M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Une mère refuse la suggestion des médecins d'avorter l’une de ses jumelles

Par Right to Life UK — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Dasha Petrenko/Adobe Stock

Une mère de Southampton a fait part de son expérience : on lui a dit d'avorter l'une de ses jumelles peu de temps après avoir fait une fausse couche de l'autre.

Elaine Avery, 37 ans, était ravie d'avoir des jumeaux, mais on lui a dit très tôt que sa grossesse était à haut risque.

Ses filles, qu'elle a appelées Aurélia et Aurora, étaient des jumelles identiques monochoriales-diamniotiques, ce qui signifie qu'elles partageaient le même placenta et présentaient donc un risque plus élevé de complications telles qu'un faible poids à la naissance ou une naissance prématurée. À 21 semaines, Elaine a également découvert que les jumeaux souffraient du syndrome de transfusion de jumeau à jumeau, ce qui signifie que le flux sanguin n'est pas partagé de manière égale entre les deux bébés.

Elaine a déclaré : « J'ai dû subir une intervention chirurgicale d'urgence pour séparer les vaisseaux sanguins qui les reliaient. Lorsqu'on m'a parlé des complications, j'ai eu très peur et je me suis sentie seule ».

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Elle a ajouté : « Je devais continuer à avancer et rester forte pour mes bébés, car il y avait une chance de s'en sortir ».

Une semaine plus tard, Elaine fait face à une tragédie

Malheureusement, à seulement 22 semaines de gestation, la petite Aurelia est décédée.

« Je me suis sentie bénie lorsque j'ai découvert que deux bébés grandissaient en moi, mais ce n'était pas pour longtemps », a déclaré Elaine. « J'étais dévastée, et je ne pouvais pas faire le deuil d'Aurélia alors qu'Aurora avait encore besoin de moi ».

« Je n'arrivais pas à y croire et j'ai eu du mal à accepter la perte de ma petite fille ».

Elaine a continué à se battre pour son autre fille, Aurora

Elaine et sa fille survivante n'étaient pas encore sorties d'affaire. Elaine a appris qu'Aurora souffrait d'une maladie pulmonaire chronique et d'un retard de développement, et donc qu'elle ne survivrait probablement pas.

« Je voulais garder l'espoir d'avoir l’autre bébé, mais on m'a conseillé d'interrompre complètement la grossesse, car il y avait trop de problèmes. Mais je ne voulais pas perdre un autre enfant, alors j'ai décidé de la porter jusqu'à son terme », poursuit-elle.

Deux semaines seulement après le décès d'Aurelia, à 24 semaines de gestation, Elaine s'est rendue au service des grossesses précoces car elle sentait que quelque chose n'allait pas. Elle a été admise et Aurora est née prématurément par césarienne d'urgence.

Elaine dit : « Elle semblait se battre là-dedans, alors je me suis battue avec elle ».

Aurora a dû subir de multiples interventions chirurgicales pour combattre la septicémie, tandis qu'Elaine et sa famille, dont Max, son fils de 12 ans, pleuraient Aurélia lors de ses funérailles.

Après des mois de soins, le bébé « miracle » d'Elaine a pu s'épanouir

Malgré les retards de développement persistants d'Aurora, Elaine la décrit comme « fougueuse » et dit qu'elle « adore rire ».

« Elle rayonne de joie et de résilience et le lien avec son frère aîné est une source de rire et de bonheur pour toute la famille ».

Elaine a également exprimé sa gratitude pour l'aide qu'elle a reçue au cours de cette expérience difficile.

« Je n'aurais pas pu surmonter cette épreuve sans le soutien de mes amis et de ma famille, ainsi que des médecins et des infirmières qui ont soigné et continuent de soigner Aurora ».

« Je suis très fière d'elle et je sais que sa sœur le serait aussi ».

Le nombre de bébés survivant entre 22 et 24 semaines de gestation est en augmentation

Aurora avait environ 22 semaines de gestation lorsque sa sœur Aurelia est décédée et qu'on a conseillé à sa mère Elaine d'avorter. Un certain nombre d'études importantes réalisées ces dernières années ont mis en évidence l'amélioration de la situation de ces bébés extrêmement prématurés. Une étude suédoise de 2004 a montré que les résultats en matière de survie néonatale entre 22 et 25 semaines de gestation s'améliorent considérablement lorsque le personnel des hôpitaux néonatals adopte une approche proactive dans les soins apportés aux bébés prématurés.

Une étude réalisée en 2008 dans une unité de soins intensifs néonatals à Londres a également révélé une amélioration des taux de survie néonatale entre la 22e et la 23e semaine de gestation. En 1981-85, aucun bébé né à ces âges gestationnels n'a survécu jusqu'à sa sortie de l'hôpital. Cependant, entre 1986 et 1990, 19 % ont survécu et ce chiffre est passé à 54 % entre 1996 et 2000.

Une étude réalisée en 2022 a révélé que près de quatre bébés sur cinq nés prématurément entre 22 et 28 semaines de gestation survivent jusqu'à leur sortie de l'hôpital. L'étude a révélé qu'entre 2013 et 2018, chez les enfants nés entre 22 et 28 semaines de gestation, « 78,3 % ont survécu jusqu'à leur sortie de l'hôpital, ce qui représente une amélioration significative par rapport au taux historique de 76,0 % chez les enfants nés entre 2008 et 2012 ».

Catherine Robinson, porte-parole de Right To Life UK, a déclaré : « Le courage d'Elaine, qui s'est battue pour la vie de sa fille alors qu'elle pleurait la perte de son autre fille, est une source d'inspiration. Il est très triste et profondément troublant que des professionnels de la santé recommandent de mettre fin à la vie d'un bébé à naître dont le pronostic est difficile ».

« Heureusement, Elaine n'a pas écouté les conseils médicaux et, par conséquent, la petite Aurora est vivante et heureuse aujourd'hui ».

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire