M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Au Québec l’État empiète sur le droit parental

Par Geneviève De Vriendt (Campagne Québec-Vie) — Photo : Kostia/Adobe Stock

Le projet de loi 15 adopté le 1er février à l’Assemblée nationale du Québec, a bousculé la structure des familles québécoises.

Le 10 février dans une lettre publique transmise au gouvernement sur le projet de loi 15, qui modifie la Loi sur la protection de la jeunesse, les Directeurs de la protection de la jeunesse et Directeurs provinciaux du Québec ont affirmé que, « L’intérêt de l’enfant doit venir en premier, avant même le droit de ses parents, dans toutes les décisions qui le concernent. »

Voici ce qu’en pense Alain Pilote dans un article de Vers Demain (page 4) :

« La primauté de l’intérêt de l’enfant ». Ces paroles ont soulevé beaucoup d’inquiétude parmi les familles, à savoir si Québec allait remettre en question la primauté parentale. Eh bien, la conférence de presse du ministre Carmant le 1er décembre n’a pas dissipé ces craintes mais les a plutôt confirmées. On ne parle plus de primauté parentale, mais de « la primauté des intérêts de l’enfant ». Le ministre a déclaré :

« L’élément clé de ce projet de loi consiste à placer l’intérêt de l’enfant au centre, comme élément prioritaire de toute décision le concernant... Ça ne veut pas dire que les parents n’ont plus leur rôle à jouer. Bien au contraire, ils demeurent les acteurs principaux dans le développement et le bien-être de leurs enfants... Cependant, et j’insiste lourdement, le bien-être de l’enfant et ce qui doit être considéré en premier lieu... »

[L’]article 2.2 de l’ancienne loi est tout simplement supprimé dans le nouveau projet de loi. Cet article 2.2 se lisait comme suit : « la responsabilité d’assurer le soin, l’entretien, et l’éducation d’un enfant et d’en assurer la surveillance incombe en premier lieu à ses parents ». Voilà donc un « obstacle » d’éliminé dans l’optique du ministre.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

[…] le premier ministre François Legault a publié ceci sur sa page Facebook, le 2 décembre 2021 :

« C’est une journée historique ! Mon collègue, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a déposé aujourd’hui le projet de loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse... Dorénavant, on va mettre l’intérêt de l’enfant en premier, avant sa famille biologique ».

Et si ces fonctions n’incombent plus aux parents biologiques, à qui incombent-ils ? À l’État, à des étrangers ? C’est ce que le nouveau projet de loi prévoit, en facilitant l’adoption des enfants par une nouvelle famille d’accueil. Mais qui est apte à décider ce qu’est le « meilleur intérêt » des enfants ? L’État ou les parents biologiques ? L’enfant appartient-il à l’État ou aux parents ? Selon la philosophie communiste, l’enfant appartient à l’État, et plusieurs juges de la province du Québec n’hésitent pas à le mentionner dans leurs jugements.

Pourtant, l’enseignement de l’Église — et le gros bon sens — nous dit le contraire. Le principe de subsidiarité — un des quatre principes de base de la doctrine sociale de l’Église — enseigne que les parents ont préséance sur l’État et que les gouvernements ne doivent pas détruire les familles ni l’autorité des parents.

« Aussi bien que la société civile, la famille est une société proprement dite, avec son autorité et son gouvernement propre, l’autorité et le gouvernement paternel... La société domestique a sur la société civile une priorité logique et une priorité réelle... Vouloir donc que le pouvoir civil envahisse arbitrairement jusqu’au sanctuaire de la famille, c’est une erreur grave et funeste. L’autorité paternelle ne saurait être abolie, ni absorbée par l’État... Ainsi en substituant à la providence paternelle la providence de l’État, les socialistes vont contre la justice naturelle et brisent les liens de la famille. » (Léon XIII, Encyclique Rerum novarum, n. 12-14)

Dire que l’enfant appartient à l’État et non aux parents est une philosophie qui est malheureusement répandue de plus en plus dans nos sociétés, et on dit même que les enfants doivent être retirés dès leur plus jeune âge de la « mauvaise influence » de leurs parents, pour recevoir à la place l’influence, la pensée de l’État. C’est ainsi qu’on pousse pour placer les enfants dès le plus bas âge dans les garderies, ou bien non seulement à la maternelle, mais à la prématernelle. C’est ainsi que le président américain Joe Biden annonçait en octobre dernier dans son plan de relance 1750 milliards, un accès gratuit à la prématernelle pour tous les enfants de 3 à 4 ans.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire