrevue avec LifeSite à Cornwall. Il déclare "que j'aurais du faire plus de suivi" ("I should have followed up more"), après avoir lui même vu les preuves contre D&P.

Finalement, surtout avec les énoncés émis par les évêques, il faut savoir lire entre les lignes. Les évêques on déclarés, selon Radio Ville-Marie, que D&P devront "revoir la mise en œuvre de son mandat à la lumière de "Caritas in veritate"". Mais qu'est-ce que Caritas in veritate aurait à contribuer, exactement, à la mise en oeuvre du mandat de D&P?

Soulignons la mention dans Caritas in veritate (section 15) de "Humanae vitae", un autre encyclique de Paul VI, celui-ci sur l'éthique sexuelle. Nous voyons que le pape Benoit XVI veux lier populorum progressio, ce qui aurait inspiré D&P, et Humanae Vitae, ce que D&P, en accordant des fonds à des groupes pro-avortement, aurait ignoré. Caritas in veritate enseigne que l'ouverture à la vie est un fondement nécéssaire à tout dévelopment. Donc le pape rappelle à ses fidèles (dont, présumément, D&P) qu'on ne peux encourager le développement et la paix sans appeler à la responsabilité sexuelle, qu'on ne peux promouvoir le développement et la paix sans protéger la vie de l'enfant à naître.

Il sera bon que D&P se rappelle de cette vérité, et qu'il l'applique, en s'assurant que jamais ses fonds ne soient accordés à des groupes pro-avortement.

Et en ce qui concerne Radio Ville-Marie et ses références à des groupes "pro-life" "fondamentalistes", j'aimerais simplement demander: qu'est que veulent dire toutes ces étiquettes, comme si on pouvait s'en servir à la place d'arguments? D'ailleurs, ne savent-ils pas que l'Église catholique déclare que l'avortement est un mal intrinsèque, donc inconditionnel--ne serait-ce là une opposition "fondamentale" à l'avortment? (voir, entre autres, le catéchisme de l'église catholique, 2270.)

Laissez un commentaire

Développement et Paix: collaborateurs avec les promotteurs de l'avortement au tiers-monde, selon LifeSiteNews

Je l'ai noté auparavant: Développement et Paix (D&P) a besoin d'être réformé, car, selon les recherches minutieuses de l'organisme LifeSiteNews, il accorde des fonds a des groupes qui font la promotion de l'avortement. En voici une autre preuve, celle-ci incontournable, et de plus, très facile à obtenir: LifeSiteNews n'avait qu'à fureter pour quelques minutes le site de D&P. Voici une vidéo qui dans moins de 5 minutes nous mène de la page d'accueil de D&P à la preuve que D&P accorde des fonds à des groupes pro-avortement. Fascinant, mais surtout très inquiétant.

J'implore tous les lecteurs de ce blog de refermer le livret de cheques et de ne faire aucun don à D&P jusqu'à ce qu'il ait chez Dévelopment et Paix une révision complète des procédés par lesquels D&P décident à qui ils accordent leur argent. J'implore aussi les évèques qui sont présentement assemblés à Cornwall qu'ils forment un comité d'étude et de réforme de Dévelopment et Paix.

Développement et Paix doit être réformé. Dans sa politique d'appui financier, il doit y avoir un critère qui stipule qu'aucun de leurs fonds ne doit aller à des organismes qui font la promotion de l'avortement. Développement, paix, et ouverture à la vie vont ensembles, ou tombent ensembles, comme le dit le pape lui même dans sont plus récent encyclique:

L’ouverture à la vie est au centre du vrai développement. Quand une société s’oriente vers le refus et la suppression de la vie, elle finit par ne plus trouver les motivations et les énergies nécessaires pour œuvrer au service du vrai bien de l’homme. (Caritas in Veritate, 28)

Laissez un commentaire

Un avortement qui tourne mal

Un avortement à 14 semaines de grossesse qui tourne mal. Pour la mère... Mais selon moi, tout les avortements tournent mal pour l'enfant tué.

Pour ce qu'a l'air l'enfant à naître à 14 semaines. Ou bien ici (la 4e image est à 16 semaines).

Laissez un commentaire

Non à l'euthanasie et au suicide assisté: Aucune condition particulière ne les justifie

Ce qui suit s'agit d'une version abrégée d’un mémoire présenté au Collège des médecins du Québec le 30 août 2009 par Joseph Ayoub, m.d. André Bourque, m.d, Catherine Ferrier, m.d., François Lehmann m.d., et José Morais,m.d.. Le mémoire a aussi reçu l’appui d’un nombre significatif de médecins de la province de Québec.

Le débat sur la dépénalisation de l’euthanasie et du suicide assisté ne cesse de ressurgir au Canada et au Québec depuis les derniers vingt ans. Le mouvement en faveur de l’euthanasie motive son instauration sur la nécessité de respecter l’autonomie et la « dignité » de la personne. Nos tribunaux ont été interpellés sur quelques cas particuliers au cours des dernières années et la Cour Suprême du Canada a réaffirmé la valeur intrinsèque de la vie humaine et les limites imposées à l’autonomie de la personne qui souhaite mettre fin à ses jours. Le mouvement en faveur de l’euthanasie s’est donc retourné vers la seule issue légale possible: le parlement du Canada et l’amendement du droit criminel. Le Projet de loi C-384, présenté par Mme Francine Lalonde, députée du Bloc Québécois, en est la plus récente manifestation.

L’adoption du projet de loi C-384 rendrait légal l’euthanasie et le suicide assisté au Canada. Puisque nous allons tous un jour connaître la mort, la question soulevée est au cœur de ce que nous pouvons avoir comme conception de la personne. Elle interpelle toute la société. Les enquêtes d’opinion sur l’euthanasie sont difficiles à interpréter mais une constante demeure: celle du désir des personnes de se voir entourées et soutenues, et épargnées de la douleur et des souffrances terminales. Certes, lorsqu’on demande aux personnes si elles sont favorables à l’euthanasie dans le cas où une personne n’est pas soulagée de douleurs atroces, il est prévisible que la majorité des individus vont répondre que oui. Cela place les individus devant le choix entre l’euthanasie et une absence de soins appropriés pour le soulagement de la douleur, et donc de choisir l’euthanasie comme modalité de soulagement de la douleur. Pendant que le débat des dernières années sur l’euthanasie s’est poursuivi, des milliers de patients sont décédés de diverses maladies terminales sous les soins de personnels compétents, et avec l’entourage de la famille et de bénévoles. Nos hôpitaux et autres établissements de santé ont au cours des 30 dernières années développé des services de soins palliatifs tels qu’il n’y en avait jamais eu auparavant. Il reste encore beaucoup à faire, particulièrement pour la catégorie des patients atteints de maladies chroniques et qui n’ont que quelques mois ou quelques années de vie devant eux. Les questions éthiques entourant les soins proportionnés, l’acharnement thérapeutique, l’interruption de traitement et le soulagement de la douleur sont quotidiennement au cœur des discussions dans les milieux d’enseignement et de pratique de la médecine.

La très grande majorité des malades qui terminent leur vie dans un état de diminution physique et psychologique arrivent à la fin naturelle de leur vie dans un environnement de soutien et de palliation bien supérieurs à tout ce qu’on avait connu auparavant. Nous sommes encore loin des limites de ce que peuvent offrir les soins palliatifs. Les avancées pharmacologiques et les moyens thérapeutiques de la radio-oncologie et de la chirurgie oncologique permettent de soulager les malades de beaucoup de malaises pour lesquels on n’avait auparavant que peu de solutions. La maîtrise de la douleur est certes parfois incomplète dans les états terminaux et il arrive qu’on ne puisse l’obtenir sans des effets secondaires de sédation, que le malade ne souhaite pas. Il est considéré une bonne pratique médicale et même une obligation d’utiliser les opiacés et tout l’arsenal analgésique disponible dans l’intention d’apaiser le plus possible la douleur du malade, même si c’est au prix d’abréger ses jours par les effets secondaires de la médication (ce qui est très rarement le cas). Depuis les dernières années, des pratiques d’induction du sommeil sont venues compléter l’arsenal thérapeutique pour les plus rares cas de douleur très mal maîtrisée.

Pour reprendre les mots de l’éthicienne Margaret Somerville, c’est la douleur qu’il faut tuer, pas le malade. La pharmacologie et les autres modalités de la médecine et de la chirurgie feront encore des avancées dans le soulagement de la douleur, mais la souffrance existentielle du malade atteint d’une maladie terminale demeurera toujours un phénomène lié à notre humanité, à notre quête de sens pour nos tourments immédiats, à nos croyances sur l’au-delà: souffrance et humiliation de se voir diminué physiquement et mentalement, de se voir dépendant et de se considérer un poids pour les autres, humiliation de devoir se plier à recevoir de l’aide pour les besoins de l’hygiène, peine de devoir quitter ceux que l’on aime, peine d’être témoin des souffrances des proches. Plus que les douleurs « incoercibles », c’est cette souffrance qui peut amener le malade dont les jours sont comptés à sombrer dans le découragement ou la dépression et à demander que l’on abrège ses jours. La grande majorité de ces malades trouveront un réconfort dans leur souffrance par la sollicitude de l’entourage ou parfois par la médication antidépressive. La pratique démontre aussi que la demande à mourir est une sorte de cri du cœur qui est le plus souvent un appel à la sympathie et ne représente pas une demande concrète d’euthanasie.

Il demeure qu’il y aura toujours dans nos sociétés le problème des personnes atteintes de maladies terminales et dégénératives sévères, qui voient venir les complications de leur maladie, qui ne sont pas nécessairement déprimées, qui bénéficient de beaucoup de support et de soins mais qui voudraient mettre fin à leurs jours en un temps et un lieu, et qui ne sont pas capables de le faire seules. Ces personnes ne voient plus de sens à ce qui leur reste à vivre naturellement, et l’échéance naturelle avant leur mort est parfois longue. Les personnes qui demandent l’euthanasie dans ces circonstances ne sont pas nombreuses dans notre société et la majorité de ceux et celles qui ont une condition physique semblable à la leur ne souhaitent nullement mettre fin à leurs jours. Il ne sera jamais possible de discriminer en fonction de l’âge et de la sévérité de l’atteinte ou de l’espérance de vie dans ce groupe de personnes car ce qui est véritablement en jeu est le droit au suicide. Or notre société a choisi pour de très bonnes raisons, que la personne suicidaire et qui est capable de poser un geste de suicide, peut être retenue de passer à l’acte.

C’est le sort de ces personnes, que la souffrance mène à demander qu’on les aide à abréger leurs jours, qui motive le mouvement en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté. Nous ne devons pas nier que ces situations existent ni affirmer que ces personnes sont toutes déprimées ou inaptes à donner un consentement éclairé à leur demande. Ces personnes doivent être entendues et aidées le plus possible, mais leur demande demeure pour nous absolument irrecevable.

Il y a aussi un autre groupe de patients dont le sort nous interpelle: celui des malades en voie de mourir et dont l’agonie n’en finit plus. Les derniers mois et les dernières semaines de la vie sont pour certains malades un lent atterrissage où les organes fléchissent les uns après les autres, où la peau se détériore, où il vient un temps que l’esprit n’y est plus, et où les fonctions vitales ne tiennent qu’à un fil. Les soins sont toujours exigeants pour le personnel et les familles s’épuisent de veiller le malade, ne demandent qu’à voir arriver la fin et demandent parfois au médecin d’intervenir. La tentation en pareilles circonstances serait d’autoriser le médecin à mettre un terme à l’agonie. La frontière entre la palliation et l’euthanasie peut sembler ténue pour certains puisque la distinction entre l’une et l’autre sera dans l’intention du geste et non pas dans ce qu’il comporte. L’interdit total de l’euthanasie doit cependant demeurer même dans ces situations.

En terminant nous retenons 9 arguments pour lesquels l’euthanasie et le suicide assisté ne devraient jamais être dépénalisés au Canada

  1. Les demandes d'euthanasie disparaissent lorsque la famille et le patient reçoivent le support ou les soins qui leurs sont dus. La pratique de la médecine nous enseigne que les patients qui expriment le désir de mourir le font le plus souvent parce qu’ils ont besoin de réconfort, qu’ils sont déprimés, ou que leur douleurs et leurs symptômes ne sont pas bien contrôlés. Pour la très grande majorité, les bons soins médicaux, le traitement de la dépression ou l’approche palliative sont les solutions à leur demande. Les patients qui demandent à mourir changent aussi souvent d’idée avec le temps. Souvent la demande origine non pas des malades, mais plutôt des familles qui sont épuisées, alors que le malade, lui, n’a pas demandé qu’on hâte sa mort : le plus souvent, lorsque la famille est mieux épaulée, la demande disparaît. Quand il y a de la souffrance, il vaut mieux chercher de trouver un sens à la vie qui reste, développer des stratégies pour faire face aux questionnements existentiels et travailler pour les soins optimaux, que de trouver un raccourci vers la mort.
     
  2. Le médecin à tout à sa disposition pour soulager n'importe quelle souffrance physique. Faire mourir le patient n’est pas une solution humaine pour soulager les situations dramatiques de douleur ou de souffrance terminales : le médecin a toujours le devoir de faire mourir la douleur, et non pas de faire mourir le patient. La proposition d’euthanasie marque un refus de confiance à l’égard des progrès de la science médicale. Il n’y a pas de limites imposées au médecin lorsqu’il met en œuvre les moyens pour soulager la douleur. Ces moyens sont larges, accessibles, de plus en plus élaborés et progressent sans cesse. Dans les cas extrêmes, la sédation profonde qui fait dormir le malade peut même être une solution ultime pour le soustraire aux souffrances jusqu’à ce qu’il meure de causes naturelles. En présence d’états terminaux il n’y a pas d’obstacles à l’arrêt des traitements jugés futiles ou disproportionnés par le patient ou par le médecin. Il existe toujours des issues, même pour les cas plus complexes. Il n’y a pas de questions taboues sur la mort au sein de la profession médicale. Le questionnement sur l’acharnement thérapeutique et l’interruption des traitements futiles ou disproportionnés, les refus de traitement par les patients autonomes, sont au cœur de la clinique et sont abordés ouvertement et sereinement par les médecins en pratique et dans le cadre des programmes de formation. Les médecins connaissent bien la frontière qui existe entre le soulagement de la douleur et l’euthanasie.
     
  3. Une modification de nos lois pour satisfaire à un petit nombre mettra en péril la vie d'un beaucoup plus grand nombre. Il y a néanmoins des personnes qui revendiquent sérieusement ou avec insistance l’euthanasie ou le suicide assisté. Elles sont très peu nombreuses. Les demandes sont généralement liées à la personnalité de l’individu et au besoin qu’il ressent de contrôler sa vie… et sa mort. La très grande majorité des personnes dans une situation similaire à la leur ne demandent pas qu’on intervienne pour abréger leurs jours. La liberté et l’autonomie de la personne s’arrêtent là où elles empiètent sur celles des autres membres de la société. Une modification de nos lois pour satisfaire la demande de ce petit nombre de personnes mettra en péril la vie d’un beaucoup plus grand nombre, qui n’étaient même pas initialement visées. L’expérience des quelques pays qui se sont aventurés dans la voie de l’euthanasie et du suicide assisté démontre que les pratiques deviennent vite ingérables malgré la mise en place de contrôles et de balises : les protocoles ne sont pas respectés, les consentements non obtenus, les pressions des familles se font fortes et difficiles à gérer. Des personnes qui ne le demandaient pas sont mises à mort.
     
  4. La dépénalisation de l’euthanasie est une « pente » qui mène inévitablement vers un glissement plus large, difficile à contrôler. Les médecins dans les pays où l’euthanasie est légale en ont l’expérience. Dès qu’on accepte de faire mourir les patients dans un état terminal et qui le demandent, on devient confronté à la demande des malades avec des handicaps et des atteintes chroniques qui les minent, puis à celle des patients avec des atteintes psychologiques, puis à s’interroger sur le sort des nouveaux-nés fortement handicapés…qui ne demandent pas à mourir. Des personnes même jeunes et atteintes de maladies chroniques invoqueront les chartes pour qu’on ne discrimine pas envers elles dans leur demande de suicide assisté, et qu’on les aide donc à mettre fin à leurs jours. Accepter que donner la mort peut être une solution pour un problème ouvre la porte à donner la mort pour cent autres. L’euthanasie deviendra une « issue thérapeutique » vers laquelle des personnes se tourneront pour soulager leurs souffrances, alors qu’il y a beaucoup d’autres options.
     
  5. La dépénalisation de l’euthanasie et du suicide assisté engendrerait des pressions indues sur les personnes avec des atteintes chroniques, des handicaps sévères, ou les personnes qui doivent recevoir beaucoup d’aide ou des traitements coûteux: ces personnes en viendraient à avoir le sentiment qu’elles sont un fardeau indu pour les proches ou la société, et qu’elles devraient considérer l’euthanasie ou le suicide assisté. L’euthanasie aura des retentissements défavorables sur les attitudes sociales envers les personnes gravement malades, avec des handicaps, ou d’un âge avancé.
     
  6. Ni la maladie, ni la déchéance physique ou psychologique, ni la douleur, ni la souffrance, ni la perte d’autonomie ne diminuent la dignité fondamentale de la personne. La personne n’est pas indigne du fait qu’elle dépend des autres chroniquement ou lorsqu’elle se meurt. La solution pour assurer le « mourir dans la dignité » demeure avant tout dans l’approche palliative compétente, le respect, l’accompagnement et la tendresse envers ces personnes.
     
