M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Afrique : « Moins cher d'acheter des préservatifs que de l'eau »


Obianuju Ekeocha, fondatrice et présidente de Culture of Life Africa.

Par Kelli (LiveActioNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Selon Obianuju Ekeocha, fondatrice et présidente de Culture of Life Africa, l'Occident envoie plus d'argent sur son continent pour le contrôle de la population que pour l'éducation, l'eau potable ou les soins de santé. Ekeocha s'est fait connaître dans le passé pour avoir attiré l'attention sur les efforts de l'étranger pour répandre l'avortement et le contrôle des naissances parmi les femmes et les familles africaines, ce qu'elle considère comme de la « colonisation » et du « colonialisme ».

« Si nous parlons d'avortement, eh bien, je ne pense pas qu'un pays occidental ait le droit de financer l'avortement dans un pays africain, surtout quand la majorité des gens n'en veulent pas... cela devient alors une forme de colonisation idéologique », a déclaré Ekeocha à un présentateur de la BBC en 2017.

Plus récemment, Ekeocha a pris la parole lors de la deuxième conférence annuelle de Lives Worthy of Respect à l'Université de Georgetown, s'élevant contre cette mentalité croissante. L'Afrique, dit-elle, traite chaque enfant comme un membre précieux de la communauté, « pas comme une augmentation de la population ». Le Catholic Standard rapporte que « contrairement aux Africains, beaucoup d'organisations occidentales qui essaient d'apporter de l'aide en Afrique n'ont pas la même vision de la vie », selon Ekeocha. Elle a déclaré [...] que des organisations non gouvernementales puissantes et bien soutenues font la promotion de « programmes pour la population », tentant de changer la vision que les Africains ont de leur propre culture. Ces organisations, a-t-elle affirmé, considèrent l'Afrique comme un « vide culturel à combler avec leurs idées ».

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Selon le Catholic Standard, Ekeocha a également fait remarquer :

Les Africains sont préoccupés par les demandes non satisfaites du continent, comme le besoin de nourriture, d'eau potable, de soins de santé et d'éducation abordables, a-t-elle souligné, en rappelant que « certaines de ces préoccupations étaient les miennes » quand elle était plus jeune. Elle a exprimé sa gratitude pour les personnes qui ont participé à des expéditions missionnaires et à des projets qui ont véritablement contribué à remplir ces besoins, mais a-t-elle poursuivi : « Ce n'est pas l'approche commune adoptée par les donateurs les plus riches et les plus éminents ».

Selon les données de 2013, les programmes pour la population reçoivent plus de dons que l'éducation, les soins de santé ou l'eau potable. Les pays d'Afrique reçoivent environ deux milliards de préservatifs donnés chaque année, ce qui coûte environ 17 millions de dollars, qui à la place pourraient servir à résoudre ces autres problèmes, a-t-elle déploré.

« Il est plus facile et moins cher d'acheter un sac de préservatifs que d'acheter une bouteille d'eau », a affirmé Ekeocha.

À l'heure actuelle, seulement quatre pays africains sur 54 ont l'avortement légal, bien que plusieurs d'entre eux luttent pour conserver leurs lois pro-vie, du fait des voix et des groupes de pressions les plus forts sont les ONG occidentales ou les personnes qu'elles financent.....

Ces organisations « ne représentent pas la voix du peuple », a-t-elle ajouté. « L'avortement est une atteinte directe à la vie et à la dignité humaines. C'est pourquoi l'Afrique le rejette ».

Dans son discours, Ekeocha a également encouragé le peuple américain à refuser d'aider financièrement les organisations qui font la promotion de l'avortement à l'étranger et à continuer de bâtir une culture de vie en Amérique, à aider les femmes post-abortives et à accueillir les bébés comme ils le méritent. « Célébrez-les comme si vous étiez africain », a-t-elle lancé. « C'est un merveilleux type d'appropriation culturelle sur lequel nous pouvons tous être d'accord. »



Laissez un commentaire