M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une garderie a licencié une employée qui refusait de lire de la propagande LGBT à des enfants en bas âge

Par Matt Lamb — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Africa Studio/Adobe Stock

19 octobre 2022, Los Angeles, Californie (LifeSiteNews) — Une chaîne nationale de garderies aurait licencié une employée fervente chrétienne pour avoir refusé de faire subir de la propagande LGBT à des enfants âgés d’un an seulement, selon une poursuite récemment déposée.

Le 13 octobre, la Société Thomas More a annoncé le procès intenté à Bright Horizons Children's Center pour avoir violé les droits à la liberté de religion de son ancienne employée Nelli Parisenkova.

Mme Parisenkova avait poliment demandé à être dispensée de lire des livres de propagande homosexuelle pour enfants en raison de sa croyance religieuse sincère dans le caractère sacré du mariage biblique. Cependant, une directrice lesbienne l’a forcée à quitter son emploi et a refusé de lui accorder un aménagement en avril de cette année, selon la plainte.

Le superviseur de Mme Parisenkova à l’époque lui avait permis d’être dispensée de lire ces livres. Elle pouvait choisir d’autres livres à lire ou travailler avec les enfants en choisissant une activité différente — cet aménagement a suffi pendant quatre ans.

Mais un jour, la plaignante a demandé à retirer de l’étagère cinq livres contenant des messages LGBT afin que les enfants cessent de lui demander si elle pouvait les lire. L’action en justice allègue qu’au lieu de chercher une solution, Katy Callas, directrice de la garderie et homosexuelle, « l’a interrogée de manière ironique », a dit à Mme Parisenkova qu’elle devait « célébrer la diversité » ou partir, et a fini par l’expulser du bâtiment, obligeant la fervente chrétienne à marcher 20 minutes par 35,5 C° et à attendre 45 minutes de plus pour être transportée.

La garderie se trouvant sur le terrain des studios Comcast NBC Universal, un chauffeur Uber n’a pas pu se rendre sur place, mais a dû attendre à l’extérieur d’un portail.

L’entreprise a ensuite « publié un mémo de conseil contenant de fausses déclarations, mis fin à ses prestations d’assurance-vie, exigé qu’elle suive une formation de recyclage sur les questions de diversité et l’a encouragée à démissionner de son poste ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Mme Parisenkova ne pouvait pas retourner au travail sans un aménagement ; Bright Horizons a donc mis fin à son emploi », indique la poursuite.

L’action en justice indique également que :

L’aménagement des croyances religieuses de Mme Parisenkova n’aurait imposé pratiquement aucune charge à Bright Horizons. Il y avait toujours d’autres employés disponibles qui pouvaient lire les livres à la place de Mme Parisenkova. Bright Horizons et Mme Callas ont traité Mme Parisenkova comme une criminelle, l’ont harcelée et l’ont licenciée après quatre (4) ans de bons et loyaux services. Ce traitement est ignoble.

La Société Thomas More a déclaré que cela ne démontre pas seulement de la discrimination, mais aussi de l’endoctrinement.

« Assurez-vous de savoir quels livres sont sur les étagères dans les programmes des garderies et des écoles de vos enfants. Il s’agit d’un cas clair et net de l’un des plus grands employeurs de services de garde d’enfants du pays ayant des politiques antireligieuses sur le lieu de travail qui favorisent l’endoctrinement des jeunes enfants avec l’agenda LGBT », a déclaré Paul Jonna, avocat de la Société Thomas More, dans une déclaration envoyée à LifeSiteNews.

LifeSiteNews a contacté le siège social des garderies mardi matin et a demandé des commentaires sur l’action en justice et des précisions sur la formation spécifique que la société donne à ses employés sur les accommodements religieux et leurs responsabilités légales. LifeSiteNews n’a pas reçu de réponse au moment de mettre sous presse.

LifeSiteNews a également contacté les représentants des médias occidentaux de NBC Universal pour leur demander si la société s’assure que les entrepreneurs et les entités présents sur son site respectent toutes les lois fédérales et d’État et si elle envisage d’examiner la situation, mais n’a pas non plus reçu de réponse.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.