M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une survivante de camp de concentration de 87 ans est l’une des 11 pro-vie récemment arrêtés par le FBI


Eva Edl.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Eva Edl, militante pro-vie, est l’une des quatre pro-vie accusés ce mois-ci d’avoir violé la loi FACE (Freedom of Access to Clinic Entrances), en relation avec un sauvetage à l’établissement d’avortement Carafem à Mt. Juliet, Tennessee, en mars 2021. L’événement visait à atteindre les femmes favorables à l’avortement dans l’espoir de les aider à choisir la vie pour leurs bébés en toute confiance. Edl est âgée de 87 ans et est une survivante allemande d’un camp de concentration de prisonniers de guerre communistes pendant la Seconde Guerre mondiale. Après s’être échappée de ce camp, elle a commencé à se battre pour le droit à la vie de tous les êtres humains.

« La première fois que j’ai réalisé qu’il y avait des cliniques d’avortement dans notre pays, c’était en 1988 », a-t-elle déclaré, selon un précédent reportage de Live Action News. « J’ai dit à mon mari, “ce sont les camps de la mort de l’Amérique”. J’ai vu des gens assis devant des cliniques d’avortement à Atlanta et depuis, je me suis engagée. »

Elle explique sur son site internet que le mouvement pro-vie doit être plus audacieux et travailler à l’adoption de lois qui protègent tous les enfants de l’avortement, et pas seulement certains. Elle s’oppose aux exceptions aux lois pro-vie fondées sur la façon dont un enfant a été conçu ou sur le fait qu’il réponde ou non à un certain critère de « santé ». Elle s’élève contre les lois visant uniquement à rendre les centres d’avortement plus sûrs :

Si vous étiez dans un camp de la mort comme moi quand j’étais enfant, voudriez-vous que ceux qui sont obligés de vous aimer fassent pression pour que les camps de la mort soient plus propres ? Moins d’insectes dans notre régime de famine ? Je vous en prie ! Le Seigneur est dégoûté que nous gaspillions tant de temps et d’argent qui ne protégeront pas un seul enfant, même si la législation est confirmée par le tribunal.

[...] Si nous devons défier le système judiciaire même pour les tentatives les plus édentées de réglementer l’avortement (en exigeant des centres d’abattage sanitaires, par exemple), pourquoi ne pas défier le système judiciaire pour protéger chaque enfant, comme nos dirigeants ont prêté serment de le faire ! Pourquoi se contenter de moins que le minimum que Dieu s’est fixé ? Selon la Bible (Nombres 35, Genèse 9), seule la justice atténue la colère de Dieu pour l’effusion de sang innocent. Je crois que chaque juridiction — ville, comté, état, fédéral, international — devrait immédiatement criminaliser chaque avortement et protéger chaque bébé, et Malheur à nous si nous ne le faisons pas.

La colère de Dieu est contre nous, et le temps est trop court pour gaspiller des efforts à essayer de réglementer le meurtre d’enfants. Nous nous retrouvons du mauvais côté de la ligne que Dieu a tracée si clairement dans le sable.

La biographie d’Edl par James Johnston, « She Looks Like My Little Girl », offre le témoignage d’une enfant d’origine danubienne-souabe-yougoslave de naissance, mais allemande par héritage et par langue. Edl n’avait que six ans lorsque les nazis ont envahi la Yougoslavie et sa famille était en sécurité dans leur maison à la campagne -- jusqu’à ce que son père soit capturé par les nazis.

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Après que son père soit tombé malade et ait été placé dans une infirmerie, il a envoyé à sa famille une lettre leur demandant de fuir, car l’Armée rouge arrivait. Mais ils ne se sont pas enfuis à temps. Edl dit qu’elle et sa famille ont été déshumanisées par les communistes et ont été la cible d’un génocide. Au début, elle et ses frères et sœurs ont trouvé refuge auprès de leur grand-mère qui était hongroise et pouvait donc se cacher à la vue de tous. Mais bientôt, la mère d’Edl a été enlevée pour creuser des tranchées pour la guerre et ses deux frères et sœurs aînés ont été emmenés dans un camp de travail forcé. Quant à Edl, elle et sa grand-mère ont été mises dans un train à destination d’un camp de concentration.

La biographie d’Edl donne plus de détails :

Les Soviétiques et les nazis avaient commencé la guerre en tant qu’alliés, mais lorsqu’Hitler a envahi la Russie et massacré des millions de civils, la soif de vengeance des Russes s’est enflammée. Forte des armes et de l’autorité morale de la Grande Alliance, l’Armée rouge a envahi la Russie par l’est et chassé les nazis. La terreur s’est installée dans le sillage sanglant de Staline. La trahison d’Hitler alimentait une rage et une haine contre l’Allemagne qui inonderont l’Europe de l’Est du sang des innocents et des cris des violés pendant des années.

Eva Edl et son peuple s’appelaient les Danubiens-Souabes ; ils étaient yougoslaves de naissance, mais allemands par héritage et par langue. Le nouveau gouvernement communiste a d’abord déshumanisé son peuple dans la loi. Puis, fort de la Grande Alliance, il a déclenché une campagne violente et génocidaire contre Eva et son peuple...

Contrairement aux camps de concentration nazis, les camps de concentration communistes n’ont pas fermé à la fin de la guerre. Ils ne faisaient que commencer.

Elle a fini par être sauvée et a immigré en Autriche, puis aux États-Unis, où un autre génocide était en cours, celui de l’avortement. Selon la biographie figurant sur son site web, « Eva a ressenti l’appel de Dieu à donner sa vie pour sauver les enfants à naître, tout comme d’autres ont donné leur vie pour la sauver. »

Elle explique sur son site : « Dans la chaleur, la pluie et la neige, si des bébés sont tués, j'essaie d'obéir aux Proverbes 31:8-9 : "Ouvre ta bouche pour les muets, dans la cause de tous ceux qui sont destinés à mourir. Ouvre ta bouche, juge avec droiture, et défends la cause du pauvre et de l’indigent.” »

Au fil des ans, Edl a été arrêtée pour avoir aidé à sauver des femmes et des bébés dans des entreprises d’avortement, et pour avoir essayé de donner un verre d’eau à Terri Schindler Schiavo en 2005 alors qu’elle était affamée et déshydratée à mort. Au total, Edl a été arrêtée au moins 46 fois pour avoir bloqué des établissements pratiquant l’avortement.

« Je suis convaincue que nous devons être prêts à renoncer à notre confort et même à notre vie pour sauver les “plus petits” des enfants de Dieu », a-t-elle déclaré. « La liberté de nos enfants et petits-enfants ne sera pas plus sûre que celle des innocents dont l’Église ignore les cris aujourd’hui. Nous devons les protéger comme nous voudrions être protégés. Nous devrions insister sur l’abolition de tout avortement et ne rien accepter de moins. Si nous devons faire pression sur nos dirigeants en interposant notre vie entre les victimes et ceux qui les agressent et les assassinent, alors Jésus sera élevé dans notre sacrifice et répondra à nos prières désespérées pour que justice soit rendue aux enfants ! »

L’activisme qui a conduit à sa plus récente arrestation, cette fois par le FBI, était apparemment pacifique. Edl et d’autres participants se sont alignés dans le couloir intérieur d’un immeuble commun de bureaux médicaux généraux en mars 2021, où se trouve un centre d’avortement Carafem. Les militants pro-vie ont chanté et prié. Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés par la police locale ce jour-là, puis relâchés après avoir payé une caution pour des délits d’intrusion. (Pour en savoir plus, cliquez ici et ici.) Puis, le 5 octobre 2022 (un an et demi plus tard), le FBI est venu les voir.

Un communiqué de presse du ministère de la Justice indique qu’un patient et un employé ont été empêchés d’entrer dans le bâtiment, ce qui constitue une violation de la loi FACE. L’acte d’accusation allègue que 11 pro-vie « ont utilisé la force et l’obstruction physique pour blesser, intimider et interférer avec les employés de la clinique et un patient... »

Edl risque un an de prison pour un délit mineur et des amendes pouvant aller jusqu’à 10 000 dollars. Carafem à Mt. Juliet a depuis cessé les avortements en raison de la chute de Roe v. Wade en juin, et les vies des enfants à naître sont désormais protégées dans l’État du Tennessee.



Laissez un commentaire