  7. Pour donner une "droit à la mort" au patient on doit donner un "droit de tuer" au médecin. La dépénalisation de l’euthanasie et du suicide assisté repose entièrement sur une participation de la profession médicale ; ultimement c’est le médecin qui est appelé à porter un jugement sur l’utilité de préserver la vie ou d’y mettre fin : il se voit imposé un rôle d’arbitre. Il en résulte une perte de l’autonomie des patients, au profit d’un accroissement de pouvoir de la profession médicale sur les personnes. Pour donner un « droit à la mort » au patient on doit donner un « droit de tuer » au médecin. Il s’ensuit une érosion de la relation médecin-patient, le médecin n’étant plus seulement celui qui guérit, soulage ou réconforte, mais aussi celui qui donne la mort. La mise à mort devient alors une « option thérapeutique » de la profession médicale au même titre que les autres traitements médicaux ou chirurgicaux, ce qui érode le lien de confiance envers toute la profession médicale.
     
  8. Le médecin qui participe au suicide encouragera par son geste le suicide au niveau de la société. Bien que le suicide soit parfois revendiqué comme une liberté, il demeure avant tout un drame personnel fondamentalement contraire à la nature humaine et un échec de la société. Le suicide n’est jamais sans retentissement sur les autres personnes et sur toute la société. La réponse médicale face aux tentatives de suicide a toujours été de venir en aide à la personne : elle doit le demeurer. Le médecin qui participe au suicide encouragera par son geste le suicide au niveau de la société.
     
  9. L’interdit de l’euthanasie et du suicide assisté de la tradition hippocratique est plus que millénaire. Il a été une valeur forte de générations de médecins qui y ont adhéré. Il demeure empreint de sagesse et de compassion et mérite d’être défendu avec fermeté.

 

Laissez un commentaire

ALEA JACTA EST -- Le sort en est jeté!

Tous les médias annoncent fièrement que 75% des médecins spécialistes du Québec sont favorables à la légalisation de l’euthanasie.

Le président de la Fédération, le Docteur Gaëtan Barette, proclame haut et fort que « l’euthanasie est rendue à un point aujourd’hui qui est presque identique à celui où se trouvait l’avortement il y a 21 ans. C’est exactement le même débat » (La presse, 14 octobre 2009).

Nous voilà donc dans le vif du sujet. Quand le bon docteur très favorable à l’euthanasie et partisan indéfectible de l’avortement déclare qu’il faut faire un grand débat de société au Québec sur cette question, cela me fait bien rire. Les dés sont pipés d’avance. Les médecins, les sondages populaires, les médias et les groupes de pression, tous sont maintenant en accord avec la légalisation de l’euthanasie.Quand le bon docteur nous endort avec le somnifère des balises et de l’encadrement de l’euthanasie pour éviter les débordements, ça me fait bien rire. Comme dans le dossier de l’avortement, toutes ces belles balises finiront par tomber les unes après les autres pour en arriver à l’euthanasie sur demande d’ici quelques années.

En regardant les nouvelles TVA à 12 heures le 13 octobre 2009, j’ai été interpellé par Justine Farley, la sage présidente de l’association des médecins spécialistes en soins palliatifs, qui n’a pas eu peur de répondre au docteur Barette. Elle a très bien expliqué qu’il faudrait donner aux grands malades des soins palliatifs de première qualité plutôt que de leur proposer l’euthanasie. Elle a insisté sur le danger d’ouvrir toute grande la porte à l’euthanasie sur demande, comme le souhaite nos grands promoteurs de la culture de la mort. Elle nous a informés que seulement un dixième des malades en phase terminale peut actuellement bénéficier au Québec de soins palliatifs.

La solution finale et populaire ne serait-elle pas l’occasion rêvée pour le gouvernement de se débarrasser de tous ces malades qui coûtent très cher au système de santé en faillite?

Voilà pourquoi, on met l’accent sur l’euthanasie plutôt que sur les soins palliatifs. Nous sommes en face d’un faux débat.

Nous avons accouché d’une société décadente où tous les dérapages sont maintenant permis. L’euthanasie sera-t-elle bientôt banale, normale et acceptable, comme l’avortement ?

Alors, je dis au Docteur Barette : « Faites-moi rire avec une belle législation qui éviterait les abus ». Quelle naïveté !

Dans notre société postmoderne, le relativisme et le nihilisme sont des valeurs à la mode. Mon corps m’appartient, alors je veux avorter quand je le déciderai et je veux également déterminer l’heure de ma mort. Quant à un véritable débat de société sur cette question fondamentale: alea jacta est— « le sort en est jeté » !

Voir aussi: Non à l'euthanasie et au suicide assisté: Aucune condition particulière ne les justifie

Laissez un commentaire