M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une nouvelle étude conclut que la fertilité masculine est réduite pendant plusieurs mois après le vaccin covid de Pfizer

Par Michael Haynes (LifeSiteNews) — Traduit par Pierre-Alain Depauw (Médias-Presse Info) — Photo : Studio Romantic/Adobe Stock

Une étude israélienne coécrite par sept médecins et qui a fait l’objet d’un examen complet par des pairs a prélevé des échantillons de donneurs de sperme pour constater que 75 à 120 jours après l’injection, la concentration de sperme masculin a diminué de 15,4 %, tandis que la motilité des spermatozoïdes a diminué de 22,1 %.

L’étude a écrit que si « aucun changement significatif » dans la concentration ou la motilité des spermatozoïdes n’a été trouvé à T1 (15 à 45 jours après l’injection), la concentration de spermatozoïdes était « significativement inférieure » dans les échantillons prélevés à la période de test T2.

Les échantillons T2 de concentration de spermatozoïdes se sont révélés « significativement plus faibles en raison d’une diminution de -15,4 % » que ceux avant la vaccination, ont écrit les auteurs.

Cela s’est traduit par une réduction moyenne de 12 millions/ml de concentration de spermatozoïdes pendant les échantillons T2, par rapport aux échantillons de pré-vaccination. Une réduction moyenne de 31,2 millions de spermatozoïdes mobiles a également été notée au cours de la même période.

Les auteurs n’ont pas précisé quelle était la concentration de spermatozoïdes avant la vaccination, mais ont cherché à apaiser les craintes en ajoutant qu’une « récupération » avait été constatée dans des échantillons prélevés plus tard au stade du test T3, bien qu’aucun détail n’ait été donné à ce stade de l’étude sur ce en quoi consistait la « récupération ».

Une réduction moyenne de 12 millions/ml de la concentration de spermatozoïdes chez les 37 hommes observés est significative, étant donné que l’Organisation mondiale de la santé suggère actuellement que la fertilité masculine est considérée comme normale s’il y a plus de 15 millions de spermatozoïdes par millilitre. Tout ce qui est inférieur est considéré comme malsain.

Plus bas dans l’étude, plus de détails ont été donnés sur la « récupération » rapportée trouvée dans les échantillons prélevés au cours de l’étape T3, qui ont été effectués à « 174,8 ± 26,8 jours » ou entre près de cinq à sept mois après la vaccination.

Contrairement à la suggestion selon laquelle la réduction de la concentration de spermatozoïdes a été inversée, la concentration de spermatozoïdes s’est en fait aggravée avec le temps, les échantillons de test T3 étant en moyenne de 15,9 % pires que les tests pré-vaccinaux. Le nombre total de motiles dans ces tests était encore inférieur de 19,4 % aux tests pré-vaccinaux, une très légère amélioration par rapport aux tests T2.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

L’étude n’a pas examiné l’effet des injections de rappel sur la fertilité masculine.

Paradoxalement, les auteurs ont précisé que « bien qu’à première vue, ces résultats puissent sembler préoccupants, d’un point de vue clinique, ils confirment les rapports précédents concernant la sécurité et la fiabilité globales des vaccins malgré des effets secondaires mineurs à court terme ».

De telles découvertes ne sont pas nouvelles pour ceux qui ont mis en garde contre les dangers posés par les injections anti-COVID-19. Plus tôt cette année, l’avocat Thomas Renz a révélé des données de lanceurs d’alerte sur les rapports de médecins des forces armées américaines.

Renz a déclaré à LifeSiteNews qu’il y avait eu une augmentation de 344 % de l’infertilité masculine en 2021, par rapport à la moyenne sur cinq ans de 2016 à 2020.

L’infertilité féminine a également augmenté de manière significative de 471 %, tout comme les fausses couches à 279 % par rapport à la moyenne des cinq années précédentes.

Les propres données d’essai de Pfizer ont montré que les participants masculins avaient pour instruction de s’abstenir d’avoir des rapports sexuels ou d’utiliser des préservatifs pendant qu’ils participaient activement à l’essai. La documentation du vaccin elle-même indiquait qu’il n’avait « pas été évalué pour son potentiel de cancérogénicité, de génotoxicité ou d’altération de la fertilité masculine ».

L’instruction de s’abstenir ou d’utiliser un préservatif a été prolongée de 28 jours après la dernière injection, pour « éliminer le risque de sécurité reproductive ».

Reuters a constamment minimisé les craintes concernant les problèmes de fertilité masculine après une injection, écrivant seulement en avril de cette année que « les affirmations selon lesquelles la vaccination contre le COVID-19 cause l’infertilité masculine ne sont toujours pas étayées, ont déclaré des experts à Reuters, malgré les récents messages sur les réseaux sociaux ravivant l’allégation de longue date. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire